Je veux que mes parents soient fiers de moi, pourquoi avons-nous autant besoin de leur approbation ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Plus de 30 ans et je suis toujours contente d’annoncer une de mes réussites à mon père. Je sais que ça me rend heureuse de le faire, d’autant plus que ma mère n’est plus parmi nous. Néanmoins, je ne me suis jamais vraiment interrogée : pourquoi ai-je besoin de sentir que mon père est fier de moi ? Pourquoi, de manière générale, avons-nous besoin de l’approbation de nos parents ? Rendre heureux nos parents est une chose, mais il est nécessaire de s’interroger plus en profondeur, surtout si leur approbation prend une place importante dans notre vie.

Je veux que mes parents soient fiers de moi, pourquoi avons-nous autant besoin de leur approbation ?
Sommaire :

Parce qu’on a besoin de reconnaissance

Nos parents nous ont mis au monde, ils nous ont élevés et permis d’avoir la vie que l’on a actuellement. C'est un lien qui est très fort et on a du mal à sortir de sa position d’enfant lorsqu’on est face à eux. Oui, que ce soit à 30 ans, 40 ans et même 50 ans. Même si on sait que l’on est adulte, on n’arrive pas à s’affirmer comme tel à cause de notre besoin de reconnaissance. Il commence durant l’enfance, avec notre besoin d’amour 🥰. La validation de nos parents, pendant cette période, était un indicateur de cet amour. Si on s’est senti soutenue et entourée, généralement, on arrive à se défaire du sentiment d’approbation. Seulement, s’il y a eu la moindre faille, on peut avoir développé une blessure émotionnelleCette dernière va nous impacter dans la relation avec nos parents, car bien souvent, elle symbolise des schémas non résolus 🤕.

Parce qu’on aime régresser

Quêter l’approbation de nos parents est une forme de régression. Il était bon le temps où on n’avait pas de responsabilités sur les épaules et de choix cornélien à prendre 😫 ! Il est donc plus simple de demander l’avis de nos parents, pour nous dédouaner, en quelque sorte, du poids de la décision. La psychanalyste, Isabel Korolitski, explique que c'est un comportement typiquement infantile. En effet, les enfants ont besoin des adultes comme repères parce qu’aborder la réalité en bloc est très angoissant 🤧.

Toutefois, cela entraîne bien souvent un problème d’infantilisation en famille 😅. C’est comme dire à nos parents qu’on n'est pas suffisamment responsable pour prendre nos décisions seules. Par conséquent, ils n’hésiteront pas à nous dicter comment agir, même si on a 35 ans… Comme le dit le psychothérapeute Gonzague Masquelier, “quand je délègue à mes parents le pouvoir de dire si mon choix de vie, affectif ou professionnel, est le bon, je me mets dans une fragilité qui ferme la porte à ma liberté”.

Parce qu’on veut montrer notre affection

La relation avec nos parents, une fois que l’on est adulte, n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Notamment parce qu’il est difficile de sortir de la relation parents-enfants et c’est d’ailleurs pour cela qu’il n’est pas simple de communiquer avec nos parents. Néanmoins, on veut tout de même conserver ce lien d’affection et montrer qu’ils ont toujours une place importante dans nos vies. C’est un mélange de régression, de reconnaissance, de peur de décevoir, mais aussi d’amour. On a pour désir de leur montrer qu’ils nous ont bien éduqués, quelque part, on fait passer ce message : “soyez fière de ce que vous avez accompli ❤️”.

📌
Pour ma part, je sais que c’est aussi un besoin de rassurer mon père et de lui dire que je vais bien, que tout se passe bien dans ma vie. Après le drame qui nous a frappés, la perte de ma mère, je souhaite lui montrer le positif. Et entendre dans sa voix qu’il est content pour moi et qu’il est serein, ça me fait du bien. Quelque part, j’essaie de réparer ce traumatisme qu’a été ce décès et j’en ai parfaitement conscience. J’essaie du coup de ne pas tomber dans le côté obsessionnel en ayant que pour objectif d’avoir uniquement son approbation.

Parce qu’on manque de confiance en nous

Un besoin d’approbation, surtout s’il est exacerbé, peut être le signe d’un manque de confiance en soi, comme l’explique la psychologue clinicienne, Catherine Marchi. Les parents sont parfois une figure d’autorité en face de laquelle il est difficile de s’affirmer. On aura donc le sentiment que si on leur tient tête, on leur manque de respect. Cependant, les parents parfaits n’existent pas et on a tout à fait le droit de croire en nos propres choix.

Il est important de désacraliser la figure parentale et se concentrer sur soi 💪. Le manque de confiance en soi traduit le plus souvent une blessure de rejet. Encore une fois, cela est la conséquence de la relation avec nos parents pendant l’enfance. Par exemple, si les parents voulaient un garçon et ont eu une fille, cela peut créer une forme de rejet internalisé. On aura constamment cette faille en nous et on aura un manque d’estime lié à ce passé familial 😔.

Parce qu’on a des parents exigeants

Nos parents nous ont aimée, éduquée, nourrie, consolée, soignée et gâtée pendant des années. Le moins que l’on puisse faire c’est avoir un gros diplôme pour faire le métier qu’ils nous ont choisi, gagner beaucoup d’argent et épouser Ryan Gosling pour leur faire plein de petits-enfants… Bah non en fait !

Il y a des parents qui ont une exigence démesurée et qui transposent leurs regrets et leurs rêves sur leurs enfants 🤯. C’est une situation très lourde à supporter, surtout si on n’a jamais osé régler nos comptes avec eux et qu’on courbe l’échine face à leur exigence. C’est encore plus pernicieux lorsque les parents ont conditionné notre réussite avec des récompenses, comme des cadeaux. On aura sans cesse l’envie de réussir comme eux l’entendent pour honorer une sorte de promesse implicite 😥.

Anne Bacus, psychologue spécialiste des thérapies familiale, dit qu’il y a plusieurs conséquences face à des parents trop exigeants. On peut finir par imploser lorsqu’on se rend compte que tous les aspects de notre vie sont des décisions de nos parents 😠. Cela signifie une rupture familiale et des tensions qu’il sera très complexe à dépasser. Toutefois, on peut aussi décider de reporter notre frustration via une passion qui prend beaucoup de place. Par exemple, si on a fait des études en droit pour faire plaisir à nos parents et qu’à côté, on joue tous les soirs aux jeux vidéo 🎮. C’est un exutoire qui permet de garder une bonne relation avec nos parents.

L'avis de la rédaction : apprendre à se détacher de ses parents

Voir nos parents fiers de nous est gratifiant. Cependant, être en permanence en quête de leur approbation et être dans une relation dépendante à eux cache souvent une blessure. Cela peut être à l’origine de beaucoup de souffrance et d’une relation familiale compliquée. C’est pourquoi, il est important d’apprendre à se détacher de ses parents, du moins de leur approbation. Cela peut prendre du temps et le faire seule est compliqué. Un accompagnement psychologique est nécessaire pour parvenir à se sortir de la dépendance affective et du besoin de reconnaissance de nos parents !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : psychologies.com / lefigaro.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube