“Je m’aime et ça fait du bien”… Parfois oui, parfois non !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Cette phrase, il m’arrive de la prononcer. Il y a des jours où je me sens bien et/ou belle, alors quand je me regarde dans le miroir je me dis “Je m’aime” et ça fait du bien. Pourtant, je manque cruellement de confiance en moi. Il y a des tas de choses qui font que ce sont les montagnes russes pour m’aimer, aujourd’hui j’ai décidé de vous parler de tout cela dans cet article très intime. Quand l’amour de soi est un long chemin…

“Je m’aime et ça fait du bien”… Parfois oui, parfois non !
Sommaire : 

L’amour de soi, un rapport fluctuant

Un coup ça va, je m’aime et un coup ça va pas du tout, je me déteste 😫. J’ai compris que l’amour de soi était un rapport fluctuant, qui n’est jamais le même. Comme je l’expliquais dans l’article sur le body neutrality, il est normal d’avoir des jours avec et des jours sans. Cependant, il y a des injonctions constantes pour que l’on aime notre corps, notre façon d’être, notre personnalité… Je pense que ce n’est humainement pas possible d’être toujours au top du top 🤷‍♀️ (mais si c’est votre cas, tant mieux pour vous 👏 !).

📌
La route de l’acceptation de soi est longue, on ne peut pas faire ça en claquement de doigts. Et même lorsqu’on parvient à trouver un équilibre, il a constamment cette demi-teinte. Néanmoins, c’est valable pour chaque relation, non ?

Une relation comme une autre

Quand je pense à n’importe laquelle de mes relations, amoureuse, amicale ou familiale, ce n’est jamais un long fleuve tranquille. Il y a des jours où les rapports aux autres me procurent des émotions négatives… Eh bien, c’est exactement pareil avec mon corps ou ma façon d’être. J’ai appris à me dire que mon rapport à moi était comme tous les autres rapports sociaux. Prendre ce recul m’aide à relativiser et à me dire que c’est normal, même si c’est toujours plus facile à dire qu’à faire, on est bien d’accord 😬 !

S’aimer, un problème de société

En ce moment, je m’aime moyennement, voire... pas du tout 😖. C’est surtout à cause de mon apparence, car j’ai repris du poids. Comme on vit dans une société grossophobe qui diabolise les corps gros, je me sens mal. C’est un travail de chaque jour de me défaire des normes sociétales. Dans l’esprit de beaucoup de gens, gros = moche, mais j’ai appris à déconstruire cela. En fait, le rapport à soi dépend de ce qu’on nous a enseigné, il fluctue suivant si on arrive plus ou moins à se détacher des stéréotypes.

Se construire dans la bienveillance

Pour s’aimer, je pense qu’il est essentiel que l’on se détache du regard des autres, en particulier du male gaze ! Dans une société hétéronormée, on cherche toujours à plaire aux hommes en tant que femme cisgenre, mais il est important de se plaire à soi en premier. C’est pour cela que j’aime le mouvement LGBTAQIA+, car la découverte de soi passe au premier plan. Beaucoup pensent que c’est stupide de revendiquer sa sexualité ou de parler de son genre et de transidentité. Je pense au contraire que c’est essentiel de le faire, car cela peut nous aider à nous épanouir

💖 
C’est un mouvement d’acceptation et de déconstruction qui prônent des valeurs saines et bienveillantes qui nous poussent à nous révéler et à nous accepter. Je trouve que c'est bien d'être woke et de se construire avec ces nouvelles idées.

Apprendre l’amour de soi

À partir du moment où on accepte que “s’aimer” est une notion fluctuante et qu’on se libère des normes, on peut plus facilement se dire “je m’aime” ! Quand ça m’arrive, c’est une véritable bouffée de plaisir et ça me booste. Je fais en sorte de saisir ce genre de moment pour me dépasser, car quand je m'aime, j'ai l'impression d'avoir des ailes 🙌 ! Je souhaite à tout le monde de connaître cette sensation et d’apprendre l’amour de soi 🤗. 

D’ailleurs, il ne faut pas négliger les petits gestes qui peuvent nous mettre dans une attitude positive. Des fois, il suffit de bien choisir ses vêtements pour se sentir confiance (en tout cas moi ça arrive à chaque fois que je porte ma robe favorite) ! Je m’aime aussi lorsque j’arrive à me débarrasser de mon syndrome de l’imposteur et que j’ose faire des choses nouvelles ! Quel sentiment de fierté quand je regarde derrière moi.

Tout cela m’aide aussi lorsque je suis dans des moments difficiles et que l’amour de soi est un concept lointain. Je m’appuie sur ses souvenirs et sur mes valeurs pour me sentir mieux. À chacune sa formule et je vous souhaite de trouver la vôtre pour parvenir à vous aimer 🥰 !

L'avis de la rédaction : bien s'aimer, c'est vivre en affection avec soi-même

L'amour de soi est un sujet vaste qui touche à l'intime. C'est souvent un long chemin pour apprendre à s'aimer telles que nous sommes. Mais pour que l'amour de soi soit porteur, pour qu'il nous pousse vers l'avant, il doit être accompagné de lucidité. C'est-à-dire, être capable de reconnaître ses qualités comme ses faiblesses, ses limites et ses parts d'ombre. C'est seulement ainsi que nous serons capables de les transformer en quelque chose de bon pour nous. Il existe également une notion d'amitié envers soi-même comme nous l'explique Nicole Prieur, psychologue : « Aristote tenait beaucoup à la notion d’amitié pour soi-même. Des siècles plus tard, elle me semble toujours aussi parlante et valide ! Bien s’aimer, c’est en effet réussir à vivre en affection avec soi-même, c’est se vouloir du bien, accepter les belles choses qui nous arrivent, faire preuve vis-à-vis de soi de douceur, même de tendresse » Si vous ne parvenez pas à faire preuve de bienveillance avec vous-même, que vous manquez de confiance en vous ou que vous vous sentez mal, tout simplement, n'hésitez pas à contacter un coach afin de travailler ensemble sur ce point.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources : FemmeActuelle

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube