“Je m’aime et ça fait du bien”… Parfois oui, parfois non !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Cette phrase, il m’arrive de la prononcer. Il y a des jours où je me sens bien et/ou belle, alors quand je me regarde dans le miroir je me dis “Je m’aime” et ça fait du bien. Pourtant, je manque cruellement de confiance en moi. Il y a des tas de choses qui font que ce sont les montagnes russes pour m’aimer, aujourd’hui j’ai décidé de vous parler de tout cela dans cet article très intime. Quand l’amour de soi est un long chemin…

“Je m’aime et ça fait du bien”… Parfois oui, parfois non !
Sommaire : 

L’amour de soi, un rapport fluctuant

Un coup ça va, je m’aime et un coup ça va pas du tout, je me déteste 😫. J’ai compris que l’amour de soi était un rapport fluctuant, qui n’est jamais le même. Comme je l’expliquais dans l’article sur le body neutrality, il est normal d’avoir des jours avec et des jours sans. Cependant, il y a des injonctions constantes pour que l’on aime notre corps, notre façon d’être, notre personnalité… Je pense que ce n’est humainement pas possible d’être toujours au top du top 🤷‍♀️ (mais si c’est votre cas, tant mieux pour vous 👏 !).

📌
La route de l’acceptation de soi est longue, on ne peut pas faire ça en claquement de doigts. Et même lorsqu’on parvient à trouver un équilibre, il a constamment cette demi-teinte. Néanmoins, c’est valable pour chaque relation, non ?

Une relation comme une autre

Quand je pense à n’importe laquelle de mes relations, amoureuse, amicale ou familiale, ce n’est jamais un long fleuve tranquille. Il y a des jours où les rapports aux autres me procurent des émotions négatives… Eh bien, c’est exactement pareil avec mon corps ou ma façon d’être. J’ai appris à me dire que mon rapport à moi était comme tous les autres rapports sociaux. Prendre ce recul m’aide à relativiser et à me dire que c’est normal, même si c’est toujours plus facile à dire qu’à faire, on est bien d’accord 😬 !

S’aimer, un problème de société

En ce moment, je m’aime moyennement, voire... pas du tout 😖. C’est surtout à cause de mon apparence, car j’ai repris du poids. Comme on vit dans une société grossophobe qui diabolise les corps gros, je me sens mal. C’est un travail de chaque jour de me défaire des normes sociétales. Dans l’esprit de beaucoup de gens, gros = moche, mais j’ai appris à déconstruire cela. En fait, le rapport à soi dépend de ce qu’on nous a enseigné, il fluctue suivant si on arrive plus ou moins à se détacher des stéréotypes.

Se construire dans la bienveillance

Pour s’aimer, je pense qu’il est essentiel que l’on se détache du regard des autres. En particulier le regard masculin ! Dans une société hétéronormée, on cherche toujours à plaire aux hommes en tant que femme cisgenre, mais il est important de se plaire à soi en premier. C’est pour cela que j’aime le mouvement LGBTAQIA+, car la découverte de soi passe au premier plan. Beaucoup pensent que c’est stupide de revendiquer sa sexualité ou de parler de son genre et de transidentité. Je pense au contraire que c’est essentiel de le faire, car cela peut nous aider à nous épanouir. 

💖 C’est un mouvement d’acceptation et de déconstruction qui prônent des valeurs saines et bienveillantes qui nous poussent à nous révéler et à nous accepter. Je trouve que c'est bien de se construire avec ces nouvelles idées.

Apprendre l’amour de soi

À partir du moment où on accepte que “s’aimer” est une notion fluctuante et qu’on se libère des normes, on peut plus facilement se dire “je m’aime” ! Quand ça m’arrive, c’est une véritable bouffée de plaisir et ça me booste. Je fais en sorte de saisir ce genre de moment pour me dépasser, car quand je m'aime, j'ai l'impression d'avoir des ailes 🙌 ! Je souhaite à tout le monde de connaître cette sensation et d’apprendre l’amour de soi 🤗. 

D’ailleurs, il ne faut pas négliger les petits gestes qui peuvent nous mettre dans une attitude positive. Des fois, il suffit de bien choisir ses vêtements pour se sentir confiance (en tout cas moi ça arrive à chaque fois que je porte ma robe favorite) ! Je m’aime aussi lorsque j’arrive à me débarrasser de mon syndrome de l’imposteur et que j’ose faire des choses nouvelles ! Quel sentiment de fierté quand je regarde derrière moi.

Tout cela m’aide aussi lorsque je suis dans des moments difficiles et que l’amour de soi est un concept lointain. Je m’appuie sur ses souvenirs et sur mes valeurs pour me sentir mieux. À chacune sa formule et je vous souhaite de trouver la vôtre pour parvenir à vous aimer 🥰 !

L'avis de la rédaction : bien s'aimer, c'est vivre en affection avec soi-même

L'amour de soi est un sujet vaste qui touche à l'intime. C'est souvent un long chemin pour apprendre à s'aimer telles que nous sommes. Mais pour que l'amour de soi soit porteur, pour qu'il nous pousse vers l'avant, il doit être accompagné de lucidité. C'est-à-dire, être capable de reconnaître ses qualités comme ses faiblesses, ses limites et ses parts d'ombre. C'est seulement ainsi que nous serons capables de les transformer en quelque chose de bon pour nous. Il existe également une notion d'amitié envers soi-même comme nous l'explique Nicole Prieur, psychologue : « Aristote tenait beaucoup à la notion d’amitié pour soi-même. Des siècles plus tard, elle me semble toujours aussi parlante et valide ! Bien s’aimer, c’est en effet réussir à vivre en affection avec soi-même, c’est se vouloir du bien, accepter les belles choses qui nous arrivent, faire preuve vis-à-vis de soi de douceur, même de tendresse » Si vous ne parvenez pas à faire preuve de bienveillance avec vous-même, que vous manquez de confiance en vous ou que vous vous sentez mal, tout simplement, n'hésitez pas à contacter un coach afin de travailler ensemble sur ce point.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources : FemmeActuelle

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Cachez ce téton que je ne saurais voir ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

Avez-vous remarqué combien les seins, et particulièrement les tétons des femmes, sont censurés ? Notamment sur les réseaux sociaux, Instagram étant le spécialiste de la censure des tétons. Je suis beaucoup d’artistes faisant du nu artistique, la plupart doivent flouter les tétons des femmes, alors que ceux des hommes non… Pourquoi faut-il qu’on cache nos tétons ? Qu’ont-ils donc de si gênant ?

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs fois des questions sur son identité. Son genre assigné à la naissance était “homme”, mais lui se sentait plus “femme”. Être transgenre, c’est ressentir un décalage entre le genre assigné à la naissance et son ressenti. Je pensais que c’était quelque chose que l’on savait au fond de soi, depuis toujours, mais en réalité, mon ami m’a fait comprendre que c’était beaucoup plus complexe que cela. Alors comment savoir si on est transgenre ? Explications.

Comment gérer un passif-agressif ? 5 astuces imparables

Ils procrastinent, boudent pour un rien et rejettent la faute sur vous ? Les passifs-agressifs ont de quoi nous rendre fou. Personnellement, au lieu de rentrer dans leur jeu malsain, je garde mon calme et réagis intelligemment… Et ça fonctionne ! Découvrez 5 astuces pour gérer les comportements passifs-agressifs.

7 aliments à mettre dans votre assiette pour une peau parfaite

J'ai la peau mixte et j'adore manger. Vous vous dites quel est le rapport... Eh bien, c'est une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce qu'une peau parfaite, ça passe aussi par l'assiette. Pas la peine d'installer le frigo dans la salle de bains, mettez juste le cap sur les crevettes, les framboises ou les tomates.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici