Vous n’aimez pas votre corps ? Voici 1001 fesses pour plus de self-love !

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai toujours eu une relation d’amour-haine à mon corps. Enfin… Pour être honnête, c’est plus une relation haine-haine. Il est hors normes, il est gros, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas beau. J’apprends à me dire cela et une chose qui m’aide beaucoup, c’est d’être confrontée à des images de corps différents. Il y a d’ailleurs un projet qui m’a fait beaucoup de bien, c’est celui de 1001 fesses. Je vous explique le concept !

Vous n’aimez pas votre corps ? Voici 1001 fesses pour plus de self-love !
Sommaire : 

1001 fesses, un projet qui fait du bien

Ce sont deux amies québécoises et surtout photographes, qui ont lancé un projet photo un peu particulier : 1001 fesses. Le but ? Photographier des fesses, de toutes les formes et de toutes les couleurs. Le réel but ? Nous faire aimer notre corps et nous ôter l’envie de grimacer quand on le voit nu 🤗.

Une photographie issue de l’Instagram de 1001 fesses

Une photographie issue de l’Instagram de 1001 fesses

Des fesses de la vraie vie

En 2022, le fessier n’a jamais été autant mis en avant ! C’est vrai ça, avoir de belles fesses, c’est tendance en ce moment. Cependant, au-delà d’une mode, qui va sûrement encore changer, l’important, c'est d'aimer son petit fessier. Attention, ce n’est pas une injonction, je suis plutôt pour le body neutrality que le body postive. On s’aime comme on peut, comme on veut. Mais voir des culs charnus, musclés, mous, avec de la cellulite, etc. Bah ça fait du bien 🎉 !

1001 fesses, ce n’est pas n’importe quelles fesses en plus, ce sont celles de la vraie vie, sans Photoshop. Et en voyant ces fesses, on se rend compte d’à quel point les imperfections sont belles et que ça fait du bien de voir de la diversité 🥰.

Le regard des femmes photographes

Les deux femmes photographes, Emilie Mercier et Frédérique Marseille, explique ce projet est né dans la volonté de déconstruire le regard dur que l’on peut avoir sur nous-même :  

Nous sommes amies, deux femmes, qui vivent, comme tant d’entre nous, certains complexes devant le méchant miroir. En se serrant un bout de fesse entre les doigts, pour prouver à l’autre les ravages d’une cellulite en pelure d’orange ou d’un bouquet de vergetures héritées de l’adolescence, nous nous sommes dit : et si on collectionnait 1001 fesses ?

Se réapproprier son corps en photo

Je pense que l’une des meilleures solutions pour prendre confiance en soi, est de faire une séance photo. Mais pas n’importe laquelle ! Il y a beaucoup de femmes photographes qui proposent de shootings photo pour se réapproprier son corps, nu ou non. C’est un moyen de se redécouvrir à travers le regard de quelqu’un d’autre, rempli d’empathie. Je pense d’ailleurs qu’il est nécessaire de passer devant l’objectif d’une femme, plutôt que d’un homme, pour ne pas subir son male gaze. Le but n’est pas de se sexualiser, mais bien de poser un regard doux sur notre corps !

Pourquoi je suis tant convaincue par cela ? Parce que j’organise moi-même ce type de shooting, pour aider les femmes à se sentir mieux dans leur peau. Voici quelques autres exemples du travail de consœurs qui fait du bien :

Le travail de Clémentine

Le travail de Clémentine

Le travail de Flavie

Le travail de Flavie

Le travail de Clémence et d'Armâne

Le travail de Clémence et d'Armâne

La nécessité d’une représentation de la diversité

Beaucoup de femmes souffrent de dysmorphophobie et n’aiment pas leur corps 😥. Même lorsqu’il est dans la norme ! On a l’impression que pour être charismatique et belle, il faudrait qu’on corresponde à toutes les normes que la société nous impose, dont la minceur et la peau lisse. Cela va même jusqu’à notre intimité, puisqu’on doit réapprendre à aimer nos vulves. Eh oui, le porno et le regard masculin nous font beaucoup de mal ! On a la sensation de ne pas être normal, parce que notre corps est différent de ce qu’on voit dans les médias 🥴.

C’est pourquoi des projets comme 1001 fesses ou d’autres femmes photographes sont essentiels pour notre self-love. Ils nous montrent tous les corps, ceux qu'on ne voit jamais dans les magazines et autres médias. Avoir différentes représentations peut nous permettre de prendre du recul et d’avoir un regard bienveillant sur notre corps. Il faut se nourrir de ces images et les faire circuler pour changer la vision que l'on a de nous. On mérite un peu de douceur 💕 ! 

* Photo de couverture de 1001 fesses

L'avis de la rédaction : apprendre à s'aimer, c'est possible !

Apprendre à aimer son corps, ou du moins ne plus le détester, à cohabiter sereinement, c'est possible mais ça se travaille ! Si vous ne vous sentez pas à l'aise dans votre peau, que certains complexes vous gâchent la vie ou vous empêchent de faire certaines choses, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Source : bibamagazine.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici