Trop grosse pour faire du sport ? Stop à la grossophobie

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Regarde-la, elle, comme elle est grosse ! Je suis sûre qu'elle ne peut même pas courir". Cette phrase, je l’ai véritablement entendue à mon propos. La personne ne pensait pas que je pouvais entendre ce qu’elle disait, mais ça a été le cas. Malheureusement, j’ai l’habitude … Je suis victime de grossophobie depuis ma tendre enfance ! En effet, je suis en surpoids pour diverses raisons. Et des remarques sur mon corps, j’en ai entendu ! À tel point qu’elles ont beaucoup trop influencé mon rapport au sport. Entre regard des autres et grossophobie, je vais vous parler de mon expérience par rapport à la pratique d’une activité sportive.

Trop grosse pour faire du sport ? Stop à la grossophobie

Qu’est-ce que la grossophobie ?

Avant de parler de sport, il convient que j’explique ce qu’est la grossophobie. Le dictionnaire Robert la définit depuis 2019 :

“Grossophobie : ensemble des attitudes et des comportements hostiles qui stigmatisent et discriminent les personnes grosses, en surpoids ou obèses.”

Cela résume bien ce comportement malsain envers les personnes grosses. Cependant, on peut aussi être grossophobe envers soi-même. L’idée de vouloir maigrir en permanence, l'enchaînement de régimes ou d’heures de sport, pour avoir un corps qui correspond à la norme, est une grossophobie intériorisée 😞. Malheureusement, comme le dit la militante, Gabrielle Deydier, la grossophobie est la seule discrimination socialement acceptable, ce qui nous pousse à l'intérioriser.

J’ai longtemps souffert de cette intériorisation à cause de mon surpoids. Néanmoins, j’ai décidé de dire STOP et de me réconcilier avec mon corps. C’est d’ailleurs pour cela que je ne fais plus de régime et que je pratique l’alimentation intuitive. Je veux être bienveillante avec mon corps 🥺.

👉La grossophobie est une forme de discrimination plus banalisée et il faut que cela cesse. Voici l'un des collectifs qui lutte contre : Gras Politique.

Faire du sport par pression

J’ai dit que faire du sport pour vouloir perdre du poids est grossophobe dans le sens où on agit à cause d’une pression extérieure. Si on était seule sur terre, on ne serait jamais en train de remettre en question notre corps et notre apparence physique 😅. C’est le regard des autres qui change la perception que l’on a de nous. De plus, être mince n’est pas synonyme de bonne santé tout comme être gros ne veut pas dire être en mauvaise santé.

Les personnes grosses ont conscience de leur surpoids. Elles sont, pour la plupart, rigoureusement suivies par leur médecin et font des bilans sanguins régulièrement. Donc il ne sert à rien de faire des remarques sur leur apparence physique, encore moins lorsqu’elles veulent faire du sport 🤕.

👋 Cet article peut vous intéresser : Blemmophobie : la peur du regard des autres

Attention aux mauvaises raisons

Pour ma part, j’ai longtemps fait du sport pour perdre du poids. Être mince était mon but ultime et je me suis longtemps acharnée. Malheureusement, ça m’a fait détester le sport, je n’y prenais aucun plaisir. Faire de l’exercice avait pour unique but de modeler mon corps pour qu’il corresponde enfin à la norme. En outre, ce qui m’a aussi fait arrêter, c’est le regard des gens. J’avais l’impression d’être constamment jugée sur ma façon de faire du sport et sur le fait que je perde réellement du poids ou pas 😔. Il faut faire du sport pour les bonnes raisons ! Choisir une activité physique qui nous plaît est essentiel pour être investie dans la pratique.

On peut tenter le yoga, enfin devrais-je dire plutôt le yogras (ce n'est en rien une insulte !)

Se reconnecter à soi

Avec les années, j’ai appris à avoir un regard bienveillant sur mon corps. Ce n’est pas encore totalement parfait, mais je n’ai plus de relation toxique à mon apparence physique. Ça m'a aidé à comprendre une chose : je peux faire du sport sans chercher à maigrir. Le sport est un moyen de se reconnecter à soi-même. Bouger permet d’avoir un corps plus tonique, en meilleure santé, plus endurant, que l’on pèse 50kg ou 100kg 😉. La perte de poids peut être un des effets de l’activité physique, mais désormais, c’est quelque chose de très secondaire à mes yeux. Mon corps peut bouger comme un autre, alors j'ai pris la décision de recommencer le sport, comme je veux et avec plaisir ! 

L’essentiel pour réellement apprécier le sport, c’est de se détacher du regard et du jugement d’autrui. C’est en prenant confiance en soi que l’on parvient à atteindre cet état. Surtout que le sport contribue à se sentir mieux, notamment parce qu'il réduit le stress et l'anxiété, comme l'explique le professeur en psychologie, Michael Otto. Il nous permet de libérer des endorphines.

Je prends les bons côtés tout en regardant droit dans les yeux les gens qui osent me juger. Leur grossophobie ne m’arrêtera pas dans mon activité sportive 💪 ! Faites-en de même, faites du sport pour vous, pour votre plaisir et non pas pour correspondre aux attentes des autres et de la société.

L'avis de la rédaction : faites-vous plaisir !

Quand on est en surpoids, le choix du sport a son importance. Tournez-vous de préférence vers une activité qui allège les articulations telles que la natation ou le vélo d'appartement assis ou semi-assis. Écoutez-vous, écoutez votre corps, prenez soin de vous et oubliez ce chiffre sur la balance. Ne faites pas de sport pour maigrir, mais pour vous faire plaisir ! Si vous vous sentez mal, n'hésitez pas à contacter l'un de nos professionnels !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 

#BornToBeMe 

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources : Livres "On ne naît pas grosse" par Gabrielle Deydier // "Exercise for Mental Health" par Sharma, A., Madaan, V., et Petty, F.D.

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La blessure de trahison : pourquoi ça fait aussi mal de se faire trahir ?

S'il y a une chose que j'ai beaucoup de mal à pardonner dans une relation, qu'elle soit amicale, amoureuse ou familiale, c'est la trahison. On se sent sale, diminué. La trahison, c'est la mort brutale de la confiance. Tous les souvenirs heureux semblent salis, factices. On doute de tout, on ne sait plus à quoi, à qui se raccrocher. Pour mieux comprendre cette blessure émotionnelle complexe, j'ai décidé de vous en parler.

5 étapes pour pouvoir surmonter une trahison amoureuse

J'ai déjà été trompée par le passé, par un ex. J'ai vécu cela comme la pire des trahisons, car j'ai eu vraiment la sensation d'être bafouée et que je ne méritais pas d'être respectée. La trahison amoureuse, c'est sans doute la pire, par le biais de la tromperie. Alors comment s'en remettre et se reconstruire ? Il y a 5 étapes à surmonter pour pouvoir avancer avec cette blessure...

Blessure de rejet : la comprendre et l'accepter pour en guérir

Rupture amoureuse, dispute familiale, licenciement… On a toutes vécu un jour la sensation d’être rejetée, exclue ou mise à l’écart. Certaines arrivent à rebondir assez rapidement, quand d’autres en soufre de manière persistante. Pour ma part, j’ai compris comment avancer, car j’ai mis des mots : cela s’appelle une blessure de rejet. Comment peut-on souffrir d’une telle peur du rejet ? Comment en guérir et avancer ? Explications.

Névrose abandonnique : comment gérer le sentiment d’abandon ?

Avoir peur de finir seul·e. Qui n'a jamais eu ce sentiment ? Je crois qu'on a tous et toutes en nous cette crainte d'être abandonné. Cependant, pour certaines personnes, ça va plus loin, au point qu'elles donnent tout à leur proche, même les choses les plus folles et au point de s'épuiser. Ce comportement est révélateur de la névrose abandonnique, c'est-à-dire, la peur d'être abandonné. Alors, voici comment la détecter et s'en défaire.

Les 5 blessures de l'âme : tout savoir pour ne plus souffrir

Rejet, abandon, trahison, humiliation, injustice… Autant de mots qui n'évoquent pas quelque chose de positif et qui correspondent aux 5 blessures de l’âme. L’autrice canadienne, Lise Bourbeau, a publié un livre à ce propos et elle explique en quoi les blessures émotionnelles nous affectent et nous perturbent. À cause d’elles, on s’empêche d’être nous-même, c’est pourquoi, il faut les connaître et les décrypter pour se débarrasser de sa souffrance.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube