Je ne veux pas de responsabilités et je le vis très bien !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Il y a celles qui sont de véritable working woman et qui prennent les choses en main et il y a moi, qui adore être planquée derrière mon bureau et avoir le moins de responsabilités possibles. C’est souvent assez tabou dans le monde du travail, d’affirmer ne pas vouloir de responsabilités. Il faut au contraire dire qu’on peut les gérer sans soucis et être réactive en cas de pression. Sauf que personnellement, ça ne me plaît pas de devoir diriger d’autres personnes et de devoir assumer les actions des autres. Pourquoi est-ce que ça me déplaît autant ? Eh bien il y a plusieurs raisons…

Je ne veux pas de responsabilités et je le vis très bien !
Sommaire : 

Décentrer la place du travail

Aujourd’hui, nous sommes définis par notre travail. C’est d’ailleurs la première chose que l’on demande à une nouvelle personne quand on la rencontre “et tu fais quoi dans la vie 🧐 ?”. On devrait pouvoir répondre ce que l’on veut, mais à la place, on se sent obligé de parler de notre activité professionnelle. Pourtant, nous sommes bien plus que cela 😬 ! Nous avons des passions qui permettent de saisir davantage notre singularité qu’une activité rémunérée à laquelle on ne peut échapper.

Certaines personnes définissent ainsi le travail comme de l’esclavagisme moderne 😳. Le philosophe, Friedrich Nietzsche, disait d’ailleurs : “Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave, qu'il soit d'ailleurs ce qu'il veut : politique, marchant, fonctionnaire, érudit.”

>>>Le saviez-vous ? Il faudrait travailler 8h par semaine pour préserver notre santé mentale 🤯 !

Responsabilités et réduction du travail

Je suis donc de celles qui veulent travailler moins, parce que nous n’avons qu’une vie et qu’on doit en profiter autrement. Alors évidemment, ce désir n’est absolument pas compatible avec le fait d’avoir plus de responsabilités professionnelles 🤐. Généralement, avoir des responsabilités au travail sous-entend le fait de manager une équipe, d’assumer ses choix stratégiques et ses erreurs (ainsi que celles des autres), de supporter des contraintes, de représenter son entreprise et de pouvoir s’adapter en permanence au changement, etc. 

Je ne nie pas ces qualités et j’essaie toujours de me remettre en question, mais elles engendrent forcément un investissement plus important, ce que je ne souhaite pas 🙅‍♀️. Du moins, je ne désire pas assumer des responsabilités au nom d’une autre personne.

Cet article peut vous intéresser >>> Semaine de 4 jours : un réel boost pour notre productivité ?

N’engager que soi

Ne pas vouloir de responsabilités dans mon travail ne m’empêche pas de m’épanouir. Certes, j’ai peu de perspectives d’évolution, mais cela me laisse davantage de temps libre et c’est comme ça que j’ai réussi à trouver ma place au travail 🤗. Je crois que je suis une artiste dans l’âme et mes passions sont dévorantes. Rien que pour cela, j’aimerais qu’il y ait un salaire universel, afin que chacun et chacune puisse vaquer à ses occupations. Malheureusement, c’est encore loin d’être le cas vu la logique capitaliste dans laquelle nous sommes ancrés 😔. Bien sûr, je n’oublie pas le fait qu’il soit nécessaire d’être un minimum rentable. Ainsi, j’essaie donc de monétiser mon art et mes créations à côté de mon activité salariée.

C’est la principale raison à mon non-désir de responsabilités dans le monde professionnel. J’essaie d’exercer une autre activité où je suis ma propre chef et où les décisions n’engagent que moi. Car c’est bien cela qui me gêne dans le fait d’avoir des responsabilités au travail, c’est de devoir faire des actions qui auront une répercussion sur d’autres personnes et au nom d’un tiers 😖.

Un syndrome de l’imposteur tenace ?

J’assume mes erreurs, car je sais que c’est le meilleur moyen d’avancer et de se corriger. Néanmoins, lorsque cela arrive, je m’interroge profondément et je doute régulièrement de moi. Ce sont les restes de mon syndrome de l’imposteur, qu’il est encore difficile d’éclipser. Voilà pourquoi j’ai du mal à avoir des responsabilités, parce que si je doute de moi, comment assumer le travail des autres ? Pendant longtemps, j’ai souffert d’ergophobie, dont j’ai réussi à me débarrasser, mais je me sens comme Bambi qui se met debout pour la première fois sur ses jambes 🥴. Je suis encore hésitante, sauf que pour avoir des responsabilités, il faut être extrêmement sûr de soi.

Alors, il serait facile de se dire qu’il me faudrait un peu de confiance en moi pour pouvoir avoir des responsabilités. Oui certainement, mais il y a les autres raisons qui ne peuvent pas disparaître. Japprends peu à peu à croire en mes propres capacités, mais cela n’empêche pas que j’aime avoir du temps pour moi et que c’est incompatible avec le fait d’avoir un poste à responsabilité. Je vis donc très bien le fait d’être une “simple” salariée et je fais du mieux que je peux mon travail, tout en gardant ma légèreté. C’est mon moyen d’être épanouie dans le monde professionnel !  Et vous ? Pour ou contre avoir des responsabilités 🤔 ?

L'avis de la rédaction : c'est OK de ne pas vouloir de responsabilités !

C'est OK de ne pas vouloir de responsabilités, de ne pas rêver d'une grande carrière même si c'est parfois mal vu. Le regard, le jugement des autres est parfois lourd à porter. Ce qui compte, c'est de trouver votre chemin, ce qui vous permet de vous épanouir et de vous sentir bien dans votre quotidien. Si vous avez l'impression de ne pas trouver votre place au travail, que des angoisses vous font perdre le sommeil, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue pour faire le point.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici