Comment se comporter face à une personne bipolaire ? Aider & accompagner

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Le trouble bipolaire est une maladie psychique chronique qui dérègle l'humeur. Pour aider au mieux un proche bipolaire, il faut donc comprendre cette maladie et déterminer les phases dépressive ou maniaque afin d'adopter le meilleur comportement. Mais avoir un proche bipolaire c'est aussi devoir trouver du soutien pour soi, pour parler, partager et ne pas rester seule face à cette maladie prenante.

Comment se comporter face à une personne bipolaire ? Aider & accompagner

Connaître la bipolarité pour bien réagir

Si vous vivez ou êtes en couple avec une personne bipolaire, vous savez sans doute que c'est une maladie mentale qui atteint les humeurs mais qui ne se contrôle pas. Impossible pour la personne bipolaire de gérer ses émotions, de prendre sur elle, il faudra donc faire preuve de patience et surtout éviter de juger. Aider un proche bipolaire est un rôle important, qui doit être pris au sérieux. C'est aussi une belle preuve d'amour qui nécessite cependant une aide. Malgré la bipolarité de l'autre, vous devez à tout prix prendre soin de vous. Il est important de bien se renseigner sur la maladie pour comprendre son fonctionnement et donc adapter au mieux son comportement et sa façon d'aider l'autre. Nous vous avons préparé un article complet sur le sujet : Trouble bipolaire : Qu'est-ce que c'est et que faire ?

Patience, empathie, compréhension
Interagir avec une personne atteinte de trouble bipolaire nécessite de la patience, de l'empathie et de la compréhension. Informez-vous sur la maladie pour mieux comprendre ses symptômes. Encouragez une communication ouverte, honnête et respectueuse. Soutenez la personne dans son traitement et établissez des limites pour protéger votre propre bien-être. Prenez soin de votre santé mentale et restez positif, rappelant à la personne qu'elle n'est pas seule et que vous êtes là pour la soutenir.

Conseils pour aider un proche bipolaire

1. Se renseigner sur le sujet

L'éducation, se renseigner est la première étape pour comprendre et pouvoir aider. La bipolarité est une maladie mentale complexe qui se caractérise par des changements d'humeur extrêmes, allant de la manie à la dépression. Ces changements peuvent être très déroutants pour les personnes qui ne sont pas familières avec la maladie. Il est donc essentiel de se renseigner sur les symptômes, les causes, les traitements et les stratégies d'adaptation associées à la bipolarité. Vous pouvez aider à déstigmatiser la maladie et à créer un environnement plus serein. Je vais maintenant vous donner mes conseils pour gérer les différentes phases. 

Phase dépressive : être attentif

Durant la phase dépressive, la personne bipolaire a tous les symptômes de la dépression : tristesse, fatigue importante, perte d'intérêt, laisser-aller, etc. Lorsque vous constatez ces signes essayez de communiquer avec la personne, écoutez-la, tentez de la divertir et poussez-la à consulter son psychiatre. Si la phase dépressive est déjà très avancée vous pouvez prendre en charge les tâches quotidiennes (courses, repas, ménage, factures, démarches administratives, etc.) et veillez aux pensées suicidaires. Surveillez votre proche discrètement, repérez les intentions de suicide et restez attentive aux signes de passage à l'acte imminent. Discutez avec un médecin ou un psychiatre si vous êtes trop inquiète.

Phase maniaque : patience et distance

À la différence de la phase dépressive, lors d'une phase maniaque, la personne bipolaire a une énergie décuplée, elle peut même se passer de sommeil pendant plusieurs jours. C'est surtout l'entourage qui va constater une phase maniaque et pourra alerter le bipolaire qui se sent lui, plutôt bien et en forme. Durant cette phase, il va être très difficile de le raisonner, exprimer donc vos ressentis, mais ne réagissez pas à ses attaques. Restez passive, bienveillante et s'il le faut, éloignez-vous, prenez de la distance, tout en gardant un œil sur lui. Votre œil ou celui d'un proche qui pourra vous remplacer quelque temps. Si durant cette phase maniaque la personne bipolaire va trop loin, met sa santé en danger, est violente avec vous, agressive, menace de perturber l'ordre public, alors une hospitalisation peut être nécessaire. Prenez contact avec le psychiatre.

2. Faire preuve d'empathie 

L'empathie est essentielle lorsqu'on interagit avec une personne atteinte de trouble bipolaire. Elles peuvent avoir des comportements imprévisibles et il est important de ne pas les juger. Essayez plutôt de comprendre ce qu'ils ressentent et pourquoi ils agissent ainsi. La personne se sentira ainsi comprise et soutenue.

3. Communiquer, la base !

La communication est un autre aspect crucial de l'interaction avec une personne atteinte de trouble bipolaire. Il est important d'encourager une communication ouverte et honnête. Si vous êtes préoccupé par leur comportement, exprimez-le de manière respectueuse et non jugeante. Utilisez des "je" plutôt que des "tu" pour exprimer vos sentiments. Par exemple, au lieu de dire "Tu es toujours en colère", dites "Je me sens mal à l'aise quand tu élèves la voix". Cela peut aider à éviter les conflits et à favoriser une meilleure compréhension mutuelle.

4. Soutenir encore et toujours 

Le soutien peut prendre de nombreuses formes. Cela peut signifier encourager la personne à suivre son traitement, à consulter son médecin, à assurer son suivi avec son psychologue, ou simplement à être là pour elle lorsqu'elle en a besoin. Entre les différentes phases, la vie continue. Comportez-vous normalement et n'attribuez pas la moindre forte émotion à la maladie.

Prenez soin de vous

Dans les points précédents, je me suis intéressé à la personne bipolaire mais il en est une autre à ne surtout pas négliger : vous ! C'est capital si vous souhaitez continuer à aider l'autre. Prendre soin de soi est un aspect souvent négligé lorsqu'on aide une personne atteinte de trouble bipolaire. Souvenez-vous que vous ne pouvez pas aider efficacement si vous ne prenez pas soin de vous-même. Il est important de reconnaître vos propres limites et de ne pas vous sentir coupable de celles-ci.

Il faut également établir des limites. C'est essentiel. Cela peut signifier définir le temps que vous passez à aider la personne, sur le type d'aide que vous êtes capable de fournir, ou sur la manière dont vous êtes traité. Il est important de communiquer ces limites de manière claire.

L'avis de la rédaction : ne vous oubliez pas

Si vous êtes l'une des proches d'une personne bipolaire il est important de trouver du soutien auprès de votre entourage, de groupe de parole, de professionnels, d'un thérapeute. Votre propre bien-être est aussi important, d'autant plus que la maladie de votre proche peut être source de stress, d'anxiété ou mener à la dépression. Essayez le plus possible de trouver du temps pour vous détendre, faire ce que vous aimez et surtout, surtout, n'hésitez jamais et n'ayez jamais honte de demander de l'aide.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 

#BornToBeMe 

Contacter un thérapeute

Source : Proche bipolaire, comment se comporter ? - Giphar

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube