La peur de grandir : être adulte, c'est obligé ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

"Quand je serai plus grande, je serai..." Qui n'a jamais fantasmé l'âge adulte et la liberté qu'il semblait offrir. Seulement voilà, il arrive qu'on se retrouve à l'âge adulte, mais plus du tout envie de sortir de l'enfance et de devoir affronter les responsabilités qui viennent nous écraser. Seulement, voilà, à un moment on doit tous se rendre à l’évidence : dans la vraie vie, notre cape d'invisibilité ne fonctionne pas. On est bel et bien adulte et on doit faire avec, parce que sinon, on risque de tomber de haut et la chute est parfois brutale.

La peur de grandir : être adulte, c'est obligé ?

La peur de grandir : petit caprice ou vrai problème ?

Grandir, ça peut faire peur 😨. Pour certains, cela signifie quitter la sécurité du cocon familial, pour d'autres, c'est l'angoisse de perdre l'insouciance liée aux jeunes années. Plus de responsabilité et moins de fun, en effet, vu comme ça, on comprend que certaines d’entre nous ressentent une légère appréhension à l’idée de passer le cap. Eh oui, le monde de l’enfance est sans limite. Certes, les enfants ont des règles et des obligations ⛔, mais leurs rêves et leur imagination sont sans limite. Devenir adulte, c’est mettre les pieds dans la réalité, se heurter aux limites qu’elle impose et les affronter.

Être adultes : entre limites et peurs

Alors qu'avec des yeux d'enfant, l'âge adulte semble être ce lieu de liberté infinie où tout semble possible, une fois de l'autre côté, les choses sont beaucoup moins roses. On prend vite conscience des limites qu'impose l'âge adulte et des peurs qu'il génère.

  • ☠️ On est plus vieux, et on prend conscience de sa mort
  • 🛤️ On doit tenter de trouver un sens à sa vie, une carrière, des projets, avoir de l'ambition, etc.
  • 🚶 On doit aussi, souvent, en quittant le cocon familial faire l'apprentissage de la solitude

Finalement, la peur de grandir, c’est aussi la peur de s’affirmer, de ne plus être l’enfant de ses parents pour devenir une personne à part entière, lâchée dans le vaste monde. C’est aussi la peur d’agir, en lien avec la peur de l’échec, mais en lien aussi avec cette idée de la mort, bien plus présente à l’âge adulte que pendant l’enfance. Pourquoi faire telle ou telle chose, si inexorablement la fin se rapproche ? Et enfin, grandir, c’est aussi devoir faire face à la peur de la solitude.

Peur de grandir = gérontophobie ?

La gérontophobie n'est pas exactement la peur de grandir, mais la peur de vieillir, du vieillissement 👵. On parle même d'une aversion pour tout ce qui touche à la vieillesse. Les gérontophobes font tout leur possible pour tenter de ralentir le processus de vieillissement. S'ils sont déjà âgés, ils peuvent aussi être dans le déni, refuser les avantages liés à leurs âges ou refuser de nouer des relations avec des personnes de leur âge.

La peur de grandir, peut induire un syndrome de Peter Pan, il pousse une personne à ne pas vouloir entrer dans l'âge adulte et/ou à s'enfermer dans le monde de l'enfance, quand une personne atteinte de gérontophobie aura peur de l'étape après, à savoir, celle de devenir une personne âgée.

Pourquoi avons-nous peur de grandir ?

La peur de grandir provient généralement de deux sources : l'incertitude et le changement 🤔. En vieillissant, nous sommes confrontés à de nouvelles responsabilités et à des décisions qui peuvent façonner l'ensemble de notre vie future. C'est effrayant ! De plus, grandir implique souvent de quitter des choses familières : sa famille, des amis, une maison, une ville ou même un mode de vie. Grandir est une chose qui se fait naturellement. On prend de l’âge qu’on le veuille ou non, mais devenir adulte implique de véritablement sauter le pas et sortir du nid. 

Parfois, il peut s’agir de quitter la maison familiale, d’autres fois, de trouver un emploi, se faire ses propres opinions et puis d’autre fois encore de faire des rencontres s'engager dans une relation amoureuse ou tout simplement faire sa lessive, sa vidange et payer ses impôts. Plus notre âge correspond à celui d’un adulte et plus on se rend compte des contraintes qui incombent à cette vie de grande personne. Difficile parfois d’accepter cette réalité quand on a du mal avec les contraintes ou que l’on n’a pas appris à gérer la frustration.

être adulte c'est être indépendant et autonome

Et puis, devenir adulte, c’est aussi être indépendant et autonome, mais ça, c’est un processus qui demande parfois du temps et qui s’apprend souvent dès l’enfance ou plus particulièrement l’adolescence.

Quelles sont les conséquences d'une peur excessive de grandir ?

Prenant conscience de tout cela, en effet, on se dit qu'il y a un tas de bonnes raisons de vouloir rester un enfant. Le danger, c'est alors de souffrir du syndrome de Peter Pan et de refuser tout ce qui a trait au monde de l'adulte. On risque donc de souffrir d'une forme de dépendance à ses parents, ou a un partenaire de substitution. C’est aussi une attitude qui, comme on peut s’y attendre, empêche de s’épanouir en tant qu’adulte et de révéler son plein potentiel. Ne pas parvenir à se confronter au monde adulte peut entraîner divers problèmes plus ou moins dangereux et néfastes pour la santé physique et mentale :

  • incapacité à assumer ses choix
  • problèmes relationnels : difficultés à se lier aux autres, peur de l’engagement, dépendance affective, etc.
  • anxiété
  • dépression
  • addictions

Comment surmonter cette peur ?

Surmonter la peur de grandir nécessite souvent un travail sur soi. On peut commencer par reconnaître et accepter qu'il est tout à fait normal d'avoir peur du changement. On a tous de bonnes raisons de rester dans notre zone de confort, sauf quand elle nous empêche de nous révéler et de s’épanouir en tant qu’individu. Avoir peur de grandir et désirer ardemment rester dans le monde de l’enfance n’est pas une situation qui permet à une personne de s’accomplir, ni même d’être heureux. Là où il y a de la peur, du rejet et même de la phobie, on parle rarement de bonheur 😥.

Pour passer outre, la peur de grandir, on peut enfin travailler sur des techniques de gestion du stress, comme la méditation, mais le passage par la thérapie est souvent nécessaire. En effet, un psychologue peut débloquer ce type de situation, notamment par le biais d’une TCC, la thérapie cognitive-comportementale.

Pour ce que j’en dis, la peur de grandir suppose souvent que l’on pense devoir se conformer à une certaine idée de ce qu’est la vie d’adulte. Mais être un adulte n’est pas qu’une histoire de contraintes et de responsabilités. Elles sont en effet très présentes, mais ce n’est pas tout ou rien. Aucune obligation, par exemple, de renoncer à une passion d’enfance. L’idée c’est aussi de trouver l’équilibre qui fera de nous un adulte épanoui. Un équilibre qui se situe entre responsabilités et plaisirs, entre maturité et insouciance.

L'avis de la rédaction : consulter pour avancer

Si cette peur est un frein à votre bonheur, à votre épanouissement, n'hésitez pas à consulter en psychologue. Il vous aidera à surmonter cette peur en en vous aidant à comprendre son origine, à mieux gérer vos émotions et à changer vos schémas de pensée. Il vous apportera les outils et les clés nécessaires pour entrer dans l'âge adulte avec plus de sérénité. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Prenez encore 5 minutes :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Hypervigilance : pourquoi suis-je tout le temps en état d’alerte ?

Un bruit soudain et bam ! Je sursaute. C’est une réaction typique lorsqu’on est dans l’hypervigilance, comme moi. Je surveille tout et j’ai l’impression d’être en état d’alerte quasi en permanence. Cela vous fait ça aussi ? En fait, l’hypervigilance est assez répandue, pourtant on en parle peu. On la retrouve particulièrement chez les personnes perfectionnistes ayant un manque de confiance en elles. Si vous vous retrouvez dans ces mots, découvrez ce qu’est cet état psychologique qui traduit une grande vulnérabilité.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Pourquoi choisir de se marier aujourd'hui?

En voilà une bonne question ? Personnellement, je n'ai jamais rêvé de me marier. Mes rêves de petites filles n’étaient pas faits de tulle blanc, de dentelle et de voile et j'aimais assez l'idée d'un amour si passionné qu'il se passerait d'une union sacrée. Pourtant aujourd'hui, force est de constater que je suis mariée depuis 5 ans et en plus, c'est moi qui ai fait la demande !

Plus qu'un simple derrière, les fesses prennent le devant 🍑

Depuis que j'ai rangé mes baggys et mes strings dans les armoires de mes années 2000, j'avoue m'être plutôt concentrée sur mes seins. Au point même de louper le retour de la fesse sur le devant de la scène. La fesse ? Pas seulement. LA fesse. Celle qui est bombée, qui a des formes, la généreuse, galbée et surtout la décomplexée. Parce qu'on ne s'y trompe pas, toutes les fesses ont leur mot à dire.

Les femmes en politique, des hommes comme les autres ?

Je connais mes classiques et s'il y a bien un truc dont je me souviens, c'est de chanter, à tue-tête, dans la voiture, Être une femme de Michel Sardou. Je devais avoir une dizaine d'années et je ne trouvais rien de plus subversif que de hurler : "Maîtriser à fond le système, accéder au pouvoir suprême : s'installer à la Présidence et de là, faire bander la France." Certes, on a connu moins sexiste, mais quoi qu'il en soit, depuis ce temps-là, féminisme et politique me passionnent, mais est-ce que ça va vraiment de paire ? Quelle est véritablement la place des femmes en politique aujourd'hui et qu'est-ce que ça nous apprend ?

Je veux travailler moins et mettre ma vie pro au second plan !

J’ai toujours fait passer ma vie professionnelle au second plan, car ce qui m’intéresse le plus, moi, c’est la création. L’art, de manière générale, est une source de bien-être. Oui, mais voilà, le problème est qu’il est difficile de vivre de son art et de ses créations. Particulièrement dans une époque capitaliste où la productivité et la consommation comptent par-dessus tout. Mais ne faut-il pas revoir notre conception du travail ? Et si on travaillait moins pour vivre plus ? Comment faire pour réellement travailler moins ? Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube