Je me sens différente des autres : un mal pour un bien ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

"Non mais toi t'es une artiste." "Tu vois bien que t'es un peu originale quand même !" Voilà typiquement le genre de remarques que me font régulièrement (très régulièrement) mes amies. Des compliments ? Pas vraiment. Disons plutôt une façon polie de me faire comprendre que je suis en décalage avec elles, que j'en fais trop, ou pas assez, que je suis différente. Et vous savez quoi ? Je crois bien qu'elles n'ont pas tort.

Je me sens différente des autres : un mal pour un bien ?
Sommaire :

Je ne parle pas, je pense, je ressens

J'ai toujours beaucoup pensé, imaginé, rêvé. Petite, j'étais celle qui, à l'école, se faisait remarquer parce qu'elle était tête en l'air. Introvertie, je n'allais pas facilement vers les autres, et c'est toujours un peu le cas aujourd'hui. Je préfère de loin les observer, les écouter et réfléchir. De toute façon, chaque fois que j'essaie d'aborder un sujet un peu plus profond : les sentiments, l'importance de l'amitié, l'ambition, le sentiment de vide, etc. on me regarde avec de grands yeux, on ne sait pas trop quoi me répondre, on passe à autre chose, ou on me moque. Je me souviens un jour, d'une discussion entre copines, j'évoquais mon compagnon, les sentiments que j'avais à son égard, ce que ça me faisait d'être avec lui. 

🙄 L'une de mes amies m'a demandé si je ressentais vraiment ces choses ou si je n'étais pas seulement en train de paraphraser un livre. Visiblement, ma capacité à ressentir, analyser et témoigner de mes sentiments me place en dehors d'une certaine normalité.

>>> Cet article pourrait vous plaire : Je n'ai pas d'ambition, c'est grave Docteur ?

Les émotions source d'un décalage

Je n'ai pas détecté chez moi une hypersensibilité, mais sans doute une hyperémotivité, source de ce sentiment de décalage. Je ressens et je réagis de façon extrême et je suis incapable de dissimuler quoi que ce soit. Forcément, je dénote face à celles et ceux qui ont appris à maîtriser leur colère ou à ne pas pleurer devant tout le monde. Ce sont ces émotions fortes qui rendent ma vie intense et qui la compliquent aussi. Très empathique, faire plaisir me rend irrésistiblement heureuse. Je peux passer des heures, des jours et des semaines à chercher l'attention ou le cadeau parfait pour quelqu'un. Quand je reçois, j'allume des bougies, je cuisine la journée entière et je mets les petits plats dans les grands. J'en fais toujours trop. Autour de moi, personne ne se donne autant de peine et je le vis mal. C'est pour moi comme un manque d'amour, comme si personne ne cherchait vraiment à me connaître.

Être unique et acceptée : ne plus se sentir différente

Je ne suis pas certaine qu'on se sente un jour moins différente des autres. Nous sommes toutes uniques et il suffit que l'on ressente cette impression de décalage, ce sentiment d'être incomprise pour qu'il demeure en nous. Ça ne veut pas dire qu'il faut rester à l'écart ou s'intégrer de force au mépris de ce que nous sommes. 🧠 La clé, c'est d'apprendre à se comprendre, à s'accepter et surtout à ne plus craindre le regard des autres. Vaste programme s'il en est, mais une fois que l'on aura compris qui nous sommes, ce dont nous avons besoin et comment l'exprimer, les choses seront déjà un peu plus simples. Ce peut aussi être l'occasion de chercher à mieux comprendre les autres. 

😊 Les différences seront toujours là, mais nous ne sommes peut-être pas seules à faire figure d'exception. Chacune porte en elle une unicité qui la distingue. En osant être soi, on pousse les autres à se montrer aussi plus naturels et c'est ainsi que l'on crée des relations plus authentiques, profondes et nourrissantes.

Hypersensibilité, haut potentiel, Asperger,...

Surdouée qui s'ignore, hypersensibilité ou encore syndrome d'Asperger peuvent aussi être la cause d'un sentiment de décalage. Des tests et des professionnels peuvent vous aider et vous accompagner si vous pensez que votre différence est liée à un haut potentiel, un syndrome d'Asperger ou encore un trouble "dys" (dyslexie, dyscalculie, dysorthographie) ou à un déficit d'attention. 

Le sentiment de différence, de faire exception peut nous renforcer, mais peut aussi faire souffrir et conduire à une dépression. À force de se sentir en décalage constant avec son entourage, certaines personnes peuvent finalement décider de vivre à l'écart, de ne pas travailler, de ne pas avoir d'amis, de ne pas fonder de famille, de ne pas voyager, etc. et risquent de passer à côté de leur vie. Voilà pourquoi, le sentiment d'être unique et différent, s'il est mal vécu, doit nous pousser à répondre à la question "qui suis-je vraiment ?", n'hésitez donc pas à demander de l'aide à des spécialistes, des thérapeutes et des psychologues, dans le cadre de cette démarche.

L'avis de la rédaction : la différence est une force !

La différence est une force, vous êtes une personne unique, nous devrions être fières de cette différence mais ce n'est pas toujours le cas. Elle peut être difficile à porter par moments, dur de se sentir en décalage avec son entourage... 👉 Si ce sentiment vous pèse, vous blesse ou est source de souffrance, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin d'en discuter ensemble et de comprendre ce qui se joue en vous. Quelques rendez-vous vous permettront de vous assumer et de vous aimer telle que vous êtes. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

L'avis de la coach Marion Thihy c'est par ici : 8 conseils pour des relations saines et réussies

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Les commentaires

Bonsoir, je tenais à vous remercier pour ce merveilleux article :). Il est très inspirant. Quand j'était petite, les gens me trouvaient étrange, on me demandais pourquoi je restais toujours en retrait et pourquoi j'était si sensible. Ils parlaient dans mon dos, me regardaient bizarrement à chaque fois que j'étais là. Quand je suis entrée au collège, j'ai essayé d'être une autre personne, moins sensible, moins réservée, plus "comme tout le monde". Mais je n'y arrivait pas, la peur d'être jugé et exposé aux émotions des autres refaisait toujours surface. Je m'en voulait d'être aussi susceptible, de toujours donner sans jamais recevoir, de n'être que l'amie de secours des autres. Et c'est là que j'ai rencontré ma future meilleure amie, on n'avait rien en commun, mais elle me comprenait, me donnait autant que je lui donnait, ne me faisait pas être une autre personne. Elle m'écoutait, faisait attention à moi. Pour une fois, j'avais l'impression de compter aux yeux de quelqu'un. Elle m'a appris à ne pas avoir honte de mon hypersensibilité ni de qui j'était. Le moment qui m'a le plus marqué dans ma jeunesse, c'est quand elle m'a dit que j'étais "normal à Ma manière". Cet article est un peu pareil, il redonne confiance en soi, et nous pousse à rester nous même. Je vous souhaite une bonne soirée et encore merci pour cet article. ♥️

Bonjour, J’ai beaucoup aimé lire votre article. Je le trouve très inspirant (surtout dans ce monde ou chacun est enfermé dans une « case » dès la naissance). Il a fait écho en moi car je me suis sentie différente comme vous. Ce message devrait être un message universel, s’aimer soi-même est nécessaire pour aimer les autres. Je vous remercie infiniment pour cet article qui encourage l’authenticité. Belle journée à vous.

Merci ! C'est avec un immense plaisir que je découvre ce matin votre commentaire qui me va droit au cœur. Je suis heureuse d'avoir pu vous toucher par cet article. Continuez de vous aimer et d'être vous-même ! Encore merci et très bonne journée

Nos derniers articles

La vengeance nous fait-elle vraiment du bien ? Ou encore plus de mal ?

“La vengeance est un plat qui se mange froid”. J’ai toujours entendu cette expression, mais froide ou chaude, est-ce que la vengeance fait vraiment du bien ? Le désir de vengeance nous submerge quand nous subissons une injustice, c’est un mécanisme de réaction primaire ancré dans l’inconscient. Lorsqu’on souffre, on veut que l’autre souffre aussi. Voyons voir pourquoi ça nous fait du bien, mais aussi, pourquoi la vengeance peut être dangereuse pour notre bien-être psychique. Explications.

Les symptomes d'une crise d'angoisse : la repérer pour bien la gérer

Les battements de mon cœur s'accélèrent, ma gorge devient sèche, et respirer sans avoir la sensation d'étouffer me semble impossible : pas de doute, la crise d'angoisse est là. "C'est dans la tête" me direz-vous. Oui, certes, ces attaques de paniques sont dues aux mauvais tours que me jouent mes pensées mais j'ai l'impression que je vais mourir tant mon corps s'agite. Elles ont beau être irrationnelles, elles sont dures à contrôler et m'emportent comme dans un cercle vicieux. Symptômes et causes d'une crise d'angoisse, je vous dis tout. Pour bien la gérer, il est important de bien la comprendre.

Démotivée au travail ?

Il y a des jours comme ça... on traîne des pieds et on subit sa journée, rêvant à chaque minute de l'instant où l'on pourra quitter son costume de travailleur, pour passer à autre chose. Bref, c'est le coup de mou et on se demande bien ce qui nous pousse à sortir du lit le matin. Tout le monde connaît un jour une période de moins bien au travail, de démotivation mais il est important de ne pas s'y embourber. Voici 3 astuces pour retrouver la niaque vite et bien !

Comment pratiquer l'écoute active au travail ?

Au travail, nous sommes amenées à échanger avec tout un tas de personnes : collègues, managers, directeurs, etc. Il est donc important de bien comprendre et bien se faire comprendre, pour avoir des relations saines avec tous les acteurs de l’entreprise. L’écoute active est la solution pour des relations apaisées et un fonctionnement plus efficace. Alors, comment montrer qu’on écoute activement son interlocuteur ? Pourquoi est-ce essentiel au travail ? Explications.

Je m’ennuie au travail… Est-ce un bore-out ?

Jour après jour, je tente de tuer le temps au travail. Cela peut paraître risible, mais c’est une situation pesante. J’enchaîne les cafés, je regarde la trotteuse de l’horloge tout le temps, je navigue sans but sur internet. On peut dire que je suis payée à rien faire ! Je sais que beaucoup envient cette situation, mais ce n’est pas joyeux. Entre fatigue, perte d’estime de soi et même dépression, le bore-out est à surveiller.

Que faire quand on s'ennuie ? 10 idées d'activités pour s'occuper

Et voilà, je m'ennuie. Moi qui me plains de ne jamais avoir le temps, maintenant que j'en ai, je ne sais pas comment l'utiliser ! M'occuper de mon intérieur, prendre des nouvelles de mes proches, et pourquoi pas développer certains talents ? Il y a tellement de façons de s'occuper, voici 10 choses à faire quand on s'ennuie !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici