Syndrome d'asperger : ce que vous devez savoir

Mis à jour le par Camille Lenglet

Une difficulté pour communiquer, un enfermement dans une passion, des bruits qui agressent… Vous vous reconnaissez ou vous pensez à une personne de votre entourage avec ces quelques mots ? Ce sont des traits caractéristiques des personnes qui sont atteintes du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme légère. Il est important de comprendre ce qu’est ce syndrome pour une meilleure prise en charge et un accompagnement des personnes Asperger. Voici tout ce que vous devez savoir.

Syndrome d'asperger : ce que vous devez savoir
Sommaire : 

Qu'est-ce que le syndrome d'Asperger ?

La forme d'autisme la plus légère

Le syndrome d’Asperger (SA) a été décrit pour la première fois en 1943 par le Dr Hans Asperger en Autriche. Il a remarqué des troubles du comportement chez plusieurs enfants qui avaient un développement normal de l’intelligence et du langage. Cependant, ces enfants présentaient tout de même des comportements proches de l’autisme. Ce qui les caractérisait le plus était une déficience marquée dans les interactions sociales et la communication.

➜ Au niveau des troubles autistiques, le syndrome d’Asperger se situe dans la partie haute du spectre autistique. C’est-à-dire que c’est la forme la plus légère dans les troubles autistiques.

Le syndrome d’Asperger chez les femmes

Aujourd’hui, beaucoup considèrent que ce syndrome touche très peu de femmes. Toutefois, c’est parce qu’historiquement, les études n’ont été menées que sur des hommes. Les différences culturelles et sociales, par rapport aux femmes, ont été ignorées. Les femmes autistes ont des stratégies d’imitation sociale plus avancées. Elles arrivent mieux à camoufler leurs émotions à cause de la société patriarcale. Effectivement, les petites filles sont plus discrètes à cause des comportements sociaux inculqués : “une petite fille doit être sage et discrète”. 

➜ Il est donc plus difficile d’établir un diagnostic du syndrome d’Asperger sur une femme à cause de ces raisons.

Le témoignage d’une femme Asperger sur son blog >>> Différente par La Mouette

Comment pense un autiste Asperger ?

Un trouble neurologique

Une personne ayant le syndrome d’Asperger n’est pas atteinte d’une maladie mentale. En effet, c’est un trouble du développement neurologique, d’origine génétique. Par conséquent, les principales perturbations des Asperger (ou plus intimement appelés “Aspies”) touchent la vie sociale, la compréhension et la communication.

Une personne ayant Asperger ne pourra pas rassembler les informations à propos de son environnement, de les décoder et de s’adapter. Un Aspie ne pourra pas penser comme nous car il sera submergé par la “cacophonie” qui l’entoure. Il sera dispersé, ses messages ne seront pas clairs et sa communication sera maladroite.

Le profil d’une personne Asperger

Généralement, les personnes atteintes de ce syndrome sont très intelligentes, perfectionnistes et exigeantes. Elles accordent beaucoup d’importance à des petits détails pouvant échapper aux autres. Elles ont des centres d’intérêts précis qui les transcendent et dont elles ne peuvent pas se passer. La mémoire et la logique sont leurs meilleures alliées, la partie gauche de leur cerveau, dédiée à l’analyse.

Quels sont les signes du syndrome d'Asperger ?

L’auto-diagnostic est souvent décrié mais il est parfois utile de pouvoir s’auto-analyser si aucun professionnel ne nous a aiguillé vers le test du syndrome d’Asperger. Il y a quelques traits qui sont facilement identifiables pour savoir si on a le SA ou si une personne de notre entourage l'a :

  • Une difficulté à se faire des amis : parce qu’une personne Asperger ne comprend pas les règles tacites imposées par la société.
  • Aucune empathie : parce qu’elle n’arrive pas à se représenter l’état émotionnel de quelqu’un d'autre (et il a beaucoup de mal à décrypter ses émotions).
  • Des troubles dans la communication non-verbale : Une aspie n’aura pratiquement pas de gestes, d’expression faciales, de ton, etc.
  • Un mutisme inexpliqué : selon les personnes ou les contextes sociaux, un mutisme sélectif et inexpliqué peut apparaître.
  • Des difficultés à écouter les autres : une personne qui a le SA n’arrive pas à faire de l’écoute active. Le fil de sa pensée l’occupe trop.
  • Des obsessions passagères : il suffit qu’un sujet la passionne pour qu’il devienne obsessionnel. Par exemple : la passion d’un pays (apprendre la langue, manger ce qu’on y mange, regarder des photos pendant des heures, etc.).
  • Un besoin de routine : le SA ne permet pas de s’adapter à des changements de situation ou des imprévus, c’est pourquoi les Asperger ont besoin de repères.
  • Un enfermement dans des loisirs : les jeux vidéos, le dessin, l’automobile… Autant de passions qui peuvent permettre à un Asperger de s’évader et de ne pas avoir d’état dépressif.
  • Aucun second degré : il est très compliqué pour une personne Aspie de comprendre les métaphores, l’ironie ou le sens figuré. Tout est compris au sens littéral.
  • Des difficultés de motricité : Les Aspergers peuvent avoir une mauvaise coordination des mouvements. Cela se caractérise par une maladresse excessive et des difficultés en sport.

L’accompagnement du syndrome d’Asperger

Comment se comporter avec une personne Asperger ?

Il ne faut pas brusquer une personne qui a le syndrome d’Asperger. L’écoute et la compréhension doivent être au cœur de notre comportement ! Ce n’est pas à la personne étant atteinte d’autisme Asperger de s’adapter mais à nous. Pour cela, il ne faut jamais faire à un Asperger ceci :

  • avoir des interactions sociales ;
  • lui donner trop d'informations ;
  • le mettre dans un événement bruyant ;
  • lui casser sa routine, etc.

Agir de la sorte l'empêcherait de diminuer l’anxiété qu'il pourrait ressentir. L’autre point important à garder en tête, c’est que les Asperger ont beaucoup de mal à identifier les émotions. Cela peut mettre énormément de distance entre deux individus, il faut alors ne pas hésiter à expliquer ce que l’on ressent.

Le traitement du syndrome d’Asperger

Il n’y a pas de traitement puisque ce n’est pas une maladie psychique mais il peut y avoir une prise en charge psychologique. Seulement si, évidemment, la personne atteinte du syndrome d’Asperger en souffre. Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) permettent d’aider les personnes ayant des difficultés avec ce trouble autistique. De plus, il est important de détecter l’autisme chez l’enfant, plus le diagnostic sera posé tôt, plus il sera facile à l’adulte autiste Asperger de s’adapter socialement.

L'avis de la rédaction : demandez une évaluation

Si vous pensez être atteinte de ce syndrome, ou que l'un de vos proches ou de vos enfants en est atteint, tournez-vous un professionnel de santé. Celui-ci pourra, à l'aide de plusieurs examens, confirmer ou infirmer ce diagnostic.

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Autisme-france.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici