Syndrome d'asperger : ce que vous devez savoir

Mis à jour le par Camille Lenglet

Une difficulté pour communiquer, un enfermement dans une passion, des bruits qui agressent… Vous vous reconnaissez ou vous pensez à une personne de votre entourage avec ces quelques mots ? Ce sont des traits caractéristiques des personnes qui sont atteintes du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme légère. Il est important de comprendre ce qu’est ce syndrome pour une meilleure prise en charge et un accompagnement des personnes Asperger. Voici tout ce que vous devez savoir.

Syndrome d'asperger : ce que vous devez savoir
Sommaire : 

Qu'est-ce que le syndrome d'Asperger ?

La forme d'autisme la plus légère

Le syndrome d’Asperger (SA) a été décrit pour la première fois en 1943 par le Dr Hans Asperger en Autriche. Il a remarqué des troubles du comportement chez plusieurs enfants qui avaient un développement normal de l’intelligence et du langage. Cependant, ces enfants présentaient tout de même des comportements proches de l’autisme. Ce qui les caractérisait le plus était une déficience marquée dans les interactions sociales et la communication.

➜ Au niveau des troubles autistiques, le syndrome d’Asperger se situe dans la partie haute du spectre autistique. C’est-à-dire que c’est la forme la plus légère dans les troubles autistiques.

Le syndrome d’Asperger chez les femmes

Aujourd’hui, beaucoup considèrent que ce syndrome touche très peu de femmes. Toutefois, c’est parce qu’historiquement, les études n’ont été menées que sur des hommes. Les différences culturelles et sociales, par rapport aux femmes, ont été ignorées. Les femmes autistes ont des stratégies d’imitation sociale plus avancées. Elles arrivent mieux à camoufler leurs émotions à cause de la société patriarcale. Effectivement, les petites filles sont plus discrètes à cause des comportements sociaux inculqués : “une petite fille doit être sage et discrète”. 

➜ Il est donc plus difficile d’établir un diagnostic du syndrome d’Asperger sur une femme à cause de ces raisons.

Le témoignage d’une femme Asperger sur son blog >>> Différente par La Mouette

Comment pense un autiste Asperger ?

Un trouble neurologique

Une personne ayant le syndrome d’Asperger n’est pas atteinte d’une maladie mentale. En effet, c’est un trouble du développement neurologique, d’origine génétique. Par conséquent, les principales perturbations des Asperger (ou plus intimement appelés “Aspies”) touchent la vie sociale, la compréhension et la communication.

Une personne ayant Asperger ne pourra pas rassembler les informations à propos de son environnement, de les décoder et de s’adapter. Un Aspie ne pourra pas penser comme nous car il sera submergé par la “cacophonie” qui l’entoure. Il sera dispersé, ses messages ne seront pas clairs et sa communication sera maladroite.

Le profil d’une personne Asperger

Généralement, les personnes atteintes de ce syndrome sont très intelligentes, perfectionnistes et exigeantes. Elles accordent beaucoup d’importance à des petits détails pouvant échapper aux autres. Elles ont des centres d’intérêts précis qui les transcendent et dont elles ne peuvent pas se passer. La mémoire et la logique sont leurs meilleures alliées, la partie gauche de leur cerveau, dédiée à l’analyse.

Quels sont les signes du syndrome d'Asperger ?

L’auto-diagnostic est souvent décrié mais il est parfois utile de pouvoir s’auto-analyser si aucun professionnel ne nous a aiguillé vers le test du syndrome d’Asperger. Il y a quelques traits qui sont facilement identifiables pour savoir si on a le SA ou si une personne de notre entourage l'a :

  • Une difficulté à se faire des amis : parce qu’une personne Asperger ne comprend pas les règles tacites imposées par la société.
  • Aucune empathie : parce qu’elle n’arrive pas à se représenter l’état émotionnel de quelqu’un d'autre (et il a beaucoup de mal à décrypter ses émotions).
  • Des troubles dans la communication non-verbale : Une aspie n’aura pratiquement pas de gestes, d’expression faciales, de ton, etc.
  • Un mutisme inexpliqué : selon les personnes ou les contextes sociaux, un mutisme sélectif et inexpliqué peut apparaître.
  • Des difficultés à écouter les autres : une personne qui a le SA n’arrive pas à faire de l’écoute active. Le fil de sa pensée l’occupe trop.
  • Des obsessions passagères : il suffit qu’un sujet la passionne pour qu’il devienne obsessionnel. Par exemple : la passion d’un pays (apprendre la langue, manger ce qu’on y mange, regarder des photos pendant des heures, etc.).
  • Un besoin de routine : le SA ne permet pas de s’adapter à des changements de situation ou des imprévus, c’est pourquoi les Asperger ont besoin de repères.
  • Un enfermement dans des loisirs : les jeux vidéos, le dessin, l’automobile… Autant de passions qui peuvent permettre à un Asperger de s’évader et de ne pas avoir d’état dépressif.
  • Aucun second degré : il est très compliqué pour une personne Aspie de comprendre les métaphores, l’ironie ou le sens figuré. Tout est compris au sens littéral.
  • Des difficultés de motricité : Les Aspergers peuvent avoir une mauvaise coordination des mouvements. Cela se caractérise par une maladresse excessive et des difficultés en sport.

L’accompagnement du syndrome d’Asperger

Comment se comporter avec une personne Asperger ?

Il ne faut pas brusquer une personne qui a le syndrome d’Asperger. L’écoute et la compréhension doivent être au cœur de notre comportement ! Ce n’est pas à la personne étant atteinte d’autisme Asperger de s’adapter mais à nous. Pour cela, il ne faut jamais faire à un Asperger ceci :

  • avoir des interactions sociales ;
  • lui donner trop d'informations ;
  • le mettre dans un événement bruyant ;
  • lui casser sa routine, etc.

Agir de la sorte l'empêcherait de diminuer l’anxiété qu'il pourrait ressentir. L’autre point important à garder en tête, c’est que les Asperger ont beaucoup de mal à identifier les émotions. Cela peut mettre énormément de distance entre deux individus, il faut alors ne pas hésiter à expliquer ce que l’on ressent.

Le traitement du syndrome d’Asperger

Il n’y a pas de traitement puisque ce n’est pas une maladie psychique mais il peut y avoir une prise en charge psychologique. Seulement si, évidemment, la personne atteinte du syndrome d’Asperger en souffre. Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) permettent d’aider les personnes ayant des difficultés avec ce trouble autistique. De plus, il est important de détecter l’autisme chez l’enfant, plus le diagnostic sera posé tôt, plus il sera facile à l’adulte autiste Asperger de s’adapter socialement.

L'avis de la rédaction : demandez une évaluation

Si vous pensez être atteinte de ce syndrome, ou que l'un de vos proches ou de vos enfants en est atteint, tournez-vous un professionnel de santé. Celui-ci pourra, à l'aide de plusieurs examens, confirmer ou infirmer ce diagnostic.

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Autisme-france.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La personne caractérielle : la reconnaître et comprendre son origine

Jamais je ne me suis décrite comme caractérielle. Par contre, je n’ai jamais eu de mal à associer ce mot à mon père. En vieillissant, j’ai peur de devenir comme lui, alors vais-je adopter le même comportement que lui ? D'ailleurs, comment peut-on définir la personne caractérielle ? Comment la reconnaître ? Quelles sont ses origines ? Autant de questions que je me suis posées et pour lesquelles j'ai trouvé mes réponses que je vais vous partager. Explications.

Je parle seul⋅e, c'est grave Docteur ? Pourquoi donc ?

Si vous avez lu ce titre à voix haute, alors cet article est fait pour vous ! Dans la rue, au travail ou encore chez vous, vous vous êtes déjà surprise à parler tout haut alors qu’il n’y avait personne d’autre que vous dans la pièce. Cela peut surprendre votre entourage ou provoquer en vous une sensation de gêne, mais pas de panique ! Personne ne s’est jamais fait interner pour avoir parlé toute seule. Il s’agit au contraire d’un comportement normal, et tenez-vous bien : positif ! Alors en quoi est-ce une bonne chose ? Comment se contrôler ? On vous explique tout.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Est-ce grave de ne pas avoir de rêve dans la vie ?

J'ai acheté un journal intime. Un journal qui me donne des thèmes sur lesquels écrire. Ce journal m'a demandé de lui décrire le rêve de ma vie. Et là, page blanche. Impossible de trouver quoi écrire. J'avais quelques trucs qui me venaient : voyager, apprendre ça, travailler ici, mais rien que je ne trouvais assez grand, ni assez important pour être LE rêve de ma VIE. Cette histoire m'a inquiétée. Est-ce qu'il faut absolument avoir un rêve dans la vie ? Est-ce que c'est essentiel ? Et est-ce grave si on n'en a pas ? 🤔

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est difficile de dire en toute transparence si on est humble ou pas. J’ai l’impression que cela est contradictoire : si on l’affirme, c’est que quelque part, on n’est pas humble. 🤔 Alors comment définir l’humilité ? Pourquoi est-ce une qualité précieuse ? Comment faire la différence avec le manque de confiance en soi ? Explications.

Vivre sans se projeter : Est-ce que le Carpe Diem peut être nocif ?

Regardez-nous mi angoissées, mi blasées, mais pleines d'une profonde incertitude. À peine avions-nous envisagé une vie sans virus mortel que la guerre est venue toquer à la porte de nos voisins. Je ne sais pas vous, mais pour moi, impossible d'envisager quoi que ce soit. Je me sens forcée de vivre au jour le jour, d'avancer sans percevoir l'horizon, de ne pas pouvoir me projeter. Si cueillir le jour, sans se soucier du lendemain (le fameux Carpe Diem) peut avoir quelque chose de romanesque, pour un être humain, avancer sans savoir où il va est extrêmement perturbant.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube