“Don't look up” : quand un film illustre le déni écologique 🤯

Mis à jour le par Camille Lenglet

C’est le film qui fait beaucoup de bruit en ce moment “Don’t look up : un déni cosmique” ! D’habitude je fuis les productions dont on entend partout parler (non, je n’ai pas encore regardé Squid Game 😬), mais là j’ai été curieuse. Je ne m’attendais pas à recevoir une telle claque et je pense que je ne suis pas la seule dans ce cas. Pourquoi donc ce film nous chamboule ? Peut-être parce qu'il illustre un peu trop bien le déni écologique…

“Don't look up” : quand un film illustre le déni écologique 🤯
Sommaire : 

“Don’t look up” : de quoi s’agit-il ?

Si vous n’avez pas vu le film, je vous fais un rapide résumé : deux astronomes, joués par Jennifer Lawrence et Leonardo Dicaprio, font la découverte d’une météorite qui fonce droit sur la terre et qui va s’écraser dans 6 mois. Ils décident alors d’alerter la Présidente des États-Unis, jouée par Meryl Streep, et la presse… qui n’en ont pas grand-chose à faire 😅.

Bande-annonce VF de Don’t look up

Au début, je me suis dit qu’il s’agissait encore d’un film catastrophe creux, juste soutenu par un énorme casting. Force a été de constater que je me suis mis le doigt dans l’œil ! Le film surfe sur le registre comique, puisque c’est une satire. La météorite est la métaphore de quelque chose qu’on refuse de voir : le réchauffement climatique. Cela illustre bien le déni écologique dans lequel on vit 😣…

Un film plus que réel

C'est une caricature, mais au fur et à mesure que le film avance, on déchante, car la réalité n’est pas mieux. C’est d’ailleurs ce qu’a expliqué le réalisateur, Adam McKay. Il a écrit le scénario au début de la pandémie et lorsque le Capitole a été envahi par des Américains pro-Trump… Il a même dû retirer certains éléments du film qui s’étaient produits en vrai. Adam McKay a eu peur que cela soit trop absurde. La réalité est devenue encore plus folle que le film 🤯 !

La parole scientifique raillée

Voir le film est éprouvant, parce qu’on est confronté à cette réalité qu’on a du mal à regarder en face. Mon éco-anxiété a augmenté après le visionnage, pas à cause du film, mais à travers le constat de ce qu’il se passe dans notre société. Une séquence diffusée sur Twitter montre à quel point la parole scientifique n’est pas écoutée. On y voit la journaliste Salomé Saqué, qui tente d’alerter sur la catastrophe climatique, lors d’une émission diffusée sur ARTE 🤐 :

La scène est, en premier lieu, sexiste, c’est encore une femme qu’on n’écoute pas 😤. Mais en plus, on la fait passer pour une hystérique qui crie à la catastrophe invisible, tout comme dans le personnage de Jennifer Lawrence dans le film. C’est la parole scientifique dont on se moque, on préfère se conforter dans notre déni.

“Chaque film catastrophe commence par un gouvernement qui ignore un scientifique” (une pancarte réalisée pour une manifestation écologique avant la sortie du film)

La mise en scène du déni écologique

Le déni écologique, c’est la façon dont on se voile la face devant une vérité difficile. Cyril Dion, militant écologiste, explique que d’ici la fin du siècle, 3,5 milliards de personnes pourraient mourir à cause de cette catastrophe. Soit la moitié de l’humanité, ce qui est bien pire qu’une Guerre Mondiale…

Cependant, dans notre quotidien, on n'y est pas confronté tous les jours 😥. La problématique est relativement lointaine, car les changements climatiques, on ne les voit pas. Bien qu’on commence à en avoir conscience avec la hausse des températures, les nombreuses tempêtes et l’explosion des incendies… 

Cet article peut vous intéresser >>> Est-ce que je veux vraiment un enfant dans ce monde ? #ecoanxiete

Le syndrome de l’autruche

Mais comment cela se fait qu'il y ait du déni écologique 🤔 ? George Marshall est un sociologue qui s’est penché sur ce qu’on pourrait appeler le “syndrome de l’autruche”. Cela symbolise les leviers psychologiques qui nous font agir ou pas. On aura toujours tendance à choisir le gain à court terme

L’action écologique est quelque chose qui se mesure dans le temps et sur du long terme. Il est difficile de se dire que notre action aura un impact positif dans 10 ans. De plus, on aura tendance à préférer rester dans le déni pour éviter une dissonance cognitive 😯. Toutefois, je pense qu’il faut surtout blâmer ceux qui ont la possibilité de faire évoluer les choses…

L’inaction de ceux qui ont le plus de pouvoir

“Don’t look up” nous fait rire jaune, car cela nous met aussi face à notre politico-anxiété. On comprend dans le film que le déni passe principalement par la politique et les médias, qui décident de ne rien faire. Enfin dans un premier temps, puisque par la suite, ils veulent récupérer les matériaux précieux sur la météorite… Eh oui, tant qu’à faire, autant aussi représenter le monde capitaliste dans lequel on vit avec les plus riches qui deviennent encore plus riches 🤪 ! C'est cela qui m'a véritablement rendu folle, on voit bien l'inaction de ceux qui peuvent vraiment faire bouger les choses, mais qui ne le font pas pour s'enrichir encore plus 😤.

Que retenir de “Don’t look up” ?

Difficile de prendre du recul sur le film pour toutes les raisons précédemment évoquées. Néanmoins, il ne faut pas faire de l’anxiété d’anticipation en se disant que c’est la fin du monde si on n'agit pas maintenant ! C’est une fiction qui exagère quand même la réalité, ce que je me suis dit pour calmer mon angoisse, qui était au plus fort lors du générique de fin…

➜ J’ai aussi regardé le côté positif de ce long métrage. Il bat actuellement tous les records avec 152 millions d’heures de visionnage. Cela permet au plus grand nombre d’être touché et de se remettre en question à propos de l’urgence écologique ! C’est un bon moyen d’éveiller les consciences 💪. 

Voir l’écologie autrement

Au-delà de changer nos actes, il faut changer la forme du discours. Notre cerveau a besoin de donner un sens émotionnel aux informations factuelles, comme l’explique George Marshall. La peur ne fait qu'aggraver le problème, car on cherche d'autres sources pour se rassurer.

Cependant, un film comme "Don't look up" peut donner la dimension émotionnelle à l'écologie. Être inspirée de manière positive fera la différence et nous aidera à faire les bons gestes et à prendre les bonnes décisions. Elles passent, par exemple, par nos votes, afin d’élire des personnes responsables et qui ne seront pas dans le déni écologique. Même si c’est inquiétant, il faut s’accrocher à ce(ux) qui fait (font) la différence ! Sans oublier qu'il ne faut pas porter le poids d'une culpabilité bien plus grande que notre seule responsabilité 🤗. 

🌍 Besoin d’être guidée ? Le site Amareo nous aide à mettre en place des petits gestes bons pour la planète !

L'avis de la rédaction : un sentiment d'impuissance renforcé ?

"Don't look up" aura eu plus d'effet que les derniers rapports alarmistes du GIEC, il devient le symbole de l'inertie politique face au changement climatique et du déni. Mais attention, il renforce également ce sentiment d'impuissance à la base de l'éco-anxiété, ce sentiment qu'on va dans le mur sans bouger... Une étude parue en septembre 2021 réalisée auprès de 100.000 jeunes révélait que 75% des jeunes interrogés, jugent le futur “effrayant” et pas moins de 56% jugent que “l’humanité est condamnée”. Si vous ressentez une angoisse face à l'avenir et à l'anticipation des effets de la crise écologique, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos psychologues afin d'en parler.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : linsoumission.fr / franceinter.fr / lemonde.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici