Éco-anxiété : comment faire face à l'angoisse de la crise écologique ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Entre le dernier rapport du GIEC, cet été caniculaire, ce mois de juillet est le plus chaud jamais enregistré et les hectares de forêt partis en fumée, comment s'étonner que l'éco-anxiété touche de plus en plus de personnes, notamment la jeune génération qui juge son avenir effrayant ? L'éco-anxiété sera sans nul doute le mal de notre siècle, mais comment faire face à ce mal lié à la crise écologique ? Explications.

Éco-anxiété : comment faire face à l'angoisse de la crise écologique ?

L'éco-anxiété : un mal-être permanent

Écrire cet article me coûte, parce que comme 75% des 16-25 ans, j'angoisse face à mon impuissance et celle de ceux qui nous gouvernent face au changement climatique et la crise environnementale que nous connaissons. Parce que c'est ça, l'éco-anxiété : l'inquiétude, la peur, la colère, le chagrin, le désespoir, la culpabilité et la honte que l'on ressent quand on pense, que l'on voit ou que l'on entend parler d'un monde qui ne cesse de se détériorer. Le film "Don't Look up" exprime d'ailleurs très bien ce déni écologique et la catastrophe qui s'ensuit. 

C'est la médecin Alice Desbiolles qui a importé ce concept en France en 2019, par le biais de son livre, L'éco-anxiété : vivre sereinement dans un monde abîmé. Selon elle, l'éco-anxiété peut toucher tout le monde et il est même assez normal de ressentir une certaine angoisse face à un futur sans espoir qui semble largement dégradé. Cependant, l'éco-anxiété peut devenir problématique si elle a un retentissement important sur la vie d'une personne. 

📍
Ce sont les jeunes les plus touchés, puisque ces adultes en devenir seront confrontés aux changements environnementaux et aux conséquences qu'ils engendreront. Cependant, toutes les franges de la population peuvent être touchées par l'éco-anxiété. Cette dernière touche notamment les personnes sensibilisées aux enjeux climatiques, les hypersensibles ou les personnes très empathiques.

Éco-anxiété ou solastalgie ?

La dégradation de notre monde, l'impact de l'activité humaine sur l'environnement, toutes ces sources d'inquiétude font naître l'éco-anxiété, mais aussi la solastalgie. Ce concept proposé par le philosophe australien Glenn Albrech renvoie à la douleur de perdre son habitat, son refuge et donc à la douleur que nous pouvons ressentir face à la dégradation de la nature. 

Invitée sur France Inter, la thérapeute Charline Schmerber parle de l'éco-anxiété comme d'une "détresse prospective", c'est-à-dire une colère, une tristesse, une peur, une impuissance face à ce qui risque d'arriver, face à l'avenir. D'un autre côté, la solastalgie est une "détresse rétrospective" puisque l'angoisse, la colère, l'anxiété est ici liée à un environnement que l'on a déjà perdu, qui est dégradé. 

👉 S'opposent donc un avenir condamné et impossible sur une planète abîmée et un environnement déjà transformé, les deux termes conduisant tout de même à une seule et même détresse.

Charline Schmerbern praticienne en psychothérapie, nous en dit plus sur l'éco-anxiété en vidéo 

null

“ Il s’agit d’une anxiété qui est associée aux perceptions du changement climatique même chez les personnes qui n’en ont pas personnellement subi d’impact direct ”.  C’est-à-dire que si on est conscient et lucide de ce qui va se passer et de ce qui est en train de se passer du fait de la catastrophe écologique, on est susceptible d’être éco-anxieux. Nous vous conseillons son excellent livre sur le sujet : Petit guide de survie pour éco-anxieux.

Que faire pour être moins éco-anxieux ? Quand le mal devient un moteur

Il peut malheureusement arriver que l'éco-anxiété fige et paralyse. À force de se sentir impuissant, on le devient 😶. Ce qu'il faut, c'est donc apprendre à vivre avec. Selon Charline Schmerber, "Parmi les stratégies qui permettent aux personnes de vivre avec (parce que je ne pense pas qu'on puisse le dépasser complètement, il faut apprendre à vivre avec), ce qui leur permet d'aller mieux, c'est de se sentir utile." Et on pense alors à Greta Thunberg qui à 11 ans souffrait déjà d'une dépression. Une maladie qui lui a finalement donné la force de se mobiliser et de se relever pour jouer son rôle contre le réchauffement climatique. L'éco-anxiété peut donc être transformée en force et pensée comme un moteur qui pousse l'individu à agir pour contrer la cause de l'anxiété.

Certains vont aussi reconsidérer leurs choix de carrière, de vie, se remettre en question, refuser de faire des enfants dans ce monde. Que vous ayez l'âme de Greta Thunberg ou pas et quelle que soit la nature de vos remises en question, pour apprendre à vivre avec l'éco-anxiété il faut agir, lutter et ne pas s'isoler. Le site amareo peut vous aider à trouver les petits gestes utiles pour protéger la planète. Enfin, il faudrait aussi pouvoir parler de son mal-être.

>>> Cet article pourrait vous intéresser : Travaillez moins et... sauvez la planète !

Éco-anxieux en mal de psy

Mais encore faut-il trouver un psychologue à qui parler de son éco-anxiété. En effet, quand des visions de glaciers qui fondent ou de forêts qui brûlent empêchent de dormir, de sortir de chez soi ou de se débarrasser d'une angoisse, difficile de trouver en face un psychologue sensibilisé à ces problématiques. C'est en effet le sujet qu'abordait Slate dans son article Éco-anxieux cherche thérapeute désespérément. Certains professionnels nieraient le phénomène ou y seraient même réticents, alors qu'en face, la souffrance est bien réelle et à besoin d'une écoute et d'une solution. C'est la raison pour laquelle Charline Schmerber travaille à l'élaboration d'une liste de praticiens formés aux problématiques climatiques. Un moyen de faire face aux conséquences psychiques du dérèglement climatique.

Enfin, on aurait tort de penser que l'éco-anxiété est et sera le mal du siècle. Ce serait passer à côté de la cause, puisque selon l'OMS, le mal du siècle, c'est le réchauffement climatique et plus largement la crise écologique.

L'avis de la rédaction : accompagner l'éco-anxiété

C'est normal d'être inquiet et de se demander quel monde nos enfants connaîtront mais cela ne doit pas devenir obsessionnel et nous empêcher de faire certaines choses, restons optimistes et n'oublions pas que la vie trouve toujours son chemin. Cécile Furnestin, explique que l'on peut soigner cette éco-anxiété : « Ce n’est pas une maladie, mais on peut en prendre soin. Il faut essayer de ne pas dramatiser, de l’accepter. Il faut accompagner son éco-anxiété, par des techniques de relaxation ou du sport. Des entretiens avec un psychologue peuvent avoir lieu. Si les symptômes prennent trop de place, un médecin traitant ou un psychiatre peut prescrire des psychotropes ». N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos psychologues si vous sentez que vous avez besoin d'aide.  L’investissement dans des associations peut aussi apporter des solutions pour mieux vivre son éco-anxiété.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Sources : Qu'est-ce que l'éco-anxiété, un mal qui touche surtout les jeunes ? - Ouest france
Qu’est-ce que l’éco-anxiété, ce mal qui touche en particulier les jeunes générations ? - LCI
Changement climatique : la solastalgie, ce mal du siècle sans exil possible - L'express

Un petit geste pour commencer ? Écologie digitale : 5 conseils pour être écolo et se déconnecter

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube