Éco-anxiété : comment faire face à l'angoisse de la crise écologique ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Entre le dernier rapport du GIEC, cet été caniculaire et les hectares de forêt partis en fumée, comment s'étonner que l'éco-anxiété touche de plus en plus de personnes, notamment la jeune génération qui juge son avenir effrayant ? L'éco-anxiété sera sans nul doute le mal de notre siècle, mais comment faire face à ce mal lié à la crise écologique ? Explications.

Éco-anxiété : comment faire face à l'angoisse de la crise écologique ?
Sommaire :

L'éco-anxiété : un mal-être permanent

Écrire cet article me coûte, parce que comme 75% des 16-25 ans, j'angoisse face à mon impuissance et celle de ceux qui nous gouvernent face au changement climatique et la crise environnementale que nous connaissons. Parce que c'est ça, l'éco-anxiété : l'inquiétude, la peur, la colère, le chagrin, le désespoir, la culpabilité et la honte que l'on ressent quand on pense, que l'on voit ou que l'on entend parler d'un monde qui ne cesse de se détériorer. Le film "Don't Look up" exprime d'ailleurs très bien ce déni écologique et la catastrophe qui s'ensuit. 

C'est la médecin Alice Desbiolles qui a importé ce concept en France en 2019, par le biais de son livre, L'éco-anxiété : vivre sereinement dans un monde abîmé. Selon elle, l'éco-anxiété peut toucher tout le monde et il est même assez normal de ressentir une certaine angoisse face à un futur sans espoir qui semble largement dégradé. Cependant, l'éco-anxiété peut devenir problématique si elle a un retentissement important sur la vie d'une personne. 

Ce sont les jeunes les plus touchés, puisque ces adultes en devenir seront confrontés aux changements environnementaux et aux conséquences qu'ils engendreront. Cependant, toutes les franges de la population peuvent être touchées par l'éco-anxiété. Cette dernière touche notamment les personnes sensibilisées aux enjeux climatiques, les hypersensibles ou les personnes très empathiques.

Éco-anxiété ou solastalgie ?

La dégradation de notre monde, l'impact de l'activité humaine sur l'environnement, toutes ces sources d'inquiétude font naître l'éco-anxiété, mais aussi la solastalgie. Ce concept proposé par le philosophe australien Glenn Albrech renvoie à la douleur de perdre son habitat, son refuge et donc à la douleur que nous pouvons ressentir face à la dégradation de la nature. 

Invitée sur France Inter, la thérapeute Charline Schmerber parle de l'éco-anxiété comme d'une "détresse prospective", c'est-à-dire une colère, une tristesse, une peur, une impuissance face à ce qui risque d'arriver, face à l'avenir. D'un autre côté, la solastalgie est une "détresse rétrospective" puisque l'angoisse, la colère, l'anxiété est ici liée à un environnement que l'on a déjà perdu, qui est dégradé. 

👉 S'opposent donc un avenir condamné et impossible sur une planète abîmée et un environnement déjà transformé, les deux termes conduisant tout de même à une seule et même détresse.

Charline Schmerbern praticienne en psychothérapie, nous en dit plus sur l'éco-anxiété en vidéo 

“ Il s’agit d’une anxiété qui est associée aux perceptions du changement climatique même chez les personnes qui n’en ont pas personnellement subi d’impact direct ”.  C’est-à-dire que si on est conscient et lucide de ce qui va se passer et de ce qui est en train de se passer du fait de la catastrophe écologique, on est susceptible d’être éco-anxieux. Nous vous conseillons son excellent livre sur le sujet : Petit guide de survie pour éco-anxieux.

Que faire pour être moins éco-anxieux ? Quand le mal devient un moteur

Il peut malheureusement arriver que l'éco-anxiété fige et paralyse. À force de se sentir impuissant, on le devient 😶. Ce qu'il faut, c'est donc apprendre à vivre avec. Selon Charline Schmerber, "Parmi les stratégies qui permettent aux personnes de vivre avec (parce que je ne pense pas qu'on puisse le dépasser complètement, il faut apprendre à vivre avec), ce qui leur permet d'aller mieux, c'est de se sentir utile." Et on pense alors à Greta Thunberg qui à 11 ans souffrait déjà d'une dépression. Une maladie qui lui a finalement donné la force de se mobiliser et de se relever pour jouer son rôle contre le réchauffement climatique. L'éco-anxiété peut donc être transformée en force et pensée comme un moteur qui pousse l'individu à agir pour contrer la cause de l'anxiété.

Certains vont aussi reconsidérer leurs choix de carrière, de vie, se remettre en question, refuser de faire des enfants dans ce monde. Que vous ayez l'âme de Greta Thunberg ou pas et quelle que soit la nature de vos remises en question, pour apprendre à vivre avec l'éco-anxiété il faut agir, lutter et ne pas s'isoler. Le site amareo peut vous aider à trouver les petits gestes utiles pour protéger la planète. Enfin, il faudrait aussi pouvoir parler de son mal-être.

>>> Cet article pourrait vous intéresser : Travaillez moins et... sauvez la planète !

Éco-anxieux en mal de psy

Mais encore faut-il trouver un psychologue à qui parler de son éco-anxiété. En effet, quand des visions de glaciers qui fondent ou de forêts qui brûlent empêchent de dormir, de sortir de chez soi ou de se débarrasser d'une angoisse, difficile de trouver en face un psychologue sensibilisé à ces problématiques. C'est en effet le sujet qu'abordait Slate dans son article Éco-anxieux cherche thérapeute désespérément. Certains professionnels nieraient le phénomène ou y seraient même réticents, alors qu'en face, la souffrance est bien réelle et à besoin d'une écoute et d'une solution. C'est la raison pour laquelle Charline Schmerber travaille à l'élaboration d'une liste de praticiens formés aux problématiques climatiques. Un moyen de faire face aux conséquences psychiques du dérèglement climatique.

Enfin, on aurait tort de penser que l'éco-anxiété est et sera le mal du siècle. Ce serait passer à côté de la cause, puisque selon l'OMS, le mal du siècle, c'est le réchauffement climatique et plus largement la crise écologique.

L'avis de la rédaction : accompagner l'éco-anxiété

C'est normal d'être inquiet et de se demander quel monde nos enfants connaîtront mais cela ne doit pas devenir obsessionnel et nous empêcher de faire certaines choses, restons optimistes et n'oublions pas que la vie trouve toujours son chemin. Cécile Furnestin, explique que l'on peut soigner cette éco-anxiété : « Ce n’est pas une maladie, mais on peut en prendre soin. Il faut essayer de ne pas dramatiser, de l’accepter. Il faut accompagner son éco-anxiété, par des techniques de relaxation ou du sport. Des entretiens avec un psychologue peuvent avoir lieu. Si les symptômes prennent trop de place, un médecin traitant ou un psychiatre peut prescrire des psychotropes ». N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec l'un de nos psychologues si vous sentez que vous avez besoin d'aide.  L’investissement dans des associations peut aussi apporter des solutions pour mieux vivre son éco-anxiété.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Sources : Qu'est-ce que l'éco-anxiété, un mal qui touche surtout les jeunes ? - Ouest france
Qu’est-ce que l’éco-anxiété, ce mal qui touche en particulier les jeunes générations ? - LCI
Changement climatique : la solastalgie, ce mal du siècle sans exil possible - L'express

Un petit geste pour commencer ? Écologie digitale : 5 conseils pour être écolo et se déconnecter

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

On récolte ce que l'on sème, est-ce toujours vrai ?

Pour moi, cette expression a toujours sonné comme quelque chose de négatif. Comme une punition. Je l'entendais comme une menace : "si tu sèmes de mauvaises graines, tu n'auras qu'une mauvaise récolte." Sans doute quelque chose en moi pensait n'avoir rien de bon à semer. Des années plus tard, je comprends enfin que non seulement que récolter ce que l'on sème, ça peut être très positif, mais quand plus, il vaudrait mieux que ça le soit, parce que visiblement, on récolte TOUJOURS ce que l'on sème.

Pourquoi je me sens toujours coupable ? Comment arrêter ?

Le sentiment de culpabilité vous ronge, alors que vous n’avez rien fait de mal. Vous avez souvent l'impression que c'est de votre faute, que vous auriez pu agir différemment, en faire plus, etc. Pourquoi vous blâmez-vous alors que vous êtes innocent ? Comment arrêter de vous auto-flageller sans raison ? On vous explique tout !

9 podcasts érotiques pour faire grimper la température 🔥

Le porno n’a jamais trop été ma tasse de thé. En revanche, j’ai découvert les podcasts érotiques et je dois avouer que ça m’a plu ! Déjà, parce qu’ils sortent du schéma classique très hétéronormé, on explore des points de vue érotiques pour les femmes, pour les personnes LGBTQ+, etc. On retrouve des témoignages, des fictions, des jeux de rôles… Chacun peut vraiment y trouver son compte ! Donc enfilez vos écouteurs et préparez-vous à découvrir des moments auditifs qui vont faire grimper la température !

Je n'ai pas d'amis... Pourquoi ? Est-ce que c'est grave ?

Non pas que je passe mes journées seule, dans mon coin, sans décrocher un mot. J'ai bien deux ou trois personnes à appeler si je veux sortir boire un verre, mais je n'ai pas d'amis. Pas de "deuxième famille" comme on dit. Est-ce volontaire ? Est-ce qu'un trop mauvais caractère repousse tous ceux qui m'approchent ? Ou tout simplement la vie, qui nous éloigne de certaines personnes lorsqu'on grandit ? Je n'ai pas d'amis, est-ce vraiment grave ?

Je ne supporte pas les enfants de mon conjoint, au secours !

Vous avez enfin trouvé l'homme idéal. Il correspond à toutes vos attentes et votre bonheur serait total si seulement... il n'avait pas ses enfants que vous ne supportez pas ! 😤 Pour certains c'est un sujet tabou, mais pour vous, ce rôle de belle-mère est une plaie. Véritables monstres, ils vous insultent ou vous ignorent et c'est mal, mais ses enfants vous ne les aimez pas pire, vous les détestez et vous prenez à rêver d'une vie dans laquelle ils n'existeraient pas ("et si on partait vivre à l'étranger ?"). Tatata on se reprend, belle-mère ou marâtre, on a le droit au bonheur amoureux !

La météo intérieure, un exercice simple et très éclairant

Vers la fin de l'adolescence, j'avais inventé un jeu de mots, avec une partie de mon prénom, que j'écrivais très souvent : Lau rage ⛈️. Très colérique, je trouvais que cette combinaison me correspondait parfaitement. Ça grondait, ça éclatait en moi. C'était l'orage. Sans le savoir encore, je faisais état de ma météo intérieure. La métaphore la plus efficace pour faire le point sur ses émotions.

Votre horoscope directement chez vous

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici