Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?
Sommaire : 

La malbouffe, une histoire d'amour et d'addiction

Je vous avais raconté mon test de luxopuncture, eh bien le jour de mon tout dernier rendez-vous j'ai craqué : deux hamburgers et un sachet de frites 🫣. J'ai l'eau à la bouche rien qu'en évoquant le souvenir de cet instant 🤤. C'était la récompense que je m'offrais. Et, pendant que j'engloutissais ces bombes caloriques, je repensais à toutes ces semaines sans malbouffe, sans même l'envie de malbouffe. Oups... Est-ce que je m'étais désintoxiquée et que je venais juste de remettre le doigt dans l'engrenage ? Aïe, c'est fort possible !

la malbouffe

Une petite définition de la malbouffe

Pourquoi la malbouffe est si bonne ?

Il va sans dire que nous savons tous que la malbouffe est mauvaise pour la santé. Les dangers sont connus :

  • obésité
  • maladies cardiovasculaires
  • hypertension artérielle
  • diabète
  • cancer

Sachez qu'on parle même de risque de dépression. En effet, sur le long terme, trop de malbouffe peut avoir de lourdes conséquences sur notre santé mentale. Pourtant, elle apporte tellement de réconfort...

Pourquoi on aime tant la malbouffe ? La faute au cerveau 🧠

Avec tous ces effets néfastes sur notre corps, on se dit quand même que la nature n'est pas si bien faite. Pourquoi je suis plus attirée par une pizza supplément mozzarella, qui bouche mes artères que par un tian aux légumes supplément feuille de laurier, sain et équilibré ?

Il semblerait que le problème ne vient pas tant de nous, pauvre petit chose incapable de résister à la tentation, que de notre cerveau. C'est lui le coupable ! En fait, si la malbouffe à un tel pouvoir d'attraction sur nous, ce n'est pas tant parce qu'elle est bonne, c'est surtout parce qu'elle affecte notre cerveau.

Quand la malbouffe nous mange le cerveau

Si nous avons un réel attrait, plus qu'un appétit, pour la malbouffe, c'est avant toute chose parce que notre cerveau adore le sucre et le gras (un peu comme nous tiens !) 🤔

🍭 Commençons par le sucre. On sait déjà que le sucre présente des risques d'addiction. En effet, une fois consommé, il stimule le cerveau et provoque une libération de sérotonine qui fait que pour notre cerveau, le sucre équivaut à une récompense. Si le cerveau pense avoir reçu une récompense, nous nous sentons donc de meilleure humeur. En gros, le sucre nous rend heureux, alors qu'il est nocif. Premier problème.

🍔 Second problème, le gras qui agit comme le sucre en libérant une bonne dose d'hormone de bonheur chaque fois qu'on en consomme. Cependant, l'addiction au gras tient aussi au fait que plus on en mange et moins le réconfort est immédiat. De fait, pour améliorer son humeur, pour se sentir bien, il faut consommer toujours plus de gras. Enfin, le corps et le cerveau ont besoin de gras pour fonctionner correctement, mais nous avons tendance à choisir les mauvaises sources de gras, parce qu'elles sont plus addictives. On sera donc plus tenté par les chips que par les noix (et je ne parle pas des sardines !)

Chips addiction

Il y a des gens qui savent y faire pour que la malbouffe soit si bonne !

Les fabricants alimentaires travaillent sans cesse à composer des aliments dont le mélange et le dosage de sel, de sucre et de graisse sont si parfaits qu'on a sans cesse envie d'en reprendre. Les fabricants d'agroalimentaires font en sorte que leurs produits soient addictifs en nous faisant, par exemple, saliver, littéralement. Plus la salivation est importante lorsqu'on goûte un aliment (chips, bonbons), plus il remplit notre bouche et nos papilles et plus il les excite. On peut aussi penser aux aliments qui fondent en bouche (glaces, biscuits, chocolat) et qui donnent l'impression à notre cerveau de ne pas beaucoup manger, voire d'avoir encore faim, alors même que nous avalons des centaines et des centaines de calories.

Finalement, la malbouffe nous apporte un réconfort immédiat parce qu'elle plaît à notre cerveau qui libère alors de la sérotonine qui nous plaît à nous et elle plaît à notre corps qui a ainsi, rapidement, des calories à brûler 🤪. Le problème de cette source d'énergie c'est qu'elle retarde le sentiment de satiété et favorise donc les excès.

>>> Voilà un article qui peut vous aider : Comment se libérer de nos addictions ? 5 étapes pour y parvenir

Malbouffe, je t'aimais bien, mais...

Après tout ça, on peut facilement se dire qu'il n'y a rien à faire. La malbouffe nous rend malade et accro, mais c'est la faute de notre cerveau donc tant pis 🤷. Pizza ce soir 🍕 ? C'est le moment où je sors ma casquette de moralisatrice, mais pas trop.

Écrire cet article est une torture. Mon frigo est plein de bonnes choses et je ne pense qu'à la pizzeria qui vient d'ouvrir à 200 m de chez moi. C'est dur parce qu'en plus, notre cerveau enregistre toutes les sensations liées à la malbouffe. C'est pour ça que rien qu'en y pensant on salive. Mais il faut se battre, parce que qui a envie de vivre avec un cerveau affecté par l'envie de sucre et de gras 🤯 ? Et puis prendre soin de soi, c'est aussi prendre soin de sa santé et notre santé passe par ce que nous mangeons.

3 astuces pour rompre avec la malbouffe

1. Si je n'en ai pas, je n'en veux pas

On se contente donc d'acheter des aliments naturels, non transformés et on ne met aucune malbouffe dans son chariot. Le fait de ne pas en avoir n'empêchera pas d'y penser en cas de fringale, mais au moins, on ne mangera pas.

2. J'offre de la nouveauté à mon cerveau

Le cerveau aime la nouveauté. La malbouffe est fabriquée pour lui offrir cette impression de nouvelle expérience chaque fois. Essayons donc de tuer le match en variant nos menus. Mangeons sainement mais en tentant de nouveaux goûts, de nouvelles textures, de nouvelles sensations 🥘.

3. Je gère mes émotions et mon stress

Gérer ses émotions, c'est la clé pour éviter les faims émotionnelles. J'apprends aussi à manger en pleine conscience. Éviter la malbouffe, ça ne veut pas dire éviter le plaisir, loin de là. Manger est un plaisir et manger fait du bien au moral, mais pour en profiter pleinement, il faut le faire en pleine conscience. Il n'y a rien de pire que le paquet de chips avalé devant la télé ! Si vous avez besoin d'une douceur, d'un vrai moment de plaisir gustatif qui passe par un aliment moins sain que d'habitude, c'est OK, mais faites-vous vraiment plaisir. Profitez de l'odeur, de chaque saveur, de chaque bouchée, jusqu'à la dernière. Moins de junk food, c'est aussi s'offrir des plaisirs de plus grandes qualités.

Finalement, la culpabilité n'apportera rien de bon et on l'a vu, la réalité de la malbouffe est plus complexe qu'on ne le pense. Quand on veut, on ne peut pas toujours. La bonne nouvelle, cependant, c'est que moins on mange de choses mauvaises et moins on en a envie, alors, ça vaut peut-être le coup d'essayer.

Jean Doridot, psychologue, nous parle des kilos émotionnels en vidéo 

L'avis de la rédaction : avec modération !

Vous l'aurez compris, la malbouffe, c'est une histoire d'engrenage, de plaisir immédiat pour le cerveau et d'addiction... Avec modération, elle fait du bien, apaise sur le moment mais attention à ne pas habituer votre cerveau qui en redemandera encore et encore. Si votre rapport à la nourriture est compliqué, que vous avez tendance à manger pour calmer vos émotions ou que vous souffrez de troubles alimentaires, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Et si le batch cooking était la solution pour vous aider à mieux manger ?

Et aussi :


Sources : A.VogelHuffington Post

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici