Quand on veut, on peut ! Vraiment ?

Mis à jour le par Anne-Fleur Saraux, fondatrice de Wengood

« Quand on veut on peut » n’est-ce pas une phrase que beaucoup des enfants que nous avons été ont entendu ? Une phrase que souvent les adultes que nous sommes répètent. Écrire ces quelques mots réveille chez moi un inconfort, un sentiment d’injustice. Pourquoi cette phrase me gêne ?

Quand on veut, on peut ! Vraiment ?

 « Quand on veut on peut » Je me souviens de cette injonction en cours de sport. Le prof me la hurle alors que je tente - vainement - de monter à la corde…. Bah non là tout de suite je veux et je peux pas !

Enfin « je veux »... 

➡ si je réfléchis je veux surtout que ça s’arrête… 

➡ je veux que « on » ne me juge pas de ne pas avoir réussi...

➡ je veux… 

➡ je veux ne pas avoir une mauvaise note…

 ➡ je veux un certain nombre de choses pour lesquelles monter à la corde est l’espace d’un instant le moyen. 

Mais monter à la corde n’est pas ma motivation. Est-ce parce que ce n’est pas la fin que je vise que je ne « peux » pas ? Est ce que quand on ne veut pas on ne peut pas ?

Bien des années plus tard, j'observe médusée l’incroyable opiniâtreté des bébés. Je cite souvent ce séjour chez mes beaux parents : entre le salon et la salle à manger une marche ; au pied de cette marche ma fille qui n’a que quelques mois et ne peut la gravir. Trois jours durant elle essaie ; au 3e jour elle a réussi. 

Elle a voulu, elle a pu.

Des situations comme celles là, il y en a plein d’autres dans la vie d’un jeune enfant. Elles me semblent illustrer mieux le « quand on veut on peut ». Comme des situations « pures », affranchies de tout biais : devant la marche bébé veut et bébé peut ! Nulle injonction de pouvoir ou de vouloir derrière lui !

🧠 Que décider aujourd’hui ? 

➡ J’ai envie de faire la paix avec « quand on veut on peut ».

➡J’ai envie d’admettre que ma difficulté n’est pas dans « pouvoir » mais dans « vouloir ».

💪 J’interpelle la petite fille qui est en moi : que veux-tu ? Où veux tu aller ? Décide et vas-y ! Prends place au volant de la voiture ! Choisis la destination, le chemin et les passagers !

Article proposé par Anne-Fleur Saraux, fondatrice de Wengood

Mère & Dirigeante d'entreprise, tout simplement une femme d'aujourd'hui en voie de sérénité... qui partage ici ses histoires personnelles et les réflexions qu'elles lui inspirent

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube