Syndrome de Stockholm : pourquoi aime-t-on autant nos bourreaux ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Je me suis toujours demandé comment on pouvait avoir de la sympathie pour quelqu’un qui nous fait du mal. Du coup j'ai décidé de me pencher sur ce phénomène et j'ai découvert que cela s'appelait le “syndrome de Stockholm”. Le nom est apparu dans les années 70 et il explique ce type de réaction. Mais comment cela se met-il en place ? Pourquoi peut-on développer de l'empathie, voire de l'affection, pour les personnes qui nous font du mal ? Explication.

Syndrome de Stockholm : pourquoi aime-t-on autant nos bourreaux ?

La définition du Syndrome de Stockholm

Le 28 août 1973, il y a eu un casse dans une banque de Stockholm. Durant cet événement, des otages ont été retenus pendant plusieurs jours et ces derniers ont développé de l’empathie envers leur ravisseur, Jan Erik Olsson. Plus incroyable encore, ils l’ont défendu et lui ont même rendu visite en prison après son arrestation. 

Donc pour donner une définition simple du syndrome de Stockholm : c’est lorsque nous comprenons notre agresseur, car celui-ci est capable d’expliquer ses actes. Quand on est victime, on renverse le triangle de Karpman et on se met à la place du persécuteur.

📌

Dans les situations les plus graves et avec un stress psychologique intense, les victimes ont peur de mourir. Comme finalement elles ne meurent pas, elles ressentent une reconnaissance et se sentent redevables d’être encore en vie. C’est ce qui arrive lors d’une prise d’otages comme celle de 1973.

Comment fonctionne ce mécanisme psychologique ?

Le syndrome de Stockholm, c’est un moyen de survie. Souvent, suite à un état de sidération, notre cerveau va s’adapter pour nous protéger. C’est un phénomène psychologique qui permet de “supporter l'insupportable”. Notre mental va adopter ce mécanisme de défense pour s’adapter à une situation dans laquelle nous sommes en danger.

Notre comportement s’adapte lorsque notre vie est menacée comme dans le cas d’une prise d’otage. Mais nous réagissons de la même manière lorsque quelqu’un nous malmène. Le syndrome de Stockholm dans la vie quotidienne peut être encore plus pervers. Ce n’est pas une prise d’otages, mais les violences répétées qui détruisent peu à peu la santé mentale et la confiance en soi.

Le syndrome de Stockholm dans le couple

Le syndrome de Stockholm est un mécanisme que l’on peut retrouver lors de situations de maltraitances dans le cadre privé. C’est encore plus marqué lorsque les persécutions durent dans le temps. Lorsqu’on est maltraitée par quelqu’un de notre cercle intime, un lien très fort nous unit à notre agresseur et il en devient nocif. À la longue, on s’habitue à la violence et on est même reconnaissant que son bourreau n’aille pas plus loin.

Le syndrome de Stockholm dans le couple prend plusieurs formes : intimidation, humiliation, persécution, violences psychologiques, physiques ou sexuelles. D’ailleurs, les bourreaux sont souvent des pervers narcissiques. Edmundo Oliveira, chercheuse en criminologie, explique que dans le cas des violences conjugales, les femmes dénoncent rarement leurs agresseurs et elles continuent à vivre sous le même toit. Les femmes violentées gardent le silence, car il y a un sentiment paradoxal entre affection et crainte. Certaines sont soulagées d’être encore en vie et pensent que ce silence peut les sauver.

Une femme victime du syndrome de stockholm

Si vous vous demandez si vous êtes concerné par le syndrome de Stockholm, n'hésitez pas à consulter notre article sur le violentomètre !

Le syndrome de Stockholm au travail

On peut aussi retrouver le syndrome de Stockholm dans un cadre professionnel. Par exemple, il peut prendre la forme d’un supérieur hiérarchique ou d'un collègue de travail qui nous persécute, intimide ou nous harcèle. Lorsque ça arrive la première fois, il y a un effet de surprise, mais une fois cette réaction passée, nous n’agissons pas. Il y a un effet hiérarchique, donc on minimise : “c’est normal que mon chef soit comme ça, il a peur que je mette en péril la croissance de l’entreprise”.

👉 Selon le Havard Business Rewiew, le syndrome de Stockholm dans le cadre professionnel est plus fort qu'auparavant. Le fait que retrouver un travail soit plus difficile qu’avant contribue à l’augmentation de ce phénomène. Le salarié harcelé craint de perdre son emploi et de ne pas en retrouver par la suite. Fuir son travail et son patron n'est donc pas envisageable, l’employé se retrouve alors coincé dans une situation toxique.

Comment se sortir du syndrome de Stockholm ?

Quelle que soit la situation et le rapport que l’on entretient avec son agresseur, il faut pouvoir se rendre compte qu’on est victime du syndrome de Stockholm. Car lorsqu’on est sous l’emprise de quelqu’un, on a tendance à accepter un comportement qui n’est normalement pas acceptable. Soyez à l’écoute des réactions de votre entourage, c’est souvent un bon moyen de prendre conscience de la situation. Il ne faut jamais considérer comme normal ou banal d’être rabaissé, humilié, maltraité ou lorsque l’on porte atteinte à notre intégrité physique.

Une fois que l’on a pris conscience de cela, il faut rompre la “bulle nocive”. En parler à une amie, un médecin traitant ou un thérapeute est un bon moyen de se sortir de ce phénomène psychologique. Entendre de la bouche de quelqu’un que ce qu’on subit n’est pas normal, aide à nous faire prendre conscience de la gravité de la situation.

👋 A lire aussi : Comment aider un proche victime d’un pervers narcissique ?

Soigner le syndrome de Stockholm

Le meilleur moyen de traiter le syndrome de Stockholm est de consulter un thérapeute. Un suivi psychologique va nous aider à réagir et à poser des limites à notre bourreau. Pour cela, il faut exprimer ses sentiments et expliquer ce que l’on vit. Ce changement de comportement va avoir un impact important sur l’agresseur. Dans les cas plus graves, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide ou même à porter plainte, voire à vous mettre en sécurité lorsque vous sentez que votre vie peut être en danger.

L'avis de la rédaction : en êtes-vous victime ?

Comme l'explique Camille, le syndrome de Stockholm peut se vivre au quotidien, que ce soit dans le cadre du travail ou même dans son couple sans qu'on s'en rende compte. Si vous vous apercevez que vous subissez certains agissements que vous ne devriez pas tolérer, contactez un psychologue pour faire le point sur votre situation. Il existe de nombreuses thérapies très efficaces pour sortir du syndrome de Stockholm. N'attendez pas pour prendre rendez-vous.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

Mais aussi :

Sources : "Nouvelle victimologie : le syndrome de Stockholm" d'Edmundo Oliveira // "Syndrome de Stockholm" de Rémy C. Martin-Du-Pan 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Hypervigilance : pourquoi suis-je tout le temps en état d’alerte ?

Un bruit soudain et bam ! Je sursaute. C’est une réaction typique lorsqu’on est dans l’hypervigilance, comme moi. Je surveille tout et j’ai l’impression d’être en état d’alerte quasi en permanence. Cela vous fait ça aussi ? En fait, l’hypervigilance est assez répandue, pourtant on en parle peu. On la retrouve particulièrement chez les personnes perfectionnistes ayant un manque de confiance en elles. Si vous vous retrouvez dans ces mots, découvrez ce qu’est cet état psychologique qui traduit une grande vulnérabilité.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Pourquoi choisir de se marier aujourd'hui?

En voilà une bonne question ? Personnellement, je n'ai jamais rêvé de me marier. Mes rêves de petites filles n’étaient pas faits de tulle blanc, de dentelle et de voile et j'aimais assez l'idée d'un amour si passionné qu'il se passerait d'une union sacrée. Pourtant aujourd'hui, force est de constater que je suis mariée depuis 5 ans et en plus, c'est moi qui ai fait la demande !

Plus qu'un simple derrière, les fesses prennent le devant 🍑

Depuis que j'ai rangé mes baggys et mes strings dans les armoires de mes années 2000, j'avoue m'être plutôt concentrée sur mes seins. Au point même de louper le retour de la fesse sur le devant de la scène. La fesse ? Pas seulement. LA fesse. Celle qui est bombée, qui a des formes, la généreuse, galbée et surtout la décomplexée. Parce qu'on ne s'y trompe pas, toutes les fesses ont leur mot à dire.

Les femmes en politique, des hommes comme les autres ?

Je connais mes classiques et s'il y a bien un truc dont je me souviens, c'est de chanter, à tue-tête, dans la voiture, Être une femme de Michel Sardou. Je devais avoir une dizaine d'années et je ne trouvais rien de plus subversif que de hurler : "Maîtriser à fond le système, accéder au pouvoir suprême : s'installer à la Présidence et de là, faire bander la France." Certes, on a connu moins sexiste, mais quoi qu'il en soit, depuis ce temps-là, féminisme et politique me passionnent, mais est-ce que ça va vraiment de paire ? Quelle est véritablement la place des femmes en politique aujourd'hui et qu'est-ce que ça nous apprend ?

Je veux travailler moins et mettre ma vie pro au second plan !

J’ai toujours fait passer ma vie professionnelle au second plan, car ce qui m’intéresse le plus, moi, c’est la création. L’art, de manière générale, est une source de bien-être. Oui, mais voilà, le problème est qu’il est difficile de vivre de son art et de ses créations. Particulièrement dans une époque capitaliste où la productivité et la consommation comptent par-dessus tout. Mais ne faut-il pas revoir notre conception du travail ? Et si on travaillait moins pour vivre plus ? Comment faire pour réellement travailler moins ? Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube