Comment sortir d’une dépendance affective ?

Mis à jour le par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

La dépendance affective n’est pas anodine, elle a un réel impact sur l’autonomie, la confiance, le respect de soi-même et l’estime de soi. Heureusement, aussi douloureuse soit-elle, la dépendance affective n’est pas une fatalité, vous possédez en vous toutes les ressources nécessaires pour prendre votre envol.

Comment sortir d’une dépendance affective ?

Identifier cette dépendance affective est l’étape la plus difficile : vous avez ouvert la porte vers votre liberté. Il ne manque plus qu’un petit rappel des consignes de sécurité pour vous assurer un décollage sans turbulence.

Prenez les manettes : 3 conseils pour sortir de cette dépendance

Une fois que l'on a pris conscience de sa dépendance affective, le plus dur reste à faire : en sortir ! Cela demande du temps et pas mal de travail sur soi mais croyez-nous, ça en vaut la peine ! 💪

1. Travaillez votre estime personnelle

Faites avec vous-même ce que jusqu’ici vous avez attendu des autres pour rompre avec votre dépendance : appréciez-vous, acceptez-vous, prenez le temps de vous écouter. Vous devez apprendre à vous aimer, à savoir que vous pouvez gérer seule, sans personne en premier lieu 🤩. Cette première étape est cruciale. Et comme ce travail sur soi n'est pas simple à réaliser seule, nous ne saurions que trop vous encourager à contacter un psychologue. Apprenez à identifier et à être certaine de votre valeur. C'est la clé de tout.

2. Pratiquez la pensée positive

Pourquoi ne pas démarrer votre journée ou la terminer en vous répétant des mots doux ?  « Je m’aime, j’améliore ma vie à chaque instant, je vais réussir etc… » Fabriquez vos propres mantras, avec vos mots, ils n’en seront que plus efficaces. Des phrases courtes, positives que vous pourrez vous répéter plusieurs fois de suite, plusieurs fois par jour pour vous motiver et vous donner confiance en vous quelle que soit la situation que vous rencontrerez.

Petit à petit, ces pensées vont vous nourrir et vous n’aurez plus besoin d’aller chercher ailleurs ce que vous savez déjà.

3. Soyez votre propre coach

Nous sommes toujours trop exigeants envers nous-même. Nous avons du mal à nous pardonner nos erreurs, et avons cette fâcheuse habitude de les ressasser jusqu’à broyer du noir. En revanche, on ne se félicite que très rarement quand on fait les choses bien. Et si on changeait ça ? N’hésitez pas à vous féliciter ! Bravo pour avoir soutenu cette amie, pour avoir gardé votre calme quand vous étiez agacé, pour avoir aidé cette personne, pour avoir été à votre séance de sport, pour avoir bien travaillé, d’avoir couru toute la journée pour remplir votre mission quotidienne. Bref, on s’encourage un peu plus chaque jour et ça fait du bien !

🥳
Bravo d’être vous ! De vous challenger à chaque instant ! Il en faut du cran pour se remettre en question. Vous êtes unique, pleine de ressources insoupçonnées. En prenant conscience de qui vous êtes, de votre valeur, alors vous apprendrez à partager vos relations par plaisir et non par besoin. Soyez libre de voler de vos propres ailes !

🎥 Eudes Séméria, psychologue clinicien et psychothérapeute nous parle de dépendance affective

L'avis de la rédaction : des thérapies très efficaces !

Le diagnostic de la dépendance affective doit être posé par un professionnel. Si pensez en être atteinte, n'hésitez pas à contacter un spécialiste pour faire le bilan, suite à cela il pourra vous proposer le suivi le plus adapté. Sachez qu'il existe des thérapies très efficaces comme les TCC, thérapies comportementales et cognitives. Elle vise vos fausses croyances autour de votre vie de couple, de votre personne et les remplace. N'attendez pas pour prendre rendez-vous, vous retrouverez ainsi une vie affective sereine et heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psy


Retrouvez nos conseils en vidéo

Vous avez aimé cet article ? Alors vous aimerez aussi : 

Article proposé par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Cachez ce téton que je ne saurais voir ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

Avez-vous remarqué combien les seins, et particulièrement les tétons des femmes, sont censurés ? Notamment sur les réseaux sociaux, Instagram étant le spécialiste de la censure des tétons. Je suis beaucoup d’artistes faisant du nu artistique, la plupart doivent flouter les tétons des femmes, alors que ceux des hommes non… Pourquoi faut-il qu’on cache nos tétons ? Qu’ont-ils donc de si gênant ?

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs fois des questions sur son identité. Son genre assigné à la naissance était “homme”, mais lui se sentait plus “femme”. Être transgenre, c’est ressentir un décalage entre le genre assigné à la naissance et son ressenti. Je pensais que c’était quelque chose que l’on savait au fond de soi, depuis toujours, mais en réalité, mon ami m’a fait comprendre que c’était beaucoup plus complexe que cela. Alors comment savoir si on est transgenre ? Explications.

Comment gérer un passif-agressif ? 5 astuces imparables

Ils procrastinent, boudent pour un rien et rejettent la faute sur vous ? Les passifs-agressifs ont de quoi nous rendre fou. Personnellement, au lieu de rentrer dans leur jeu malsain, je garde mon calme et réagis intelligemment… Et ça fonctionne ! Découvrez 5 astuces pour gérer les comportements passifs-agressifs.

7 aliments à mettre dans votre assiette pour une peau parfaite

J'ai la peau mixte et j'adore manger. Vous vous dites quel est le rapport... Eh bien, c'est une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce qu'une peau parfaite, ça passe aussi par l'assiette. Pas la peine d'installer le frigo dans la salle de bains, mettez juste le cap sur les crevettes, les framboises ou les tomates.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici