L’échelle de l’auto-compassion : faites le questionnaire de Kristin Neff !

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai toujours eu tendance à être un peu trop dure avec moi-même et à sortir ce genre de phrases : “ah mais je suis vraiment trop c*nne”. Seulement, j’ai appris en thérapie que c’était contre-productif de se dire des choses comme ça et que je ne faisais pas preuve d’auto-compassion. Après coup, j’ai découvert qu’il y avait une échelle de l’auto-compassion mise en place par la chercheuse en psychologie, Kristin Neff. Envie de faire ce test ? Le voici !

L’échelle de l’auto-compassion : faites le questionnaire de Kristin Neff !
Sommaire : 

Évaluer son auto-compassion via le questionnaire SCS

Sur Wengood, je vous ai déjà dit pourquoi il était essentiel de faire de l’auto-compassion. J’ai même parlé du livre de Kristin NeffS’aimer” qui permet d’être dans la bienveillance avec soi-même.

Cependant, entre-temps, j’ai découvert que la chercheuse avait mis en place un test de l’auto-compassion, via un questionnaire. Mis à disposition sur son site, il permet de savoir où l'on en est dans le rapport à soi. Il est essentiel de faire preuve d’empathie avec soi-même, car sinon on est plus à risque de développer des problèmes d’humeur et de stress 😥. 

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’apprendre à s’aimer pour éviter d’en arriver là ! Mais avant ça, il faut pouvoir déterminer si l'on a un rapport déséquilibré à soi.  

L’échelle de Kristin Neff

À chaque affirmation, vous allez devoir attribuer une note entre 1 et 5. La note 1 étant “presque jamais” et la note 5 étant “presque toujours”. 

👉 Attribuez une note à chaque phrase de cette première partie : 

  • Je désapprouve et juge mes propres défauts et insuffisances.
  • Lorsque je me sens mal, j'ai tendance à être obsédé(e) et à focaliser sur tout ce qui ne va pas.
  • Quand je pense à mes insuffisances, je me sens différent(e) et coupé(e) du reste du monde.
  • Quand j'échoue à quelque chose d'important pour moi, je suis envahi(e) par un sentiment de ne pas être à la hauteur.
  • Quand les choses vont vraiment mal, j'ai tendance à être dur(e) envers moi-même.
  • Je suis intolérant(e) et impatient(e) envers les aspects de ma personnalité que je n'aime pas.
  • Quand je me sens mal, j'ai tendance à avoir l'impression que les autres sont plus heureux que moi.
  • Quand je vois des aspects de moi-même que je n'aime pas, je me critique.
  • Quand c'est vraiment difficile pour moi, j'ai tendance à penser que la vie est plus facile pour les autres.
  • Quand quelque chose me perturbe, je me laisse emporter par mes sentiments.
  • Je suis dur(e) envers moi-même quand je ressens de la souffrance.
  • Quand quelque chose de douloureux se produit, j'ai tendance à donner une importance hors de proportion à l'incident.
  • Quand j'échoue à quelque chose d'important pour moi, j'ai tendance à me sentir seul(e) dans mon échec.

👉 Faites la même chose pour cette deuxième partie du questionnaire : 

  • Quand les choses vont mal pour moi, je vois ces difficultés comme faisant partie de la vie que chacun traverse.
  • J'essaye d'être aimant(e) envers moi-même quand je souffre.
  • Quand je me sens déprimé(e), je me rappelle qu'il y a beaucoup d'autres personnes dans le monde qui ressentent la même chose.
  • Quand quelque chose me contrarie, j'essaye de garder mes émotions en équilibre.
  • Quand je ne me sens pas à la hauteur d'une quelconque façon, j'essaye de me rappeler que ce sentiment est partagé par la plupart des gens.
  • Quand je traverse une période très difficile, je me donne le soin et la tendresse dont j'ai besoin.
  • Quand quelque chose de douloureux se produit, j'essaye d'avoir une vision équilibrée de la situation.
  • J'essaye de voir mes défauts comme faisant partie de la condition humaine.
  • Quand j'échoue à quelque chose d'important pour moi, j'essaye de garder les choses en perspective.
  • Je suis bienveillant(e) envers moi-même quand je souffre.
  • Quand je suis déprimé(e), je cherche à approcher mes sentiments avec curiosité et ouverture.
  • Je suis tolérant(e) avec mes propres défauts et insuffisances.
  • J'essaye d'être compréhensif(ve) et patient(e) envers les aspects de ma personnalité que je n'aime pas.

👋 Cet article peut vous intéresser : Autosabotage : fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve

Le résultat du test de l'auto-compassion

Calculez votre note pour les deux parties. Si dans la première, vous êtes plus proche de 65, alors vous faites moins preuve d’auto-compassion et vous avez tendance à toujours vous déprécier. En revanche, pour la deuxième partie, si votre score est plus proche de 65, cela signifie que vous arrivez à prendre du recul et à faire preuve de bienveillance. Vous arrivez également à mieux gérer vos émotions. Un score bas dans cette deuxième partie signifie que vous avez plus de difficultés à être apaisé. 

👉 Vous savez désormais où vous en êtes dans votre rapport à vous-même. Si le score est élevé dans la première partie et bas dans la deuxième, voire qu’il est moyen dans les deux cas, vous avez besoin d’apprendre à vous aimer et d'être votre meilleur allié. La seule personne avec qui nous serons de la naissance à la mort, c’est nous-même, alors autant faire en sorte d’avoir un rapport sain avec notre personne 🤗 ! 

L'avis de la rédaction : apprendre à s'aimer

L'échelle de l'auto compassion est un bon outil pour se situer sur son rapport à soi et identifier certains comportements néfastes. Si suite à ce test, vous vous apercevez que vous avez tendance à vous déprécier et que vous manquez de bienveillance avec vous-même, c'est une première étape. La prise de conscience est toujours la première pierre de votre construction. Maintenant que vous avez identifié ce point, il est important de travailler dessus, d'apprendre à vous aimer et vous respecter. Prenez rendez-vous avec un coach. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe


Contacter un coach

Mais aussi : 

Source : self-compassion.org

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Je ne me sens plus désirée, comment faire monter la température ?

C'est l'été et la température va monter... du moins à l'extérieur, parce que chez moi, ce n'est plus trop ça. Quinze ans de relation ont fini par émousser le désir. Un bisou par habitude, une caresse par là et l'amour quand on y pense. S'il existe des relations platoniques et épanouies, je ne veux pas être de celles-ci. Je vais faire monter la température dans mon couple et je vais le faire maintenant ! 🔥

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Comment faire 10.000 pas par jour en étant en télétravail ?

Chères toutes, je suis comme beaucoup d'entre vous, en ce moment je vis et travaille à la maison, sauf que cette année, j'ai décidé de rester en forme et donc de faire les 10.000 pas quotidiens recommandés pour les non-sportives, comme moi (6.000 pour les sportives) Je n'ai pas vraiment le moral et j'ai une activité sédentaire depuis chez moi... Mission impossible ? Pensez-vous !

Terreur nocturne : pourquoi les enfants et les adultes en souffrent ?

Se réveiller en hurlant et en sueur, ce n’est jamais agréable, que ce soit pour un enfant ou un adulte. Et c’est encore plus impressionnant pour l’entourage, tant pour les parents que le conjoint ! C’est ce qui s’appelle faire des terreurs nocturnes. Même si chez l’enfant, elle est plus répandue, cette parasomnie n’est pas anodine chez l'adulte. Il est important de comprendre les origines d’une terreur nocturne et ses symptômes pour la diminuer, voire la faire totalement disparaître.

Mutisme chez l’adulte : quand l’anxiété pousse au silence…

Il est étrange de rencontrer des adultes ne pas parler, alors qu’elles en sont physiquement capables. S'il n'y a pas de pathologie physique, cela s'appelle le mutisme. Personnellement, j’ai toujours été habituée à cette pathologie psychique, puisqu’un membre de ma famille a un mutisme sélectif. Si ce n’est pas quelque chose qui me surprend, je sais qu’en dehors du cercle familial, c’est perçu comme quelque chose de très étrange. Comment ce trouble de la parole se manifeste ? Quelle est son origine ? Comment soigner le mutisme ? Autant de questions que j'ai pu me poser plus jeune.

Amour ou habitude, comment savoir où on en est ?

J’aurais toujours voulu que mes histoires d’amour soient passionnelles. Cependant, je me suis bien vite aperçue que la vie n'est pas une comédie romantique. Je me souviens d’une de mes relations en particulier, il y a quelques années, où je me suis demandé : mais est-ce que je l’aime ? Ou ai-je simplement l’habitude de l’avoir dans mon quotidien ? Est-ce que j’ai peur de me retrouver seule ? Bref, vous l’avez compris, je me sentais un peu perdue. Je vous en parle.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

La science du bonheur : les secrets du bonheur [ Dr JEAN DORIDOT, Psychologue et hypnothérapeute ] 🥳

8 février · Wengood

9:13


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube