La psychologue Elisabeth Navarro explique notre besoin d'être aimé

Mis à jour le par Justine Guilhem

On a souvent l'impression que sans amour, on est rien. Oui, tout le monde souhaite être aimé et heureux.se. Cependant, pourquoi chez certaines personnes, ce besoin est démesuré ? Pourquoi recherche-t-on à tout prix l'amour et que l'on nous dise que l'on nous aime ? Elisabeth Navarro, psychologue clinicienne, répond à cette question.

La psychologue Elisabeth Navarro explique notre besoin d'être aimé

L’amour : un sentiment essentiel

Le besoin d’amour est un besoin vital chez tout être humain ; quel que soit son âge. L’amour constitue la nourriture psychique la plus importante. Cela se construit pendant l'enfance. En effet, un enfant se développera harmonieusement s’il a été aimé et entouré affectivement dès son plus jeune âge par ses figures d'attachement (généralement les parents) et qu’il a grandi dans un environnement chaleureux et sécurisant. C’est l’amour de son entourage qui éveillera son propre amour et qui va, en donnant confiance en soi, offrir la possibilité de s’aimer soi-même et de se respecter dans la relation à l’autre.

👉 S’aimer, aimer et être aimé sont les 3 composantes indissociables du besoin vital d’amour dont la satisfaction va donner à l’être humain la clé de son équilibre pour son évolution future.

👉 L’amour est la clé de la motivation ; ce qui donne envie de vivre, de créer, de se propulser et de propulser les autres. C’est un besoin vital, au même titre que celui de se nourrir. L’être dont le besoin naturel est comblé est de fait beaucoup plus libre et indépendant sans peur de l’abandon que celui qui est à la recherche permanente de la satisfaction de ce besoin.

La dépendance affective : un manque d’amour

En revanche, un besoin insatisfait va créer des troubles psychologiques. L’enfant qui a manqué de câlins et d’amour est un enfant qui s’accroche et qui accapare toute l’attention de l’adulte. L’adulte qui a manqué d’amour n’est pas en capacité de se détacher de ce besoin et va sans cesse chercher à combler ce manque, sans pouvoir se livrer pleinement à d’autres activités plus créatrices, sociales ou culturelles. Dès lors, l’adulte va s’inscrire dans une forme de dépendance à l’autre (parents, amis, compagnon…).Une femme ayant peur de perdre son conjoint

La dépendance affective ne vient pas du besoin d’aimer et d’être aimé, qui est un besoin naturel, mais du pouvoir qu’il donne aux autres sur notre vie. Cette attitude irresponsable met l’autre à la source de ses manques d’amour et qui fait que l’adulte devient dépendant quand il attribue aux autres la cause de ses problèmes.

Les symptômes d’une dépendance affective

L’adulte dépendant ne va rien refuser à l’autre pour ne pas le perdre. Il mettra en œuvre tous les moyens pour satisfaire ce besoin vital et fondamental, par crainte d’être abandonné. Il va devenir dépendant pour ne pas perdre l’amour de l’autre, voire à se nier, se détruire ou devenir une marionnette dans les mains des autres pour ne pas perdre cet amour.

Certaines personnes vont se convaincre qu’elles peuvent vivre sans être aimées et sans aimer, mais cela vient tout simplement d'un mécanisme de défense, la rationalisation, pour masquer ainsi leur souffrance que suscite le manque d’amour 😥.

Dans les 2 cas ; il y a : 

  • Une négation de soi. On ne règle pas un manque d’amour en donnant toute la place à la pensée rationnelle ou en la cédant dans son entier à l’autre.
  • Un manque d’amour de soi : La capacité d’aimer et d’être aimé est directement proportionnelle à la capacité de s’aimer soi-même.

👉 Dans cette approche pathologique de la relation à l’autre, il est indispensable d’être suivi en consultation psychologique pour identifier, comprendre et agir sur cette pathologie du lien affectif qui a créé la souffrance de cette dépendance affective.

Elisabeth Navarro, psychologue clinicienne, vous écoute

Elisabeth Navarro est psychologue clinicienne depuis de nombreuses années. Quelle que soit votre problématique, n'hésitez pas à prendre rendez-vous, ensemble, vous pourrez comprendre ce qui vous anime et agir sur vos comportements.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter le Elizabeth Navarro

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Merci Madame

motte paule il y a 2 ans

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube