Je n'arrive pas à demander ou à accepter de l'aide, mais pourquoi ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Pendant longtemps, je n’ai pas su demander de l’aide ou simplement l’accepter. “Non ne t’inquiète pas, ça va aller”, disais-je quand des proches me proposaient leur soutien, alors que ça n’allait pas du tout. D’ailleurs, j’ai mis beaucoup de temps à demander un accompagnement psychologique, car j’étais persuadée que je pouvais m’en sortir toute seule. Qu’est-ce que cache ce comportement ? Pourquoi on n’arrive pas à demander de l’aide ? Avec le recul, j’ai compris ce que ça cachait et je me dis qu’en parler, ça pourrait aider ! Explications.

Je n'arrive pas à demander ou à accepter de l'aide, mais pourquoi ?

Une règle que l'on apprend

“Aide-toi et le ciel t’aidera”. Jean de la Fontaine

Même si je n’ai pas particulièrement une famille religieuse, cette phrase, je l’ai souvent entendu, notamment dans la bouche de ma grand-mère. Je parie que je ne suis pas la seule qui ait entendu ce type de discours à la maison 😅. Notre éducation est bien souvent une des causes de notre honte à demander de l’aide. On nous apprend que l’on doit se débrouiller seul, notre société étant très individualiste. Notre société occidentale nous fait comprendre que l'on doit avancer coûte que coûte et ne compter sur personne.

Cependant, le résultat de cette manière de penser, c'est que certaines personnes en viennent à avoir honte, demander de l'aide serait un aveu de faiblesse : "je n’ai pas eu les compétences, l'argent, le courage, etc. pour m'en sortir". D’autres, comme moi, ont la sensation de déranger. Toutes ces pensées cachent en réalité des peurs profondément ancrées en nous 😥. 

👋 Cet article peur vous intéresser : Comment je me suis sorti de la peur de décevoir

Un manque de confiance + des peurs

En tout cas, c’est ce que j’ai compris avec mon travail thérapeutique. Il y a une ou plusieurs blessures émotionnelles qui se cachent en nous lorsqu'on refuse de l'aide. Dans le cas où on a peur de passer pour quelqu'un de faible, en réalité, on a peur du jugement d’autrui et un gros manque de confiance en soi 😔. 

Pour ma part, je me suis sentie plus concernée par la sensation de déranger. C’est un biais que l’on a quand on n’arrive pas à dire non. Eh oui, avec ce comportement, on s’imagine que les autres sont aussi dans cette incapacité. On a donc peur de provoquer de la gêne et de la frustration qui peuvent amener à des émotions négatives encore plus fortes 😡. Évidemment, cela cache une peur du rejet ou bien encore une peur de l’abandon, on craint d’agacer et de finir par se retrouver seul·e. 

Alors, pour éviter de se confronter à nos peurs, on préfère ne pas demander 💔. 

👋 Cet article peur vous intéresser : Intolérance à la frustration : quand la déception est permanente

Des conséquences néfastes de ce comportement

Le problème, c’est que ce comportement peut nous enfermer dans le ressentiment. On a peur de le provoquer chez les autres, mais au final, on le provoque chez nous 😅. À force de vouloir se débrouiller seul·e, on se persuade d'être est mal aimé. Le manque de communication nous isole et on finit par s’enfermer dans la solitude. On en vient à ruminer toute la journée et à se dire que, vu qu’on est jamais aidé, on n'aidera pas à notre tour. C’est pourquoi il est important de demander de l’aide ou d’accepter lorsque quelqu’un nous propose un coup de pouce. 

Je précise aussi qu'il est important de verbaliser son besoin et de ne pas attendre que l'on nous propose de l'aide spontanément. Par le passé, j'ai pu vouloir de l'aide et voyant que les gens ne me disaient rien, j'ai fini par me contrarier. Sauf qu'il faut communiquer, car personne n'est devin 🤐 ! 

Comment demander ou accepter de l’aide ?

Certes, dire qu’il faut accepter l’aide, c'est bien, mais ce n’est pas quelque chose qui se fait en un claquement de doigts, surtout si notre éducation et nos distorsions cognitives pèsent lourd dans la balance. C’est un travail thérapeutique qui peut sembler long, mais il y a quelques conseils que j’ai retenus de mon propre suivi, les voici 👇 : 

Premièrement, il faut identifier et faire un travail sur nos émotions. Oui peut-être qu’on va être gêné ou mal à l’aise, mais c’est important de reconnaître cela, car ça nous aide à mieux accepter ces sentiments inconfortables. Ensuite, il faut essayer de travailler ses pensées et se rappeler qu’un jour ou l’autre, tout le monde a besoin d’aide et ce n’est pas un mal. Personnellement, je me répète très souvent que je suis ravie d’aider une personne que j’aime, que je me sens utile et que c’est un moyen indirect de prouver que je tiens à la personne 🙌. 

Enfin, en changeant petit à petit de perspective, on peut aussi apprendre à voir l’aide comme une opportunité d’apprendre et de progresser plus vite. On peut ainsi remplacer le dicton désuet de Jean de la Fontaine par cette simple phrase : ensemble, on est plus fort. C’est quand même plus sympa, non 😊? 

L'avis de la rédaction : une force plutôt qu'une faiblesse

Demander de l'aide n'est pas facile mais il faut se rappeler que c'est avant tout une marque de force et de courage. Un psychologue peut vous aider à comprendre ce qu'il se passe en vous. Nous vous encourageons vivement à prendre rendez-vous avec un psychologue. C'est une étape importante vers le mieux-être. Vous méritez de recevoir l'aide dont vous avez besoin.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Bonjour, j'aime votre article, mais demander un psychologue, il faut le payer, alors que suite à un accident de la vie, on a très peu de moyens. Bien à vous

Alric il y a 5 mois

Bonjour Alric, je suis bien d'accord, consulter a un coût. J'aimerais que cela soit pris en charge par la sécurité sociale, au même titre qu'une jambe cassée. Cependant, si vous le souhaitez, j'ai fait plusieurs articles pour trouver le moyen d'avoir une prise en charge de quelques séances de thérapies ou de bénéficier du dispositif "mon psy". Courage à vous.

Camille Lenglet 

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube