Je n'arrive pas à demander ou à accepter de l'aide, mais pourquoi ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Pendant longtemps, je n’ai pas su demander de l’aide ou simplement l’accepter. “Non ne t’inquiète pas, ça va aller”, disais-je quand des proches me proposaient leur soutien, alors que ça n’allait pas du tout. D’ailleurs, j’ai mis beaucoup de temps à demander un accompagnement psychologique, car j’étais persuadée que je pouvais m’en sortir toute seule. Qu’est-ce que cache ce comportement ? Pourquoi on n’arrive pas à demander de l’aide ? Avec le recul, j’ai compris ce que ça cachait et je me dis qu’en parler, ça pourrait aider ! Explications.

Je n'arrive pas à demander ou à accepter de l'aide, mais pourquoi ?

Une règle que l'on apprend

“Aide-toi et le ciel t’aidera”. Jean de la Fontaine

Même si je n’ai pas particulièrement une famille religieuse, cette phrase, je l’ai souvent entendu, notamment dans la bouche de ma grand-mère. Je parie que je ne suis pas la seule qui ait entendu ce type de discours à la maison 😅. Notre éducation est bien souvent une des causes de notre honte à demander de l’aide. On nous apprend que l’on doit se débrouiller seul, notre société étant très individualiste. Notre société occidentale nous fait comprendre que l'on doit avancer coûte que coûte et ne compter sur personne.

Cependant, le résultat de cette manière de penser, c'est que certaines personnes en viennent à avoir honte, demander de l'aide serait un aveu de faiblesse : "je n’ai pas eu les compétences, l'argent, le courage, etc. pour m'en sortir". D’autres, comme moi, ont la sensation de déranger. Toutes ces pensées cachent en réalité des peurs profondément ancrées en nous 😥. 

👋 Cet article peur vous intéresser : Comment je me suis sorti de la peur de décevoir

Un manque de confiance + des peurs

En tout cas, c’est ce que j’ai compris avec mon travail thérapeutique. Il y a une ou plusieurs blessures émotionnelles qui se cachent en nous lorsqu'on refuse de l'aide. Dans le cas où on a peur de passer pour quelqu'un de faible, en réalité, on a peur du jugement d’autrui et un gros manque de confiance en soi 😔. 

Pour ma part, je me suis sentie plus concernée par la sensation de déranger. C’est un biais que l’on a quand on n’arrive pas à dire non. Eh oui, avec ce comportement, on s’imagine que les autres sont aussi dans cette incapacité. On a donc peur de provoquer de la gêne et de la frustration qui peuvent amener à des émotions négatives encore plus fortes 😡. Évidemment, cela cache une peur du rejet ou bien encore une peur de l’abandon, on craint d’agacer et de finir par se retrouver seul·e. 

Alors, pour éviter de se confronter à nos peurs, on préfère ne pas demander 💔. 

👋 Cet article peur vous intéresser : Intolérance à la frustration : quand la déception est permanente

Des conséquences néfastes de ce comportement

Le problème, c’est que ce comportement peut nous enfermer dans le ressentiment. On a peur de le provoquer chez les autres, mais au final, on le provoque chez nous 😅. À force de vouloir se débrouiller seul·e, on se persuade d'être est mal aimé. Le manque de communication nous isole et on finit par s’enfermer dans la solitude. On en vient à ruminer toute la journée et à se dire que, vu qu’on est jamais aidé, on n'aidera pas à notre tour. C’est pourquoi il est important de demander de l’aide ou d’accepter lorsque quelqu’un nous propose un coup de pouce. 

Je précise aussi qu'il est important de verbaliser son besoin et de ne pas attendre que l'on nous propose de l'aide spontanément. Par le passé, j'ai pu vouloir de l'aide et voyant que les gens ne me disaient rien, j'ai fini par me contrarier. Sauf qu'il faut communiquer, car personne n'est devin 🤐 ! 

Comment demander ou accepter de l’aide ?

Certes, dire qu’il faut accepter l’aide, c'est bien, mais ce n’est pas quelque chose qui se fait en un claquement de doigts, surtout si notre éducation et nos distorsions cognitives pèsent lourd dans la balance. C’est un travail thérapeutique qui peut sembler long, mais il y a quelques conseils que j’ai retenus de mon propre suivi, les voici 👇 : 

Premièrement, il faut identifier et faire un travail sur nos émotions. Oui peut-être qu’on va être gêné ou mal à l’aise, mais c’est important de reconnaître cela, car ça nous aide à mieux accepter ces sentiments inconfortables. Ensuite, il faut essayer de travailler ses pensées et se rappeler qu’un jour ou l’autre, tout le monde a besoin d’aide et ce n’est pas un mal. Personnellement, je me répète très souvent que je suis ravie d’aider une personne que j’aime, que je me sens utile et que c’est un moyen indirect de prouver que je tiens à la personne 🙌. 

Enfin, en changeant petit à petit de perspective, on peut aussi apprendre à voir l’aide comme une opportunité d’apprendre et de progresser plus vite. On peut ainsi remplacer le dicton désuet de Jean de la Fontaine par cette simple phrase : ensemble, on est plus fort. C’est quand même plus sympa, non 😊? 

L'avis de la rédaction : une force plutôt qu'une faiblesse

Demander de l'aide n'est pas facile mais il faut se rappeler que c'est avant tout une marque de force et de courage. Un psychologue peut vous aider à comprendre ce qu'il se passe en vous. Nous vous encourageons vivement à prendre rendez-vous avec un psychologue. C'est une étape importante vers le mieux-être. Vous méritez de recevoir l'aide dont vous avez besoin.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Bonjour, j'aime votre article, mais demander un psychologue, il faut le payer, alors que suite à un accident de la vie, on a très peu de moyens. Bien à vous

Alric il y a 2 mois

Bonjour Alric, je suis bien d'accord, consulter a un coût. J'aimerais que cela soit pris en charge par la sécurité sociale, au même titre qu'une jambe cassée. Cependant, si vous le souhaitez, j'ai fait plusieurs articles pour trouver le moyen d'avoir une prise en charge de quelques séances de thérapies ou de bénéficier du dispositif "mon psy". Courage à vous.

Camille Lenglet 

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube