10 comportements d'enfants que nous aurions dû conserver à l'âge adulte

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Vous enviez secrètement les enfants qui rient aux éclats pour un rien ? Comme ces petits êtres, vous aimeriez tellement vous émerveiller des choses simples de la vie ? Pourtant être un adulte, ce n'est pas seulement être sérieux et morose. Votre âme d’enfant ne doit pas être si loin, et il est possible d’avoir 35 ans sur sa carte d’identité et 12 quand il s’agit de lâcher prise. Zoom sur 10 comportements d’enfants que nous aurions tous dû garder !

10 comportements d'enfants que nous aurions dû conserver à l'âge adulte
 Sommaire

« Ils vécurent enfants et firent beaucoup d'heureux. » - Ghandi

Les enfants comptent beaucoup sur nous pour apprendre la vie et se développer, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’eux aussi nous partagent de belles leçons de vie. Découvrez comment être insouciant, juste ce qu’il faut, et heureux ! 😊

10 comportements enfantins qui font du bien

1. Rire d'un rien

Amatrice de blagues depuis mon plus jeune âge, je maîtrise l’auto-dérision. Un ami m’arrose lors d’un pique-nique ? Je suis mouillée, alors mieux vaut en rire qu’en pleurer. Ne pas tout prendre au sérieux est le meilleur moyen de lâcher prise et de prendre de bons fous rires.

2. S’émerveiller des choses simples de la vie

Observer les animaux dans la nature, s’émerveiller devant la neige qui tombe, attendre Noël avec la plus grande des impatiences… À travers les yeux d’un enfant, tout semble spectaculaire. À croire qu'ils ont inventé la pleine conscience !

3. Foncer sans avoir peur d’échouer

« Kirikou n’est pas grand, mais il est vaillant ♫ » ...Comme chaque enfant. Ces petits êtres sont téméraires et passent leur temps à foncer, à croquer la vie à pleines dents sans craindre l'échec ou la chute. Même pas peur !

4. Se moquer de nos apparences

Courir avec le petit bidon à l’air ou porter une salopette rouge avec une casquette bleue ne me perturbait pas à l'époque. J’étais comme on dit « sans pression », ou bien dans mes baskets, même si elles n’étaient pas assorties au reste. Alors qu'aujourd’hui, j’ai l’impression que le moindre épi va me coûter ma réputation…

5. Montrer ses sentiments sans se poser de question

Quand un enfant aime, il n’attend pas qu’on lui envoie le premier message et il n’hésite pas par peur d’être rejeté ou blessé dans son amour-propre. Quand un enfant aime, il nous couvre de bisous et nous assaille de mots doux ! Voilà pourquoi on devrait toutes être comme un enfant qui aime.

6. Ne pas s’embarrasser des conventions

Petite, je n’ai jamais fait semblant. Je n’avais pas envie de faire un bisou à ce vieil oncle qui piquait ? Aucun problème, j’esquivais en faisant la moue. J’y repenserai la prochaine fois que je me sentirai obligée de faire la discussion à ma désagréable voisine.

7. Être plus sociable

Un enfant n’a aucun mal à dire bonjour aux gens qu’il croise, à les éblouir d’un beau sourire ou de discuter et partager son avis. Pourquoi est-ce qu’on se renferme autant en grandissant ? Je n’irais peut-être pas jusqu’à tirer la langue aux inconnus dans le bus, mais aller plus spontanément vers les autres pour s'en faire des amis est une idée à exploiter. Sans compter que parler à des inconnus, ça fait vraiment du bien !

8. Ne pas être rancunier

À 5 ans, je n’étais pas rancunière pour un sou. Il m’arrivait bien évidemment de pleurer et de laisser échapper un « t’es pas gentil ! » lorsqu’on me grondait. Mais après avoir fait le tour de mon bocal, je passais vite à autre chose. Aujourd’hui, je mets deux semaines à digérer les remarques de mes amies… ( 👋 Le complimerde, ces saloperies déguisées qui font du mal !

9. Regarder des dessins animés

Les tortus ninjas, le roi Lion et tous les personnages qui ont bercé mon enfance ne méritent pas d’être mis au placard. Un bon Disney possède des avantages non négligeables pour la santé ! Le temps d’une heure, notre esprit est apaisé et se déleste des soucis du quotidien. Ces couleurs chatoyantes, ces chansons que l’on reprend à tue-tête et ces personnages si mignons nous aident à lutter contre la dépression… Un peu de douceur dans ce monde de brutes.

10. S’octroyer des siestes

Les quatre premières années de ma vie, j’avais l’impression d’aller à la sieste contrainte et forcée. Il est clair que je ne mesurais pas ma chance. De nos jours, la sieste est soi-disant réservée aux petits et aux seniors. Pourtant, il n’y a pas d’âge pour s’allonger, chaque jour, ne serait-ce que vingt minutes, et profiter d’une sieste efficace.

L'avis de la rédaction : Retomber en enfance oui, mais de façon modérée !

Le monde de l’enfance représente un réel refuge et celui qui s’y rend se déleste de la pression de la vie d’adulte. Le tout est de ne pas tomber dans le syndrome de Peter Pan dont sont atteints les gens qui continuent de réagir et se comportent de façon puérile par refus de grandir. Pour le psychologue Jean-Yves Flament, ce syndrome est un cercle vicieux : plus la personne se sent en décalage avec le monde des adultes, plus elle s'isole dans son délire imaginaire, alimentant toujours un peu plus son angoisse et refusant de se prendre en charge. C’est ainsi que l’on retrouve des grandes personnes qui s’intéressent à la dernière poupée Barbie sortie au lieu d’évoluer. La clef pour grandir en étant heureux c'est simplement de prendre conscience qu'on peut, assumer ses responsabilités, s'engager dans une voie et dans une relation, tout en gardant son âme d'enfant. Si vous rencontrez des difficultés, que vous vous sentez mal, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

► Continuez votre quête du bonheur et découvrez 8 choses dont je me moque, et ça fait du bien.

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Les commentaires

Ravie de découvrir votre site, vos publications sont vraiment riches, extraordinaires, merci infiniment et courage et plein succès

Merci beaucoup pour vos encouragements qui nous vont droit au cœur 😊...

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici