Autonomie au travail, comment la développer et oser ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

J'ai connu un emploi où chaque point à la fin de mes phrases était contrôlé (j'exagère à peine). Un véritable enfer ! Aujourd'hui, je connais l'autonomie au travail. Chaque journée s'organise en fonction de mes responsabilités et de mes propres règles. Un gage de qualité de vie au travail, de motivation, mais aussi une liberté qu'il ne faut pas se contenter d'obtenir. L'autonomie au travail est aussi une liberté qu'il faut s'autoriser et ce n'est pas toujours simple !

Autonomie au travail, comment la développer et oser ?

L'autonomie au travail : un jeu d'équilibre(iste)

Être autonome dans son travail ne signifie pas forcément la même chose d'une entreprise à l'autre, ou même d'un salarié à l'autre, il n'y a qu'à observer les phrases interdites qui sont prononcées dans un espace de travail

L'autonomie peut se développer quel que soit notre statut hiérarchique, premièrement parce qu'elle favorise le bien-être au travail et ensuite, parce qu'elle s'articule autour de différents niveaux. Ainsi, chacun peut travailler en autonomie selon son poste, ses capacités ou son degré de confiance en soi et évoluer au fur et à mesure.

  • Le niveau 1 de l'autonomie au travail correspond à la marge de manœuvre que l'on a pour effectuer nos tâches quotidiennes. Ça tient à la prise d'initiative : je sais ce que j'ai à faire et comment le faire, donc je le fais. Ça tient aussi à l'auto-organisation.
  • Le niveau 2 implique des prises de décisions stratégiques et opérationnelles. On écoute mes idées et on me laisse les mettre en place. Ici, en tant que salarié, la prise de responsabilité est plus grande et implique la confiance de la hiérarchie.
  • Le 3e niveau se base sur nos compétences : je suis autonome si je suis en capacité, dans le cadre de mon travail d'utiliser mes compétences et de les développer.

👉 En bref, l'autonomie au travail c'est...
Un travail effectué, bien fait, à temps mais selon nos propres règles !

👋 Cet article peut vous intéresser : Je veux travailler moins, laissez-moi vivre et passer ma vie pro au second plan ! 

Tout, tout de suite, tout le temps ?

En tant que manager, attention tout de même. Si donner de l'indépendance est particulièrement bénéfique pour les employés, il ne faudrait pas qu'elle se confonde avec un abandon ➡️ #àlaide #ilyaquelquun. Eh oui, je ne le dirais jamais assez, mais en toute chose, il faut un juste milieu. Quand il s'agit de favoriser l'autonomie, le juste milieu n'est pas toujours facile à trouver, mais il faut savoir rester vigilant. 

Laisser trop d'autonomie rapidement et tout le temps peut donner l'impression de ne pas être soutenu, d'être abandonné et peut générer de la frustration. Quelques vérifications régulières et plus ou moins espacées en fonction du degré d'autonomie de chacun, peuvent tout à fait suffire à trouver le bon équilibre ⚖️.

L'autonomie, la clé du bien-être ?

Je pose la question, mais si vous vous demandez pourquoi l'autonomie est importante au travail, la première des réponses sera celle-ci : parce que ça fait du bien 😃 ! En effet, chacune peut facilement comprendre que, plus on acquiert de liberté et mieux on se sent. Et puis, comme beaucoup de choses en entreprises, avec l'autonomie, c'est souvent du win-win, parce qu’un salarié heureux = une entreprise heureuse.

📍 Avec l'autonomie au travail, on gagne quoi ?

  • plus d'engagement et de motivation
  • plus de productivité
  • le sentiment d'être valorisé
  • plus de créativité
  • un renforcement de l'esprit d'équipe
  • un meilleur équilibre vie pro et vie perso

Seulement voilà, tout le monde n'est pas forcément à l'aise avec le principe de liberté en plus 👀...

👋 Cet article peut vous intéresser : Comment améliorer son niveau de bien-être au travail ?

Et en pratique, comment on développe l'autonomie au travail ?

Comme pour le télétravail, ou encore la transparence salariale, selon les entreprises ou les personnes, l'autonomie peut se heurter à certains freins. Une culture d'entreprise traditionnelle, infantilisante et hiérarchique ne va pas favoriser l'autonomie et c'est bien dommage (surtout pour ladite entreprise 😝 !) Le manque de confiance est aussi un facteur bloquant. Si la confiance n'existe pas entre les employés et les dirigeants, difficile de gagner en liberté. 

Cependant, la confiance que se porte une employée à elle-même est aussi un élément important. Tout le monde n'est pas forcément à l'aise avec l'idée de s'autogérer et d'avoir plus de responsabilités et donc peut-être plus de chance de faire des erreurs, de se tromper, d'échouer. 

une femme qui demande de l'aide au travailAttention donc parce que l'autonomie au travail peut tout à fait générer du stress, de l'anxiété, voire des symptômes de burn-out ou de dépression. C'est la raison pour laquelle il faut toujours communiquer et réussir à se faire mutuellement confiance.

Deux façons d'encourager l'autonomie au travail

1. Un esprit sain dans un environnement sain

L'autonomie, ça commence par là, par un environnement de travail propice ! Plus la communication sera fluide, plus il y aura de transparence, de soutien et de bienveillance, plus la confiance pourra s'établir. Et la confiance, c'est le socle sur lequel peut s'établir l'autonomie. La confiance implique que chacun sache ce qu'il a à faire et fasse en sorte de le faire bien. 

La priorité doit être portée sur les résultats et non sur la façon d'atteindre ces résultats. L'infantilisation au travail est donc forcément à bannir. Il faut se faire confiance, se le dire et se le montrer.

2. Yes you can 💪 !

Pour encourager l'autonomie, rien ne vaut la prise d'initiative. Toutes les occasions sont bonnes pour laisser chacun oser proposer une solution, une idée, pour libérer la créativité ou être plus débrouillard. Par contre, encore une fois encore, l'autonomie nécessite des prérequis : les employés doivent être correctement formés. 

Eh oui, impossible de travailler seul si on n'a pas appris à faire correctement son travail. Et, pour que chacun puisse oser être de plus en plus autonome, il faut autoriser le droit à l'erreur.

Je voudrais bien, mais...

Et si l'autonomie, c'est de notre côté que ça coince ? C'est vrai ça, on peut tout à fait se trouver dans une entreprise qui favorise l'indépendance de ses employés avec tout ce qu’il faut en termes de valorisation, de formation, d'attentes et d'objectifs, de communication, de reconnaissance, etc. mais que de notre côté, on ne se sente pas toujours capable de gérer cette liberté. Il est vrai que parfois, se retrouver seule devant sa mission ce n'est pas très confortable. 

Le problème vient avant tout d'un manque de confiance en soi, de la peur de l'échec, de sortir de sa zone de confort ou de prendre des risques. Des craintes qui sont souvent justifiées dans un environnement de travail néfaste avec, par exemple, un manager toxique. C'est la raison pour laquelle, les entreprises doivent valoriser la prise d'autonomie, tout en fixant des objectifs clairs, ainsi chacun se sent plus libre, mais pas sans filet pour développer son plein potentiel. Avec l'autonomie, tout le monde est gagnant !

L'avis de la rédaction : à travailler !

L'autonomie au travail est très bénéfique, à condition d'avoir suffisamment confiance en soi et d'être encadrée pour ne pas générer un stress trop important. Si vous manquez de confiance en vous ou que vous ne parvenez pas vous épanouir dans votre vie professionnelle comme vous l'aimeriez, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Mieux au travail :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube