Peut-on tout dire à son psy ? On dévoile vraiment tout ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Lorsque j’ai commencé à avoir un suivi psychologique, je me suis demandé si je pouvais vraiment tout dire à ma psy. Il y avait des sujets qui me mettaient mal à l’aise ou des histoires honteuses… J’avais peur d’être jugée et incomprise face à cette inconnue silencieuse qui griffonnait son petit carnet. Alors faut-il réellement tout dire à son thérapeute ? Oui et non, je vous explique !

Peut-on tout dire à son psy ? On dévoile vraiment tout ?

La difficulté de parler à un inconnu

A priori, si on a décidé d’aller voir un psy, c’est justement pour dire les choses qui ne vont pas. Oui mais voilà, il est parfois difficile d’être confrontée à nos émotions. On se retrouve là, face à un ou une inconnue et on doit dire les choses plus intimes de notre vie. Pour ma part, j’ai eu un petit blocage, je vous l’avais expliqué dans l’article où je disais mentir à mon psy 😬. Ce n’est jamais simple de mettre des mots sur des événements qui se sont produits, surtout s’il y a un choc émotionnel derrière tout cela 😥.

Cependant, il faut partir du principe que l’on n’est pas obligée de tout dire. On n’a pas un couteau sous la gorge et ce n’est en rien une obligation de raconter les moindres détails de notre vie 🤐. On peut choisir les sujets qu’on décide d’aborder. En plus, je pense qu’un bon thérapeute sera à même de déceler s’il y a une problématique ou une thématique compliquée pour nous. D’ailleurs quels sont les sujets dont il est difficile de parler pendant la psychothérapie 🧐 ?

Les sujets sensibles en psychothérapie

En effet, on peut faire un blocage sur certains sujets tant ils sont complexes à aborder. Les psychologues sont assez unanimes pour dire que les patients ont généralement des difficultés sur ces thèmes :

  • Le sexe,
  • Les abus sexuels,
  • L’argent,
  • Les problèmes de santé,
  • Les ressentiments ou la frustration à cause de la thérapie,
  • Les troubles alimentaires,
  • Les questions d’identité,
  • Les événements où on se considère comme “le méchant ou la méchante”.

Pourtant, parler justement de ces sujets nous aide à avancer encore plus rapidement dans le processus thérapeutique. Il est important de dire ce qui nous fait du mal et ce qui nous atteint, pour nous sentir mieux par la suite. Je vois un peu cela comme crever l’abcès, une fois que les mots sont sortis, ça nous allège d’un sacré poids 🙌 !

La thérapie, un espace sans jugement

C’est naturel de vouloir garder certaines choses pour soi ou d’omettre certains détails. Comme je l’ai dit, on n'est aucunement obligée de tout raconter. Néanmoins, il faut garder en tête qu’on a le droit de parler en toute transparence à son thérapeute. Le but d’un suivi psychologique, c’est de nous assurer un espace sûr et sans jugement, pour dire ce qui ne va pas 🤗. Le travail d’un psychothérapeute est d’écouter notre souffrance et de repérer comment elle fonctionne pour savoir comment intervenir sur les mécanismes. Il y a toujours une distance entre nous et le psy, il est là pour “décoder” ce qu’il se passe en nous.

🚗
Je prends souvent l’exemple d’un mécanicien qui répare une voiture. Il observe, trouve la panne et choisit la réparation à faire. Oui je sais, c’est étrange d’être comparée à une voiture, alors qu’il s’agit de santé mentale 😅 !

Ce que je veux dire, c’est que c’est justement le travail du psychologue d’écouter tout ce qu’on veut lui dire. Il applique un protocole et reste à distance des émotions provoquées par l’entretien avec un patient.

Se tourner vers le bon thérapeute

On se demande toujours qui consulter : Psychologue, psychiatre, coach, … C’est important de bien choisir son spécialiste, en fonction des problématiques que l’on rencontre. Par exemple, pour un suivi sur les troubles alimentaires, il faudra s’orienter vers un psychologue pratiquant la thérapie cognitive et comportementale (TCC). En revanche, si on souhaite régler un blocage sexuel dans son couple, il faudra plutôt consulter un sexologue.

Une fois le type de thérapie et la personne de confiance choisie, je pense partir du principe que l’on peut tout dire. On reste en droit de choisir, mais il faut avoir conscience que le professionnel est là pour nous aider sans juger 🤗.

L'avis de la rédaction : savoir attendre le bon moment 

On peut tout dire à son psy mais pour ça, il faut se sentir en confiance, d'où l'importance de trouver la bonne personne pour vous confier. Ne vous méprenez pas, ils ont l'habitude de tout entendre et des silences 😉 ils savent quand un sujet est éludé consciemment ou non et y reviendront quand ils estimeront que le moment sera venu. N'hésitez pas à consulter l'un de nos psychologues. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : refinery29.com / psychologies.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube