Dispute de couple : 7 phrases à ne jamais prononcer

Mis à jour le par La rédaction Wengood

En couple, il y a toujours un moment où ça explose. Que vous soyez du genre passionnés ou plutôt calmes, impossible d'échapper à la dispute de couple. Et franchement, on ne va pas se mentir, parfois ça fait un bien fou de remettre quelques pendules à l'heure. Seulement voilà, une dispute de couple doit être utile et ne doit pas céder la place à une guerre froide, un conflit stérile ou créer chez l'autre des séquelles tenaces. Voilà pourquoi nos thérapeutes vous livrent les 7 phrases à bannir totalement de vos disputes de couple. Il va falloir rester concentrée !

Dispute de couple : 7 phrases à ne jamais prononcer

Ce qu'il ne faut jamais dire pendant une dispute de couple

1. « Toujours » et « Jamais »

Toujours et jamais sont définitifs et cherchent à provoquer une réaction émotionnelle et mettent votre partenaire sur la défensive. En effet, les phrases qui comprennent un "toujours" ou un "jamais" (« Tu fais toujours la même chose », « tu ne ranges jamais »…) sont rarement justes et ne font que pousser votre partenaire à vous prouver que vous avez tort, ce qui ne fait pas avancer la discussion. 

2. "Tu ne changeras jamais"

En disant ça, vous donnez l’impression à votre conjoint qu’il n’est pas aimé pour ce qu’il est. C'est une phrase qui peut le pousser à se sous-estimer ou à devenir agressif pour se protéger. 

3. "Calme-toi, il n’y a pas de quoi s’énerver"

Dire à quelqu’un de se calmer alors qu’il est énervé ne l’a jamais aidé à se calmer… bien au contraire ! Dire cette phrase est considéré par les thérapeutes comme de l’agressivité passive. Vous donnez l’impression à votre partenaire de ne s’intéresser ni à ce qu’il dit, ni à ses émotions. 

>>> Cet article pourrait vous plaire : 10 signes pour reconnaître un passif-agressif

4. "Je ne te supporte plus"

"Je ne te supporte plus" ressemble à une détestation de l’être entier, ce qui peut pousser votre partenaire à entrer dans un mutisme, voire même à se sentir rejeté et à perdre confiance en lui.

5. "J’en ai marre, je vais te quitter"

Les mots ont un sens et ce genre de menaces peut être dévastatrice. Cette phrase peut détruire la confiance qui vous lie à votre partenaire, en plus, si vous ne le pensez pas, elle peut engendrer chez vous de la culpabilité. 

6. "T’es vraiment un %* ? »= !"

Vous le savez, qu’il s’agisse d’une dispute de couple, de famille, entre amis, les insultes ne sont jamais constructives. Au mieux, elles servent à exprimer votre colère, au pire elles poussent à contre-attaquer, mais elles n’aident pas à régler un conflit, puisqu’elles n'ont jamais de lien avec un problème en cours. 

7. "Si tu fais ça, c’est fini entre nous"

Voilà une phrase typique du chantage affectif, qui peut, soit amener vers un conflit plus profond, poussant votre partenaire à faire exactement ce que vous n’aimez pas, soit l’effrayer et lui faire perdre confiance en sa relation.


L'avis de la rédaction : trouvez des solutions

Des phrases anodines peuvent vraiment nuire à votre relation. Évitez d’aggraver un conflit en utilisant ce type de phrases et penchez-vous plutôt sur le problème qui vous anime pour parvenir à le régler plus sereinement. Sachez enfin, que face à un problème qui semble insoluble, un psychologue peut vous aider avec une thérapie de couple.


Contacter un psychologue

Pour entretenir la flamme rien de mieux que la communication positive en couple. N'hésitez pas à en user !

Et aussi :

Article proposé par La rédaction Wengood

Dream team en quête du bonheur - #BornToBeMe

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici