Pandémie & TCA : quelles conséquences sur notre comportement alimentaire ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai abordé le sujet plusieurs fois par ici et je ne le cache pas, je souffre d'un trouble du comportement alimentaire. Depuis plusieurs années, je fais en sorte de l’apaiser, mais il y a eu un événement qui a bouleversé nos vies ces deux dernières années. Je veux bien sûr parler de la pandémie et de ses confinements. Ils ont été très durs à vivre pour beaucoup de gens et ça a été encore pire pour les personnes souffrant de troubles alimentaires. Explications.

Pandémie & TCA : quelles conséquences sur notre comportement alimentaire ?
Sommaire : 

L’augmentation des troubles alimentaires pendant la pandémie

En France, nous sommes près de 900 000 personnes à souffrir de troubles alimentaires, aussi appelés TCA. L’anorexie (restriction alimentaire) est le type le plus connu, mais il y a aussi la boulimie et l’hyperphagie, qui correspondent à des prises alimentaires excessives. Il est très difficile de se sortir de ce type de maladies, tant elles sont multifactorielles 😞.

La pandémie a malheureusement contribué à empirer les troubles alimentaires, c’est ce qu’a constaté une étude britannique, publiée dans le Journal of Eating Disorders. 87% des répondants ont déclaré que les symptômes s’étaient amplifiés, notamment avec les confinements. Ce n’est en rien une surprise pour moi, j’ai aussi constaté depuis deux ans que mon hyperphagie s’est aggravée à cause d’un mal-être psychologique.

😥 L’anxiété provoquée par la crise n’a pas été simple à maîtriser, mais au-delà de cela, on peut expliquer l’augmentation des TCA pendant la pandémie par d’autres raisons.

Pourquoi les TCA ont empiré avec le confinement ?

La psychologue Brigitte Ballandra a expliqué que les TCA sont en réalité des mécanismes de défense ⚠️. Il y a en effet un lien avec la difficulté à gérer ses émotions, ce que je reconnais totalement dans mon comportement. Les troubles alimentaires sont des maladies de contrôle, mais s’il y a bien une chose que personne n’a pu contrôler, c’est la pandémie. L’incertitude générale n’a fait qu’augmenter le besoin de contrôle, et par conséquent, les TCA.

➜ Pire encore, les confinements répétés ne nous ont pas offert d’autres échappatoires. Nos troubles alimentaires ont pris de plus en plus de place avec l’enfermement...

Quand les réseaux sociaux pèsent

Autre paramètre non négligeable, ce sont les réseaux sociaux 📱. Pendant les confinements, tout le monde s’est réfugié dans la cuisine. On en a vu des pains maison et des recettes passer sur Instagram et Tik Tok… Être enfermées et être submergées par des images de nourriture a été très compliqué à vivre pour beaucoup de personnes, dont moi. Alors j’ai mangé, j’ai trouvé du réconfort là où je savais qu’il y avait. Tout le monde a une faim émotionnelle, mais elle devient insatiable lorsqu’on souffre d’hyperphagie, surtout avec un climat aussi anxiogène que la pandémie 💭.

De plus, il y a toujours un sentiment de culpabilité et il est exacerbé par les réseaux sociaux. Oui, on a vu des recettes gourmandes, mais on est témoin tous les jours des injonctions à rester en “bonne santé”. Il y a eu des cours de sport en ligne, des exercices pour “garder la ligne”, etc. Le pire ? Les régimes post-confinements ! Que l’on souffre d’anorexie ou de boulimie, il y a une souffrance commune : la culpabilité à cause des images de corps “parfaits”.

➜ Heureusement, avec l’arrivée du vaccin, la pandémie recule et on retrouve une vie un peu plus normale. Cependant, les conséquences psychologiques sur nos comportements alimentaires demeurent.

Les conséquences de la pandémie sur nos troubles

La Dr Dawn Branley-Bell, co-autrice de l’étude britannique, explique que les personnes souffrant de troubles alimentaires mettront encore plus de temps à se remettre de cet épisode. Pour ma part, je me sens plus apaisée qu’au début de la crise. Toutefois, il y a bien quelque chose qui est resté suite à cette pandémie : ma prise de poids et la modification de mon corps. Je ne veux pas faire de régime, car je sais qu’ils empirent la chose. J’essaie de pratiquer avec patience l’alimentation intuitive, qui est la seule à pouvoir durablement me réguler. Néanmoins, je n’aime pas mon corps et c’est un sentiment très difficile à gérer au quotidien 💔.

Peu importe le type de trouble alimentaire, je sais que nous sommes nombreuses à essuyer les conséquences de la crise sanitaire sur nos TCA. Il est plus que nécessaire que les services de santé offrent un réel accompagnement pour que l’on puisse combattre cette maladie psychique. Espérons qu’avec les conséquences psychologiques de la pandémie, il y ait une réelle avancée de ce côté-là 🤞.

L'avis de la rédaction : l'importance de la prise en charge

Nous le savons, la pandémie a eu de nombreux effets délétères sur notre santé mentale. Les confinements ont empiré les TCA et fait basculé certaines personnes qui étaient alors à la limite. Tout cela a également modifié notre rapport à la nourriture, quand il n'y a rien d'autre à faire, cuisiner est une bonne idée mais vient alors l'angoisse de prendre quelques kilos. Selon une étude, nous aurions pris en moyenne 2,5 kilos pendant le confinement, c'était pour la bonne cause ! 😋 Quoi qu'il en soit, les TCA nécessitent un suivi et une prise en charge rapide, n'hésitez pas à contacter l'un de nos psychologues afin de faire le point sur votre situation.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : sciencesetavenir.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici