Hyperphagie : comprendre et s’en sortir

Mis à jour le par Camille Lenglet

Je souffre d’hyperphagie depuis quelques années maintenant. Cependant, je n’ai compris que récemment ce dont il s’agissait, et comment ça impactait ma relation à la nourriture. L’hyperphagie fait partie de la famille des troubles alimentaires, elle peut causer de gros bouleversements, autant physiques que mentaux. Il est important de bien comprendre ce trouble pour pouvoir s’en sortir. Explications.

Hyperphagie : comprendre et s’en sortir
Sommaire : 

Qu'est-ce que l'hyperphagie compulsive ?

L'hyperphagie fait partie de la famille des troubles du comportement alimentaire (TCA), se rapprochant de la boulimie non-vomitive. D’ailleurs elle est parfois appelée hyperphagie boulimique. Elle est caractérisée par une grande ingestion d’aliments sans besoin physiologique : le corps n’a pas besoin d’ingérer autant de nourriture pour fonctionner.

Cependant, il s’agit de pertes de contrôle qu’il est impossible de maîtriser. Les gens qui souffrent d’hyperphagie ne font pas exprès de manger. De plus, il n’y a pas de comportements compensatoires pour ne pas prendre du poids, contrairement à la boulimie (par exemple : vomissements, prise de laxatifs, sport, etc.).

Obésité et hyperphagie

L’obésité est une pathologie chronique d’étiologie multifactorielle. Par conséquent, l’hyperphagie peut être l’une des causes d’un surpoids, voire d’une obésité. La relation entre les deux a déjà clairement été mise en évidence puisqu’il n’y a pas de comportements compensatoires.

⚠️ Les personnes en surpoids ou obèses ne doivent en aucun cas culpabiliser de ces compulsions alimentaires, car cela les aggrave. Pour ma part, c’est pour ça que pendant plus de 15 ans, j’ai continué à prendre du poids. L’hyperphagie est le trouble alimentaire le plus méconnu, mais pourtant le plus courant.

Cet article peut vous intéresser >>> Yogras, le yoga qui dit non à la grossophobie

Pourquoi fait-on de l'hyperphagie ?

Comme l’appétence à manger en surplus ne vient pas d’un besoin physiologique, elle a une autre origine. C’est en réalité un besoin émotionnel, tout autant valable qu’un besoin physiologique. Ce besoin émotionnel est légitime car il répond à un trouble psychologique et psychique.

Le problème est que certaines personnes, voire certains médecins, attribuent les crises alimentaires à un manque de volonté. La plupart du temps, les personnes malades ont beaucoup de volonté, elles ont déjà fait beaucoup de régimes. Elles se privent, elles font attention, elles perdent du poids, mais cela empire les crises d’hyperphagie et la faim émotionnelle. La conséquence ? C’est une reprise de poids, encore plus forte car le problème n’a pas été traité. Il ne faut pas soigner la conséquence (le surpoids) mais la cause (les troubles psychologiques).

💔 Honte, dégoût, culpabilité, frustration sont le lot quotidien des hyperphages. Ces émotions et la préoccupation pour la nourriture sont omniprésentes.

Comment savoir si on fait de l'hyperphagie ?

Les spécialistes utilisent certains critères pour identifier l’hyperphagie. Le mieux reste d’être diagnostiqué par un médecin, mais cela peut aider de faire une introspection avant de consulter. Surtout que l’hyperphagie n’a été reconnue que depuis 2013 comme trouble alimentaire et cause du surpoids. Il faut donc être bien renseigné pour s’orienter vers le bon médecin.

Les symptômes de l’hyperphagie

  • ingestion d’une grande quantité de nourriture ;
  • un sentiment de perte de contrôle ;
  • manger jusqu’à se sentir inconfortablement plein ;
  • manger rapidement ;
  • manger sans signaux physiques de faim ;
  • manger seule par embarras ;
  • pas de comportements compensatoires (vomissements, sport, etc.) ;
  • émotions négatives : dégoût, déprime, culpabilité, etc.

Les causes de l’hyperphagie

Tout comme l’obésité, les causes de l'hyperphagie sont multifactorielles. Le Docteur Patrick Ritz explique que les facteurs d’identification sont compliqués à déceler. En effet la liste est longue, les causes de l’hyperphagie sont nombreuses :

  • stress, surtout ressenti dès l’enfance ;
  • choc traumatique (discrimination, agression physique ou sexuelle, harcèlement, etc.) ;
  • Émotions négatives plus facilement ressenties ;
  • hypersensibilité ;
  • insatisfaction corporelle ;
  • restrictions alimentaires ou régimes ;
  • troubles psychiatriques (dépressifs, anxieux,TDAH, de la personnalité, etc.)
  • utilisation de substances (tabac, drogues, alcool, etc.)

Comment guérir de l'hyperphagie ?

Comme l’hyperphagie est un trouble alimentaire peu reconnu, il est nécessaire de s’adresser aux bonnes personnes. Le Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids (association GROS) a fait un annuaire des praticiens pouvant traiter l’hyperphagie et étant sensibilisés à ce trouble. En effet, il faut une prise en charge médicale et psychologique pour pouvoir se sortir de cette maladie.

Il est donc important d’entamer un suivi psychologique avec une thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Elle permet de travailler sur nos pensées, nos émotions et nos comportements lorsqu’on souffre d’hyperphagie. De plus, consulter un psychiatre peut être nécessaire pour déceler s’il y a un trouble dépressif, anxieux, ou autre. Ce médecin peut prescrire un traitement médicamenteux pour soulager la maladie psychique qui a des répercussions sur l’hyperphagie. 

Un suivi alimentaire et nutritionnel est également important, cependant pas avec n’importe quel praticien. Un nutritionniste recommandant l’alimentation intuitive est une personne idéale pour accompagner l’hyperphagie. Il ne faut surtout pas de régime restrictif car il peut aggraver ce trouble alimentaire.

🌿 Il faut une prise en charge adaptée, pluridisciplinaire et encadrée par des professionnels étant conscients de ce trouble.

L'avis de la rédaction : entourez-vous des bons professionnels

Si vous souffrez d'hyperphagie, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. Comme l'explique Camille à juste titre, il est primordial de vous entourer des bons professionnels. 

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : Revue Diabète & Obésité

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Cachez ce téton que je ne saurais voir ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

Avez-vous remarqué combien les seins, et particulièrement les tétons des femmes, sont censurés ? Notamment sur les réseaux sociaux, Instagram étant le spécialiste de la censure des tétons. Je suis beaucoup d’artistes faisant du nu artistique, la plupart doivent flouter les tétons des femmes, alors que ceux des hommes non… Pourquoi faut-il qu’on cache nos tétons ? Qu’ont-ils donc de si gênant ?

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs fois des questions sur son identité. Son genre assigné à la naissance était “homme”, mais lui se sentait plus “femme”. Être transgenre, c’est ressentir un décalage entre le genre assigné à la naissance et son ressenti. Je pensais que c’était quelque chose que l’on savait au fond de soi, depuis toujours, mais en réalité, mon ami m’a fait comprendre que c’était beaucoup plus complexe que cela. Alors comment savoir si on est transgenre ? Explications.

Comment gérer un passif-agressif ? 5 astuces imparables

Ils procrastinent, boudent pour un rien et rejettent la faute sur vous ? Les passifs-agressifs ont de quoi nous rendre fou. Personnellement, au lieu de rentrer dans leur jeu malsain, je garde mon calme et réagis intelligemment… Et ça fonctionne ! Découvrez 5 astuces pour gérer les comportements passifs-agressifs.

7 aliments à mettre dans votre assiette pour une peau parfaite

J'ai la peau mixte et j'adore manger. Vous vous dites quel est le rapport... Eh bien, c'est une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce qu'une peau parfaite, ça passe aussi par l'assiette. Pas la peine d'installer le frigo dans la salle de bains, mettez juste le cap sur les crevettes, les framboises ou les tomates.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici