Hyperphagie : comprendre pour s’en sortir

Mis à jour le par Camille Lenglet

Je souffre d’hyperphagie depuis quelques années maintenant. Cependant, je n’ai compris que récemment ce dont il s’agissait, et comment ça impactait ma relation à la nourriture. L’hyperphagie fait partie de la famille des troubles alimentaires, elle peut causer de gros bouleversements, autant physiques que mentaux. Il est important de bien comprendre ce trouble pour pouvoir s’en sortir. Explications.

Hyperphagie : comprendre pour s’en sortir

Qu'est-ce que l'hyperphagie compulsive ?

L'hyperphagie fait partie de la famille des troubles du comportement alimentaire (TCA), se rapprochant de la boulimie non-vomitive. D’ailleurs, elle est parfois appelée hyperphagie boulimique. Elle est caractérisée par une grande ingestion d’aliments sans besoin physiologique : le corps n’a pas besoin d’ingérer autant de nourriture pour fonctionner.

Cependant, il s’agit de pertes de contrôle qu’il est impossible de maîtriser. Les gens qui souffrent d’hyperphagie ne font pas exprès de manger. De plus, il n’y a pas de comportements compensatoires pour ne pas prendre du poids, contrairement à la boulimie (par exemple : vomissements, prise de laxatifs, sport, etc.).

L’obésité est une pathologie chronique d’étiologie multifactorielle. Par conséquent, l’hyperphagie peut être l’une des causes d’un surpoids, voire d’une obésité. La relation entre les deux a déjà clairement été mise en évidence puisqu’il n’y a pas de comportements compensatoires.

⚠️ 

Les personnes en surpoids ou obèses ne doivent en aucun cas culpabiliser de ces compulsions alimentaires, car cela les aggrave. Pour ma part, c’est pour ça que pendant plus de 15 ans, j’ai continué à prendre du poids. L’hyperphagie est le trouble alimentaire le plus méconnu, mais pourtant le plus courant.

👋 Cet article peut vous intéresser : Yogras, le yoga qui dit non à la grossophobie

Pourquoi fait-on de l'hyperphagie ?

Comme l’appétence à manger en surplus ne vient pas d’un besoin physiologique, elle a une autre origine. C’est en réalité un besoin émotionnel, tout autant valable qu’un besoin physiologique. Ce besoin émotionnel est légitime, car il répond à un trouble psychologique et psychique.

Le problème est que certaines personnes, voire certains médecins, attribuent les crises alimentaires à un manque de volonté. La plupart du temps, les personnes malades ont beaucoup de volonté, elles ont déjà fait beaucoup de régimes. Elles se privent, elles font attention, elles perdent du poids, mais cela empire les crises d’hyperphagie et la faim émotionnelle. La conséquence ? C’est une reprise de poids, encore plus forte car le problème n’a pas été traité. Il ne faut pas soigner la conséquence (le surpoids) mais la cause (les troubles psychologiques).

💔 Honte, dégoût, culpabilité, frustration sont le lot quotidien des hyperphages. Ces émotions et la préoccupation pour la nourriture sont omniprésentes.

Comment savoir si on fait de l'hyperphagie ?

Les spécialistes utilisent certains critères pour identifier l’hyperphagie. Le mieux reste d’être diagnostiqué par un médecin, mais cela peut aider de faire une introspection avant de consulter. Surtout que l’hyperphagie n’a été reconnue que depuis 2013 comme trouble alimentaire et cause du surpoids. Il faut donc être bien renseigné pour s’orienter vers le bon médecin.

Les symptômes de l’hyperphagie

  • ingestion d’une grande quantité de nourriture ;
  • un sentiment de perte de contrôle ;
  • manger jusqu’à se sentir inconfortablement plein ;
  • manger rapidement ;
  • manger sans signaux physiques de faim ;
  • manger seule par embarras ;
  • pas de comportements compensatoires (vomissements, sport, etc.) ;
  • émotions négatives : dégoût, déprime, culpabilité, etc.

Les causes de l’hyperphagie

Tout comme l’obésité, les causes de l'hyperphagie sont multifactorielles. Le Docteur Patrick Ritz explique que les facteurs d’identification sont compliqués à déceler. En effet, la liste est longue, les causes de l’hyperphagie sont nombreuses :

  • stress, surtout ressenti dès l’enfance ;
  • choc traumatique (discrimination, agression physique ou sexuelle, harcèlement, etc.) ;
  • Émotions négatives plus facilement ressenties ;
  • hypersensibilité ;
  • insatisfaction corporelle ;
  • restrictions alimentaires ou régimes ;
  • troubles psychiatriques (dépressifs, anxieux,TDAH, de la personnalité, etc.)
  • utilisation de substances (tabac, drogues, alcool, etc.)

Comment guérir de l'hyperphagie ?

Comme l’hyperphagie est un trouble alimentaire peu reconnu, il est nécessaire de s’adresser aux bonnes personnes. Le Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids (association GROS) a fait un annuaire des praticiens pouvant traiter l’hyperphagie et étant sensibilisés à ce trouble. En effet, il faut une prise en charge médicale et psychologique pour pouvoir se sortir de cette maladie.

Il est donc important d’entamer un suivi psychologique avec une thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Elle permet de travailler sur nos pensées, nos émotions et nos comportements lorsqu’on souffre d’hyperphagie. De plus, consulter un psychiatre peut être nécessaire pour déceler s’il y a un trouble dépressif, anxieux ou autre. Ce médecin peut prescrire un traitement médicamenteux pour soulager la maladie psychique qui a des répercussions sur l’hyperphagie. 

Un suivi alimentaire et nutritionnel est également important, cependant pas avec n’importe quel praticien. Un nutritionniste recommandant l’alimentation intuitive est une personne idéale pour accompagner l’hyperphagie. Il ne faut surtout pas de régime restrictif, car il peut aggraver ce trouble alimentaire.

🌿 Il faut une prise en charge adaptée, pluridisciplinaire et encadrée par des professionnels étant conscients de ce trouble.

L'avis de la rédaction : entourez-vous des bons professionnels

Si vous souffrez d'hyperphagie, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. Comme l'explique Camille à juste titre, il est primordial de vous entourer des bons professionnels. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : Revue Diabète & Obésité

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube