L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

Mis à jour le par Lauriane Amorim

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

Pourquoi l'intestin est-il le deuxième cerveau ?

On considère notre intestin comme un simple organe digestif, alors qu'en réalité, il est très développé et a même des neurones. En effet, il a plus de 200 millions de neurones, ce qui en fait un véritable système nerveux autonome. 

D'ailleurs, selon le Dr Jean-Marc Sabatier, neurologue, l'intestin est capable de fonctionner indépendamment du cerveau principal, grâce à sa constitution neuronale similaire à celle de la moelle épinière 🤯. Voilà pourquoi on dit que c'est le deuxième cerveau du corps 🧠 ! 

Foetus intestin

Chez le fœtus, le système digestif est ce qui se forme en premier. C'est même lui qui assure la formation des autres organes du corps, dont le cerveau.

Cerveau et intestin, un duo solide

Le système nerveux qui compose l'intestin lui permet de gérer des fonctions essentielles, comme la motilité intestinale. Peut-être vous demandez-vous : mais qu'est-ce que la motilité intestinale ? Ce sont les contractions que fait le ventre ! Le rythme et la coordination de ces contractions ont un impact direct sur le transit intestinal, sur la digestion et sur l'absorption des nutriments.

Une autre fonction essentielle de l'intestin, c'est d'assurer une bonne communication avec notre cerveau principal. En effet, tous les deux forment un duo, ils sont en communication constante. 80% des cellules nerveuses des intestins sont chargées de transmettre des informations au cerveau. 

Il existe aussi le nerf vague qui part du système nerveux du cerveau et se dirige vers le système digestif. La douleur ou la faim sont d'abord générées dans notre ventre avant d'arriver au cerveau ! 

👋 Cet article peut vous intéresser : Pourquoi je mange mes émotions ?

Quand l'émotion tord le ventre

Cependant, ce n'est pas tout. L'intestin abrite également le microbiote intestinal, une armée de bactéries bénéfiques qui travaille en symbiose avec les neurones pour maintenir notre équilibre. Le Pr Pierre Desreumaux, spécialiste du microbiote, souligne que des déséquilibres du microbiote ont été associés à des troubles anxieux, dépressifs et neurodégénératifs. Certaines études sont par ailleurs menées en ce moment, afin de savoir s'il est possible de soigner des troubles psychiques par le ventre.

Avoir la boule au ventre ou l'estomac noué ne sont pas que de simples expressions, il s'agit bien d'une réalité. Stress et anxiété sont des messages envoyés depuis notre cerveau vers notre intestin. Ce dernier, en réaction, se contracte et provoque des spasmes, qui peuvent modifier le transit intestinal.

Et les papillons dans le ventre 🦋 ?

L'amour est une sensation forte qui concerne aussi notre intestin. Notre cerveau envoie un message pour que les glandes surrénales sécrètent de l'adrénaline. Ainsi, quand notre cœur bat la chamade, le flux sanguin augmente et le sang est conduit vers les muscles du ventre.

👋 Cet article peut vous intéresser : Pourquoi manger fait autant de bien au moral ?

Une alimentation qui fait du bien au moral

Une dernière chose à savoir sur l'intestin : ses neurones produisent aussi des hormones, comme la dopamine ou la sérotonine. On le sait, combien elles sont importantes pour qu'on se sente bien. La sérotonine, par exemple, joue un rôle important dans la régulation de l'humeur, du comportement alimentaire (donc aussi nos troubles de conduites alimentaires), du stress ou encore du sommeil comme l'explique le Dr Sophie Durand, gastro-entérologue. Et quand on souffre de dépression, on manque de sérotonine !

Il faut donc prendre soin autant de notre deuxième cerveau, que de notre premier, pour notre bien-être global. C'est pourquoi on nous rappelle souvent d'adopter une alimentation anti-déprime et saine pour mieux gérer le stress et favoriser la diversité du microbiote. Tout cela permet de maintenir un intestin en bonne santé et, par extension, un corps et un esprit équilibrés.

L'avis de la rédaction - Prendre soin de soi par tous les moyens

Vous savez désormais pourquoi il faut prendre soin de son alimentation et par extension de son intestin. Cependant, ce n'est pas quelque chose de simple à faire, en particulier si vous souffrez de troubles alimentaires. Il est nécessaire d'être accompagné par des spécialistes, comme un nutritionniste, mais surtout, un psychologue. Si vous avez des difficultés avec votre alimentation ou avec vos émotions, il est important de consulter pour aller mieux. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10