Phénomène de groupe : pourquoi agit-on différemment à plusieurs 🧐 ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai été choquée de voir il y a quelques jours, une vidéo d’un groupe frappant un homme à terre, recroquevillé sur lui-même. Les images sont d’une telle violence que je me suis demandé pourquoi aucun des hommes du groupe ne s’est dit que ce n’était pas normal d’agir ainsi ? Ils ont été probablement entraînés par le phénomène de groupe. Comment peut-on agir différemment lorsqu’on est avec d’autres personnes ? Comment fonctionne le phénomène de groupe ? Explications !

Phénomène de groupe : pourquoi agit-on différemment à plusieurs 🧐 ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que le phénomène de groupe ?

On est nombreuses à avoir expérimenté le phénomène de groupe, notamment pendant notre scolarité. Au collège et au lycée, on cherche à vouloir s’intégrer aux autres. Pour cela, on va tout faire pour plaire au reste du groupe, quitte à oublier (un peu) son opinion personnelle. Pire, on peut en arriver au point de faire des choses qui sont contre nos valeurs, tout simplement pour être sûre de se conformer à la volonté de la majorité 😞. C’est d’ailleurs ce qu’à démontrer l’expérience de Solomon Asch.

L’expérience Asch

En 1951, le psychologue Solomon Asch a fait une expérience sur le conformisme et les décisions d’un individu au sein d’un groupe 🧐. Un groupe d’étudiants était invité à faire un test de vision, tous les participants étaient complices sauf un. Le but était de voir le comportement de l’étudiant “naïf” par rapport au groupe. On demanda aux complices et au sujet de jugement la longueur de plusieurs lignes tracées sur des affiches. Les complices devaient donner une mauvaise réponse tout au long de l’expérience. À gauche il y a la référence et à droite les autres lignes :

Les lignes pour le faux test de vision de l'expérience Asch

Préférer la conformité à l’erreur

Au fur et à mesure, il a été observé que le sujet naïf doutait de plus en plus de son avis. À la fin de l’expérience, il s’est conformé à l’avis du groupe, même s’il donnait la mauvaise réponse. L’expérience a été réitérée et elle a montré que 75% des sujets naïfs se conforment au moins une fois à l’avis des autres. Même si les témoignages des sujets non-complices ont montré que cela provoquait un sentiment de confusion, une anxiété généralisée et du stress. Ils ont refoulé leurs émotions contradictoires et ils ont préféré penser qu’ils s’étaient trompés.

Pourquoi le groupe nous influence ?

Sylvain Delouvée, maître de conférences en psychologie sociale, confirme que l’opinion de la majorité a un effet sur notre jugement.

➜ Par exemple, c’est la raison pour laquelle les sondages peuvent influencer une élection. On sera plus susceptible de voter pour un candidat en tête des sondages, plutôt qu’un autre. Peu rassurant, surtout lorsqu’on souffre de politico-anxiété 🤕…

Moins de responsabilités

Si notre comportement change au contact du groupe, c’est parce qu’on se sent moins responsable qu'individuellement. Un peu comme dans l’expérience de Milgram, si une décision est prise en groupe, on a l’impression d’être déresponsabilisé. C’est probablement ce qu’il s’est passé avec le groupe qui frappe un seul homme, ils ont eu la sensation d’avoir une impunité en tant qu’individu. C’est la masse qui agit, on fait partie d’un tout, donc on se sent plus protégé.

La peur du rejet

Autre facteur qui fait qu’on aura tendance à agir contre notre volonté, c’est notre peur d’être rejetée. L’être humain est un animal social, nous avons besoin des autres pour nous sentir bien. C’est encore mieux lorsqu’un groupe nous valide, nous avons un sentiment de reconnaissance ! C’est pourquoi on fera tout pour bien se faire voir aux yeux de la majorité, quitte à oublier son individualité et à faire des choses condamnables 😰.

La violence du groupe

Sylvain Delouvée explique aussi que, lorsque nous sommes en groupe, on aura tendance à être plus violente. Comme il y a un sentiment de déresponsabilisation, la violence collective sera plus “facile”. De plus, il y aura un effet d’entraînement par les autres acteurs du groupe, ce qui nous poussera à agir. Un peu comme l’effet boule de neige, on se laisse happer par le comportement des autres que l’on reproduit.

😈 C’est notamment pour cela qu’il y a des gangs ! Cela explique aussi l’extrême violence de la vidéo du groupe frappant pendant de longues minutes un homme à terre.

Comment lutter contre le phénomène de groupe ?

À 31 ans, je n’ai plus trop la sensation d’être entraînée par le phénomène de groupe. Avec l’âge, j’ai réussi à m’affirmer et à dire ce que je pensais, peu importe si cela plaît aux autres. Cependant, ce n’est pas le cas de tout le monde, en particulier les plus jeunes. Je n’aimerais pas que ma nièce puisse se laisser entraîner dans des affaires sordides, à cause d’une bande. Alors comment faire pour lutter contre ce phénomène ?

Rendre sa singularité à l’individu

Il est essentiel de ramener la personne qui est influencée par un groupe à son individualité. Il faut donc l’éloigner du groupe pour qu’elle puisse à nouveau se connecter à elle-même ✊. C’est d’ailleurs ce que les professeurs et éducateurs essaient de faire lorsqu’ils voient qu’un ou une élève est influencée par un groupe. Ils le prennent à part pour lui parler et lui faire prendre conscience de son individualité et de sa responsabilité.

Prendre confiance

On a bien compris que le plus compliqué dans un groupe est de s’opposer à la majorité et d’oser dire non. En particulier s’il y a une hiérarchie et que l’on s’adresse au leader… C’est pourquoi il faut avoir une construction personnelle solide. La confiance en soi est le meilleur moyen de lutter contre les effets négatifs du groupe 💪. C’est la raison pour laquelle les jeunes sont plus influencés par le groupe, car ils sont encore en pleine construction d’eux-mêmes. Il faut pouvoir les accompagner de notre mieux pour qu’ils puissent exprimer leur volonté 💬.


👉 La pensée du groupe influence incontestablement nos choix, mais cela ne veut pas non plus dire que le groupe détermine nos choix. Un groupe doit nous tirer vers le haut et ne pas nous pousser à commettre des choses contre nos valeurs. Nous restons des individus libres, il ne faut pas l’oublier et oser s’affirmer pour lutter contre le conformisme.

L'avis de la rédaction : posez-vous les bonnes questions

Vous connaissez désormais les mécanismes psychologiques de l'effet de groupe mais même en sachant ça, il n'est pas toujours facile de s'en extirper. Si vous avez le sentiment que vous ou l'un de vos proches, êtes dans un groupe qui vous veut du mal, vous entraîne sur la mauvaise voie, vous fait perdre toute confiance en vous et vous force à adopter des comportements contraires à vos valeurs alors il est bon vous interroger. Que vous apporte ce groupe ? Pourquoi acceptez-vous de dire ou faire certaines choses contraires à vos valeurs ? 👉 Et comme ce travail n'est pas simple à réaliser seul, nous ne saurions que trop vous conseiller de vous rapprocher de l'un de nos psychologues.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Source : apprendreaapprendre.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Je ne suis pas très famille, est-ce ok ? Suis-je une horrible personne ?

Je n’habite pas très loin de chez mes parents et pourtant je ne les vois pas si souvent. Idem pour mes beaux-parents et quelques-uns de mes oncles et tantes. Nous nous entendons bien et je crois pouvoir dire qu’en cas de besoin, nous serions là les uns pour les autres. C’est simplement que je ne ressens pas le besoin de passer du temps régulièrement avec eux. Cela fait-il de moi quelqu’un de pas « très famille » ? Ou même pire, une mauvaise personne ?! Parlons-en.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube