Phénomène de groupe : pourquoi agit-on différemment à plusieurs 🧐 ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

J’ai été choquée de voir il y a quelques jours, une vidéo d’un groupe frappant un homme à terre, recroquevillé sur lui-même. Les images sont d’une telle violence que je me suis demandé pourquoi aucun des hommes du groupe ne s’est dit que ce n’était pas normal d’agir ainsi ? Ils ont été probablement entraînés par le phénomène de groupe. Comment peut-on agir différemment lorsqu’on est avec d’autres personnes ? Comment fonctionne le phénomène de groupe ? Explications !

Phénomène de groupe : pourquoi agit-on différemment à plusieurs 🧐 ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que le phénomène de groupe ?

On est nombreuses à avoir expérimenté le phénomène de groupe, notamment pendant notre scolarité. Au collège et au lycée, on cherche à vouloir s’intégrer aux autres. Pour cela, on va tout faire pour plaire au reste du groupe, quitte à oublier (un peu) son opinion personnelle. Pire, on peut en arriver au point de faire des choses qui sont contre nos valeurs, tout simplement pour être sûre de se conformer à la volonté de la majorité 😞. C’est d’ailleurs ce qu’à démontrer l’expérience de Solomon Asch.

L’expérience Asch

En 1951, le psychologue Solomon Asch a fait une expérience sur le conformisme et les décisions d’un individu au sein d’un groupe 🧐. Un groupe d’étudiants était invité à faire un test de vision, tous les participants étaient complices sauf un. Le but était de voir le comportement de l’étudiant “naïf” par rapport au groupe. On demanda aux complices et au sujet de jugement la longueur de plusieurs lignes tracées sur des affiches. Les complices devaient donner une mauvaise réponse tout au long de l’expérience. À gauche il y a la référence et à droite les autres lignes :

Les lignes pour le faux test de vision de l'expérience Asch

Préférer la conformité à l’erreur

Au fur et à mesure, il a été observé que le sujet naïf doutait de plus en plus de son avis. À la fin de l’expérience, il s’est conformé à l’avis du groupe, même s’il donnait la mauvaise réponse. L’expérience a été réitérée et elle a montré que 75% des sujets naïfs se conforment au moins une fois à l’avis des autres. Même si les témoignages des sujets non-complices ont montré que cela provoquait un sentiment de confusion, une anxiété généralisée et du stress. Ils ont refoulé leurs émotions contradictoires et ils ont préféré penser qu’ils s’étaient trompés.

Pourquoi le groupe nous influence ?

Sylvain Delouvée, maître de conférences en psychologie sociale, confirme que l’opinion de la majorité a un effet sur notre jugement.

➜ Par exemple, c’est la raison pour laquelle les sondages peuvent influencer une élection. On sera plus susceptible de voter pour un candidat en tête des sondages, plutôt qu’un autre. Peu rassurant, surtout lorsqu’on souffre de politico-anxiété 🤕…

Moins de responsabilités

Si notre comportement change au contact du groupe, c’est parce qu’on se sent moins responsable qu'individuellement. Un peu comme dans l’expérience de Milgram, si une décision est prise en groupe, on a l’impression d’être déresponsabilisé. C’est probablement ce qu’il s’est passé avec le groupe qui frappe un seul homme, ils ont eu la sensation d’avoir une impunité en tant qu’individu. C’est la masse qui agit, on fait partie d’un tout, donc on se sent plus protégé.

La peur du rejet

Autre facteur qui fait qu’on aura tendance à agir contre notre volonté, c’est notre peur d’être rejetée. L’être humain est un animal social, nous avons besoin des autres pour nous sentir bien. C’est encore mieux lorsqu’un groupe nous valide, nous avons un sentiment de reconnaissance ! C’est pourquoi on fera tout pour bien se faire voir aux yeux de la majorité, quitte à oublier son individualité et à faire des choses condamnables 😰.

La violence du groupe

Sylvain Delouvée explique aussi que, lorsque nous sommes en groupe, on aura tendance à être plus violente. Comme il y a un sentiment de déresponsabilisation, la violence collective sera plus “facile”. De plus, il y aura un effet d’entraînement par les autres acteurs du groupe, ce qui nous poussera à agir. Un peu comme l’effet boule de neige, on se laisse happer par le comportement des autres que l’on reproduit.

😈 C’est notamment pour cela qu’il y a des gangs ! Cela explique aussi l’extrême violence de la vidéo du groupe frappant pendant de longues minutes un homme à terre.

Comment lutter contre le phénomène de groupe ?

À 31 ans, je n’ai plus trop la sensation d’être entraînée par le phénomène de groupe. Avec l’âge, j’ai réussi à m’affirmer et à dire ce que je pensais, peu importe si cela plaît aux autres. Cependant, ce n’est pas le cas de tout le monde, en particulier les plus jeunes. Je n’aimerais pas que ma nièce puisse se laisser entraîner dans des affaires sordides, à cause d’une bande. Alors comment faire pour lutter contre ce phénomène ?

Rendre sa singularité à l’individu

Il est essentiel de ramener la personne qui est influencée par un groupe à son individualité. Il faut donc l’éloigner du groupe pour qu’elle puisse à nouveau se connecter à elle-même ✊. C’est d’ailleurs ce que les professeurs et éducateurs essaient de faire lorsqu’ils voient qu’un ou une élève est influencée par un groupe. Ils le prennent à part pour lui parler et lui faire prendre conscience de son individualité et de sa responsabilité.

Prendre confiance

On a bien compris que le plus compliqué dans un groupe est de s’opposer à la majorité et d’oser dire non. En particulier s’il y a une hiérarchie et que l’on s’adresse au leader… C’est pourquoi il faut avoir une construction personnelle solide. La confiance en soi est le meilleur moyen de lutter contre les effets négatifs du groupe 💪. C’est la raison pour laquelle les jeunes sont plus influencés par le groupe, car ils sont encore en pleine construction d’eux-mêmes. Il faut pouvoir les accompagner de notre mieux pour qu’ils puissent exprimer leur volonté 💬.


👉 La pensée du groupe influence incontestablement nos choix, mais cela ne veut pas non plus dire que le groupe détermine nos choix. Un groupe doit nous tirer vers le haut et ne pas nous pousser à commettre des choses contre nos valeurs. Nous restons des individus libres, il ne faut pas l’oublier et oser s’affirmer pour lutter contre le conformisme.

L'avis de la rédaction : posez-vous les bonnes questions

Vous connaissez désormais les mécanismes psychologiques de l'effet de groupe mais même en sachant ça, il n'est pas toujours facile de s'en extirper. Si vous avez le sentiment que vous ou l'un de vos proches, êtes dans un groupe qui vous veut du mal, vous entraîne sur la mauvaise voie, vous fait perdre toute confiance en vous et vous force à adopter des comportements contraires à vos valeurs alors il est bon vous interroger. Que vous apporte ce groupe ? Pourquoi acceptez-vous de dire ou faire certaines choses contraires à vos valeurs ? 👉 Et comme ce travail n'est pas simple à réaliser seul, nous ne saurions que trop vous conseiller de vous rapprocher de l'un de nos psychologues.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Source : apprendreaapprendre.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici