Je me sens toujours visée, mais pourquoi est-ce que je prends tout pour moi ?!

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

On ne peut rien me dire ! J'interprète très souvent le propos des autres et je le prends pour moi... en mal évidemment. Une copine me raconte qu'elle bosse dur et jusque tard dans la soirée et j'en déduis qu'elle me fait remarquer que je ne travaille pas assez. En me rendant, avant l'heure, mon fils fiévreux, la maîtresse me dit de ne pas hésiter à le garder à la maison s'il n'est pas bien et voilà que je me remets en question, je doute d'être une bonne mère. Pourquoi est-ce que je prends tout pour moi ? Il paraîtrait que c'est un problème d'estime de soi...

Je me sens toujours visée, mais pourquoi est-ce que je prends tout pour moi ?!
Sommaire : 

Pourquoi je prends tout mal ? Pour exister

Je dois avoir un super-pouvoir. Visiblement, je sais lire dans les pensées des autres et ils ne pensent qu'à moi 👁️‍🗨️ ! Cette remarque, c'est en fait une psychologue qui me l'a faite un jour. Une conversation s'arrête quand j'arrive, un fou rire éclate à côté de moi, mais sans moi, un regard un peu insistant et là, tout y passe. On parle de moi, on me critique, on me trouve mal habillée, on voit que j'ai grossi, bref, je prends tout mal, mais surtout, je ramène tout à moi. Eh oui, se sentir tout le temps visée, c'est aussi tenter de restaurer une estime de soi défaillante. Quand on prend tout pour soi, le raisonnement est simple : tout plutôt que l'indifférence ! Je cherche à tout prix à avoir de l'importance aux yeux des autres, même si c'est illusoire et surtout, même si c'est peu valorisant.

Besoin de garder le contrôle

Les autres et leurs attitudes sont, par définition, des choses qui nous échappent. Se sentir visée par leurs remarques, leurs regards c'est un moyen de reprendre le contrôle. On ne maîtrise pas la façon dont les autres agissent, mais on peut maîtriser nos façons de réagir. Cependant, si les narcissiques s'offusquent vite face à la moindre réflexion, toutes celles qui se sentent visées ne sont pas forcément narcissiques, il y a derrière ce comportement un important manque d'estime. Tout ce qui est ressenti comme une offense, souvent involontaire de la part de l'interlocuteur, provoque un sentiment d'impuissance, d'isolement, d'infériorité, de honte, etc.

C'est donc un sentiment très ambivalent. On prend tout pour soi par peur de ne pas exister aux yeux des autres, alors même que la remarque que l'on prend mal nous isole.

>>> Cet article devrait vous intéresser : Pourquoi j'ai toujours besoin de tout contrôler ?

Un petit problème de traduction

Au-delà de la volonté de se remettre au centre et d'exister surtout par peur de l'abandon, le fait de tout prendre mal indique aussi que nous avons du mal à décoder les messages. Notre interprétation est mauvaise et nous pousse à regarder la réalité sous un prisme systématiquement négatif. En fait, rien d'exceptionnel ici. Le cerveau a toujours tendance à traduire la réalité d'un événement, sauf qu'ici, la réalité que l'on s'invente nous fait du mal. Cette distorsion trouve souvent son origine dans notre enfance ou lors d'un traumatisme qui nous a laissées supposer que nous n'étions pas à la hauteur. Peut-être que l'on a été l'élève rejetée par les autres, victime de rumeurs. Peut-être que l'on était l'enfant ou l'adolescente dénigrée, remise en cause. L'indifférence ou le sentiment d'être incomprise, peuvent aussi causer cette impression d'être toujours visée.

Pourquoi je prends tout mal ?

Ce que les gens disent de vous en dit long, non pas sur vous, mais sur eux.

C'est décidé, j'arrête de tout prendre mal : 10 phrases à se répéter

Quand on a tendance à tout prendre mal et à se sentir visée, il faut réussir à prendre du recul pour rationaliser la situation et réussir à gérer ses émotions pour éviter de réagir à chaud. Ces 10 phrases peuvent vous aider. Il faut savoir aussi que suivant ce que nous vivons nous sommes toutes plus ou moins hypersensibles. Parfois tout va bien et puis il y a aussi ses jours sans, où l'on prend tout pour soi. Ce qu’il faut, c’est faire la part des choses et se répéter les phrases suivantes :

  • 1. Je ne suis pas la cause des agissements des autres. Ils en sont la cause 👉.
  • 2. Je ne suis pas maître de ce que les autres pensent de moi, je ne me réduis pas à ça ⭐.
  • 3. La façon dont les gens me traitent est leur problème. Mon problème c'est la façon dont je réagis 🧘‍♀️.
  • 4. Je suis en capacité de maîtriser mes émotions et mes réactions 💪.
  • 5. Tout le monde réagit en fonction de son éducation, de ses expériences et de ses traumatismes. Moi, comme les autres 🧑‍🤝‍🧑👬.
  • 6. Je n'ai pas besoin d'être validée par les autres pour exister 🙆‍♀️.
  • 7. La réaction de la personne en face de moi ne me convient pas, mais elle fait comme elle peut. C'est sa réaction, pas la même, elle ne me définit pas 🎚️.
  • 8. Si cette personne met des barrières entre elle et moi, je ne force pas l'ouverture 🚧.
  • 9. Je ne me laisse pas atteindre par l'agressivité des autres, je reste positive 😊.
  • 10. Je suis une adulte capable d'accepter et de faire valoir mes différences👩‍💼.

L'avis de la rédaction : tout prendre pour soi, source de souffrance

Si vous lisez cet article, c'est que vous avez conscience que vous avez tendance à tout prendre pour vous, la prise de conscience est la première étape, félicitations. Comme l'explique Lauriane, cela vient de votre vécu et/ou d'un manque de confiance en soi. Heureusement, ces points se travaillent. Tout prendre pour soi est source de souffrance, n'hésitez pas à contacter un psychologue afin de travailler ensemble sur ce point. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Et vous êtes-vous demandé pourquoi vous aviez sans cesse besoin d'attention ?

Et aussi :

Source : La Nouvelle République

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici