Pourquoi l’interdit nous attire autant ? Ne lisez surtout pas cet article !

Mis à jour le par Emilie Potenciano

C’est inscrit dans nos gènes, nous éprouvons le besoin irrésistible de découvrir l’inconnu. Mais pourquoi donc ? Pourquoi a-t-on besoin de franchir les interdictions ? Ces derniers exacerbent notre curiosité et la soif d’outrepasser les limites devient parfois envahissante. Braver les interdits revient à assouvir notre besoin fondamental de conquête de notre liberté. Explication.

Pourquoi l’interdit nous attire autant ? Ne lisez surtout pas cet article !

- Article pleinement autorisé pour votre bien-être 😉 -

Les interdits, la base de l'éducation

Les interdits se posent dès notre plus jeune âge. En effet, tout le monde apprend l'interdit pendant l'enfance et ceux pour deux raisons principales : 

  • Les interdits de protection ⛔ : ils sont là pour éviter une mise en danger alors que l’enfant n’a pas la capacité d’évaluer la menace (par exemple : ne pas mettre les mains sur les plaques de cuisson). 
  • Les interdits de socialisation ⛔ : Ils permettent à l’enfant de faire la distinction entre lui et les autres et permettent à tout un chacun d’établir des relations saines avec autrui. Il faut donc « aménager » notre liberté au moyen d’interdits. 

On apprend donc l'interdit très jeunes, car ça contribue à faire de nous une meilleure personne (ou une personne juste vivante). Néanmoins, même si on sait que c'est mal, notre curiosité peut être boostée par l'interdit, surtout si on n'a pas de justifications quant à l'interdit

👉 Voilà pourquoi il est très important d'apporter des éléments de justifications aux enfants, afin qu'ils comprennent le danger ou la situation, en toutes connaissances de cause. Expliquer les interdits, c'est une des bases de l'éducation positive et bienveillante 🤗. Si les interdits ne sont pas expliqués, il peut y avoir une grande frustration qui demeure à l'âge adulte. 

👋 Cet article peut vous intéresser : Je ne supporte pas les contraintes, qu'est-ce que ça dit de moi ?

Désir de liberté et pulsion 

On a conscience que les interdits n'existent pas pour rien, que ce soit pour nous protéger ou nous apprendre les codes sociaux, mais quand même. Outrepasser un interdit nous procure un plaisir coupable. On sait qu'il peut y avoir des risques liés à notre acte, on peut ressentir de la culpabilité, mais en même temps, cela nous donne la sensation d'être maître de la situation. Franchir les interdits, c'est se rendre autonome dans notre gestion du danger

📌
Prenons Adam et Eve : le fruit défendu n’était pas issu d’un arbre maléfique, mais de l’arbre de la science. On peut donc se demander si l’interdit était bien justifié. Et puis quid de l’histoire de Barbe Bleue ? Ne fait-elle pas l’éloge de l’autonomie ? Si dans ce conte la femme curieuse doit mourir, braver l’interdit permet à la femme de Barbe Bleue d’être sauvée.

Autre raison de notre attirance à l'interdit, c'est que cela peut agir comme stimulant dans notre esprit. En effet, c'est mécanique et notre cerveau s'intéresse plus fortement à ce qui lui est interdit. Notre côté aventureux s'active, on a alors envie de casser les codes et la routine. L'interdit devient comme un challenge à gagner ! 

👋 Cet article peut vous intéresser : Pourquoi je me sens toujours coupable ?

Notre attirance pour l’interdit peut-elle se contrôler ?

Le premier pas est d’avoir conscience que cette attirance pour l’interdit est purement mécanique. Il faut donc prendre les rennes de cette pulsion et garder en tête que personne n’aime que l’on entrave sa liberté. De fait, comme le dit la citation, pour la paix des relations sociales, ayons toujours en tête que "La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres".

Une étude réalisée par l'Université de Columbia au Royaume-Uni a montré que le désir de franchir l'interdit se diminue lorsqu'on renonce à lui en groupe. Il est donc plus facile de contrôler notre envie d'interdit lorsque nous sommes plusieurs, plutôt que de façon individuelle. 

De plus, on peut s'appuyer sur nos valeurs profondes pour se raisonner. Si, par exemple, on rencontre une personne qui nous attire alors qu'on est en couple, on peut se rappeler ce qui nous tient à cœur : la fidélité, le respect de l'autre, la transparence, etc. Cela peut être un bon moyen de réfréner une pulsion et l'envie de franchir l'interdit. 

Après, on peut aussi négocier les limites qui nous sont imposés. Que ce soit dans le cadre personnel pour professionnel. Bien sûr, il faut donner ses raisons et trouver un consensus en toute intelligence, c'est la base de la communication non violente. Donc au lieu de se braquer et de s'offusquer, on doit adopter un ton conciliateur, évoquer ce qu'on ressent, étoffer son argumentaire, afin de parvenir un dialogue constructif

Ex explorant ces différentes pistes, on peut ainsi contrôler un peu notre désir d'interdit, sans pour autant renoncer à notre part de liberté. Après tout, faire le choix de ne pas franchir l'interdit reste un choix ! 

L'avis de la rédaction : ayez l’esprit libre !

Si vous avez la fibre artistique pourquoi ne pas transformer certains interdits en une formidable source d’inspiration ? L’imagination n’a pas de limite, et les œuvres qui en découlent peuvent transmettre de puissants messages ! Si vos pulsions vers l’interdit sont très fortes, qu'elles vous mettent en danger régulièrement et que vous ne parvenez pas à les contrôler, n’hésitez pas à contacter un thérapeute qui saura vous aider à comprendre son origine et à tempérer vos pulsions.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

Mais aussi : 

Article proposé par Emilie Potenciano

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube