Ces petites phrases qui font mal ou micro-agressions du quotidien

Mis à jour le par Lauriane Amorim

"Tu as tes règles ou quoi ?" Rouge de colère, je redouble d'énervement face à cette remarque inutile, blessante et humiliante. On parle de micro-agressions, de toutes ces petites phrases, maladroites ou volontaires, qui font mal et constituent une violence au quotidien. L'humoriste Sophia Aram est revenue dans son livre, "La question qui tue - Perfidies ordinaires, maladresses et autres micro-agressions", sur toutes ces petites phrases qui peuvent faire très mal.

Ces petites phrases qui font mal ou micro-agressions du quotidien

"Tu as un peu pris non ?", "tu viens d'où ?... Vraiment.", "Tu es encore venue seule ?" : petites phrases et gros impact

Attaques sur le physique, les origines, la vie amoureuse ou que sais-je encore, les phrases qui font mal se nichent partout et peuvent sortir de la bouche de n'importe qui. Et je dis bien n'importe qui. Interrogez-vous. Victimes de nos préjugés (inconscients ou non) ou de nos habitudes, n'avons-nous jamais, nous-même, énoncé ces phrases qui tuent ? Pour être drôle, par maladresse ou par cruauté, nous sommes toutes un jour susceptible d'être la relou de service qui dit la phrase de trop.

Méfiance alors, car si on parle de micro-agressions, il n'en demeure pas moins que leur impact est maxi ! Parce que la micro-agression n'est pas une attaque frontale, elle est sournoise, parfois, elle ne semble même pas vouloir nous faire mal. Elle se classe donc directement dans les attitudes passives-agressives. Impossible d'entrer en conflit ouvert avec quelqu'un qui semble "juste" faire une remarque ou poser une question.

👋 Cet article pourrait vous aider : Passif-agressif, comment le reconnaître et s'en éloigner

Une fois ça va, deux fois bonjour les dégâts

C'est comme pour beaucoup de choses, la phrase qui fait mal ne fait vraiment mal que lorsqu'elle devient systématique et/ou répétitive. Si quelqu'un nous fait un jour une remarque du type : "mais tu aimes bien manger toi dis donc !" ou encore "toujours célibataire, tu devrais faire plus efforts ?" ou comme celle que cite Sophia Aram : "tu ne manges pas de viande ou tu ne manges juste pas de porc ?" 

Eh bien, il se trouve que face à une remarque on peut gérer, voire excuser son interlocuteur. Face à la même remarque répétée par le même interlocuteur ou par diverses personnes, l'effet sera bien sûr empiré avec à la clé, colère, énervement, sentiment d'être blessée, mais aussi perte de confiance en soi, sentiment d'infériorité, etc.

💀 À question qui tue, réponse qui tue : comment répondre ?

Pour Sophia Aram, le point de départ de son livre, c'est un repas à Boulogne, au cours duquel un avocat lui demande : "dis, toi qui habites à Trappes, tu aurais un moyen de me trouver un peu d'herbe ?" Cette fois-ci, il n'a fallu qu'une fois pour que l'autrice et humoriste soit choquée. Cette question renvoie bien sûr à l'idée que les habitants de Trappes sont tous des consommateurs de drogue ou dealent, voire les deux et peut aussi faire un sous-entendu par rapport aux origines de Sophia Aram. Choquée, mais pas muette, elle a tenu à répondre : "et toi qui es de Boulogne, t'as pas un plan putes ?" Une réponse qui manque de subtilités ? Peut-être. 

Néanmoins, une réponse qui claque et qui a le bon ton de mettre de doigt sur tous les préjugés contenus dans cette question qui fait mal. Mais je dois bien le reconnaître, nous ne sommes pas toutes capables de formuler ce type de réponse lorsqu'on se sent agressée par une phrase ou une question. Pour bien réagir, encore faut-il savoir si on a affaire à une personne perfide, qui cherche à blesser ou simplement à une personne maladroite. L'idéal étant, dans les deux cas, d'éviter le conflit. On peut donc user de l'humour ou questionner son interlocuteur.

➡ Face à une remarque sournoise, si par exemple lors d'un repas quelqu'un vous demande, "tu es sûre que tu veux te resservir ?" vous pouvez retourner la situation en lui demandant pourquoi il vous pose cette question, est-ce que c'est parce que tu me trouves grosse ? Est-ce que c'est parce que tu penses que je devrais faire attention à mon poids ? Il n'y a même pas forcément besoin d'entrer dans les détails, rien qu'en questionnant son interlocuteur sur sa remarque, on le force à faire face à ses préjugés.

➡ Et face à une remarque maladroite, si par exemple une personne de couleur s'entend dire, par quelqu'un pensant être sympas, "tu t'exprimes vachement bien." Le mieux serait d'utiliser l'humour et la bienveillance pour désamorcer la situation, expliquant à quel point cette remarque peut être raciste et induite par des préjugés. Évidemment, tout dépend de l'expérience, répondre chaque fois par un sourire, c'est bien, mais parfois ça ne passe pas, il faut aussi savoir mettre les points sur les i.

>>> Et sinon, avoir de la répartie, ça s'apprend !

La question qui tue Sophia Aran

Pour encore plus de remarques pleines de préjugés : La question qui tue - Perfidies ordinaires, maladresses et autres micro-agressions par Sophia Aram

Comment éviter de prononcer la phrase qui tue ?

Comme maman nous l'a souvent répété : mieux vaut tourner sa langue dans sa bouche avant de parler... et aussi se poser des questions. En formulant cette remarque ou cette interrogation, qu'est-ce que je cherche ? Est-ce que je veux faire mal ? Est-ce que je veux être sympa ? Mais dans ce cas ne suis-je pas maladroite, offensante ? Pourquoi je dis ce que je dis, est-ce que je suis animée par un préjugé ? Ces questions visent à nous aider à lutter contre les préjugés, puisque ce sont eux les coupables dans ce type de micro-agressions. Il faut tenter de comprendre à quel point c'est violent d'assigner une personne à nos propres préjugés.


À noter : 

En couple, dans des moments de tension, on évitera de se balancer ce type de phrases qui font mal, du genre : "t'es bien comme ta mère" ou "je comprends mieux ton ex", qui n'ont en fait pour but que de mettre de l'huile sur le feu, avouons-le. En général, avec la communication positive en couple on obtient de bien meilleurs résultats !

👋 Dispute de couple : 7 phrases à ne jamais prononcer


⛔ Avec tout ça, on se dit que la spontanéité des échanges peut gravement être affectée, alors il faut simplement se rappeler que des gaffes, tout le monde en fait, mieux vaut alors s'excuser, en tirer une leçon et passer à autre chose. Et puis, en se faisant l'avocat du diable, on peut aussi penser que le monde est rempli de personnes susceptibles qu'on se moque de blesser, parce qu'on veut garder notre liberté de ton. C'est audible, attention seulement de bien balayer devant sa porte !

L'avis de la rédaction : verbalisez votre ressenti

N'hésitez pas à exprimer ce que vous ressentez afin de faire comprendre à l'autre que sa remarque vous a blessé. Votre interlocuteur n'en a pas forcément conscience. Verbalisez vos émotions, votre ressenti, c'est important pour vous comme pour l'autre. Et si vous êtes blessé trop souvent, alors il est temps de contacter un coach pour comprendre d'où vient ce malaise et comment mieux affronter ces situations.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

 #BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Source : Ces petites phrases qui font mal - émission Grand bien vous fasse du 27 avril 2021 sur France Inter

Se respecter et respecter les autres, ça passe aussi par la communication non-violente, avec la méthode OSBD

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube