Perfomance sexuelle : stop à cette pression inutile au lit !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Le sexe, c’est comme le travail. Non je ne délire pas ! Je vous explique : que ce soit dans notre activité professionnelle ou au lit, on subit les injonctions de performance de notre société. Eh oui, on doit produire dans les deux cas, soit de l’argent, soit de la jouissance. Oui, mais voilà, cette pression de performance nous pourrit la vie. Certaines personnes s’enferment dedans au point d’être coupées de tout plaisir. Pourquoi ? Et surtout, comment sortir de cette pression ? Explications.

Perfomance sexuelle : stop à cette pression inutile au lit !
Sommaire : 

Une performance sexiste

68%, c’est le nombre d’hommes qui ressenttent de la pression pendant le sexe, d’après une enquête de Charles.co sur la sexualité masculine. Il est vrai que beaucoup d’hommes s’enferment dans cette quête de performance. Comme l’explique le médecin Gilbert Bou Jaoudé, les hommes ne voient pas le sexe comme un moment de plaisir partagé. Il faut absolument atteindre l’orgasme, sinon à quoi bon 🤷‍♂️? Je caricature à peine, car beaucoup pensent comme ça à cause de la masculinité toxique. Eh oui, on vit dans une société patriarcale, qui adore le cliché du “male alpha” devant être une bête de sexe grâce à une pénétration-marteau-piqueur 😅. 

🔞

Tout cela est bien sûr renforcé par la pornographie, elle a un énorme impact sur la sexualité des hommes. D’après la même étude, 46% des interrogés ont reconnu que cela avait une incidence sur leur vie sexuelle. Sauf que la pornographie reste du cinéma, il y a du montage et ça ne reflète en rien la réalité…

La conséquence sur les femmes

Les hommes sont ceux qui ont le plus de pression de performance pendant le rapport. C’est bien entendu faux ! J’ai commencé par parler de la gent masculine, car il est commun de penser que les hommes ont plus de pression au lit. Toutefois, les femmes ont tout autant de pression pendant les rapports sexuels. Nous subissons déjà toutes les injonctions sur nos corps, sur la minceur, sur les poils, sur nos seins, etc. 

Néanmoins, pour illustrer "simplement" la pression féminine, il suffit de poser une question : avez-vous déjà simulé l’orgasme ? Malheureusement, je parie que beaucoup de femmes répondront par la positive… C’est d’ailleurs ce qu’une enquête Ifop prouve : 2 femmes sur 3 ont déjà simulé l’orgasme !

Couple au lit qui est malheureux

Beaucoup de femmes subissent la pression de performance des hommes et n'osent pas dire qu'elles n'ont pas pris de plaisir...

👉 Il y a maintes raisons à cela : l’acte qui ne se déroule qu’autour de la pénétration, une mauvaise connaissance de leurs corps, la peur de dire ce qu’elles aiment vraiment, un problème de vaginisme, etc. Mais alors pourquoi répondre systématiquement oui à la question “t’as joui ?” 😅 ? Car on veut rassurer le partenaire pour lui dire qu’il a accompli son rôle et donc sa performance masculine… Bref, c'est un cercle vicieux qui ne fait que perpétuer les injonctions !

Une bonne chose qui permet de mieux comprendre comment on fonctionne, c’est la masturbation >>> Masturbation féminine, les clés de notre plaisir.

Comment ne plus avoir la pression au lit ?

Depuis le début de cet article, je parle uniquement d’un point de vue hétérosexuel et genré classiquement, c'est-à-dire, avec un homme cis-genre et une femme cis-genre. J’avoue ne pas avoir trouvé de données concernant la pression sexuelle dans la communauté LGBTQIA+. Est-ce parce que ce sont des personnes qui ont déconstruit tous les clichés autour du genre et de la sexualité “normée”, celle véhiculée par la société ? Peut-être. Sinon, est-ce dû au manque d’études sur cette catégorie de personnes, car la société n’en a rien à faire ? Sûrement. 

Quoi qu'il en soit pour les chiffres, on peut affirmer que les personnes qui sortent du schéma classique ont fait un gros travail de déconstruction pour embrasser leur sexualité ou leur genre. C'est là que l'on peut faire la différence, se déconstruire permet de ne plus ressentir de pression au lit. On se libère des injonctions en faisant un travail sur ses pensées.

Apprendre à lâcher prise

Vous savez, ces pensées, ce sont celles d’obtenir et de donner un orgasme à tout prix et d'être "un bon coup". Ou encore celles sur la fréquence des rapports sexuels : “oh mon Dieu, ça fait 1 mois qu’on n’a pas fait l’amour !”. Bref, ce sont toutes ces petites pensées qui sont ancrées en nous, à cause de notre vécu et de la société et qui font monter la pression. Elles nous empêchent de nous concentrer sur l’essentiel : le plaisir et les sensations. C’est en mettant le cerveau en OFF et en se laissant emporter par les ressentis corporels qu’on est définitivement libérée de la pression 🧠.

👉 Seulement, c’est plus facile à dire qu’à faire. Je vous ai déjà donné 7 conseils pour lâcher prise au lit, ce qui peut être un début de piste à creuser 🔎. 

Cependant, si le blocage est immense et que vous n’arrivez pas à le surmonter, le mieux est de consulter un sexologue qui pourra vous aider à vous défaire de toutes les pensées liées à la pression de performance. Parler et dire sa vision de la sexualité permet aussi de la déconstruire, avec l’aide d’un thérapeute. Alors n’attendez plus pour libérer votre sexualité ❤️ !

L'avis de la rédaction : écoutez-vous !

Pression pour être une bonne mère, une employée modèle et performante, un bon coup, décidément la pression est partout ! Si vous lisez cet article, vous prenez déjà conscience que cette pression à la performance sexuelle n'a pas de sens et qu'elle ne devrait pas reposer sur vos épaules, c'est déjà une bonne chose. La seule chose qui compte, c'est d'écouter vos envies, votre corps et vos besoins. Certes, c'est plus facile à dire qu'à faire, c'est pourquoi nous vous conseillons vivement de vous rapprocher d'un psychologue ou d'un sexologue afin de faire le point sur ces sujets pour une sexualité heureuse et épanouissante. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un sexologue

Mais aussi :

Sources : femina.fr / madmoizelle.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Je ne me sens plus désirée, comment faire monter la température ?

C'est l'été et la température va monter... du moins à l'extérieur, parce que chez moi, ce n'est plus trop ça. Quinze ans de relation ont fini par émousser le désir. Un bisou par habitude, une caresse par là et l'amour quand on y pense. S'il existe des relations platoniques et épanouies, je ne veux pas être de celles-ci. Je vais faire monter la température dans mon couple et je vais le faire maintenant ! 🔥

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Comment faire 10.000 pas par jour en étant en télétravail ?

Chères toutes, je suis comme beaucoup d'entre vous, en ce moment je vis et travaille à la maison, sauf que cette année, j'ai décidé de rester en forme et donc de faire les 10.000 pas quotidiens recommandés pour les non-sportives, comme moi (6.000 pour les sportives) Je n'ai pas vraiment le moral et j'ai une activité sédentaire depuis chez moi... Mission impossible ? Pensez-vous !

Terreur nocturne : pourquoi les enfants et les adultes en souffrent ?

Se réveiller en hurlant et en sueur, ce n’est jamais agréable, que ce soit pour un enfant ou un adulte. Et c’est encore plus impressionnant pour l’entourage, tant pour les parents que le conjoint ! C’est ce qui s’appelle faire des terreurs nocturnes. Même si chez l’enfant, elle est plus répandue, cette parasomnie n’est pas anodine chez l'adulte. Il est important de comprendre les origines d’une terreur nocturne et ses symptômes pour la diminuer, voire la faire totalement disparaître.

Mutisme chez l’adulte : quand l’anxiété pousse au silence…

Il est étrange de rencontrer des adultes ne pas parler, alors qu’elles en sont physiquement capables. S'il n'y a pas de pathologie physique, cela s'appelle le mutisme. Personnellement, j’ai toujours été habituée à cette pathologie psychique, puisqu’un membre de ma famille a un mutisme sélectif. Si ce n’est pas quelque chose qui me surprend, je sais qu’en dehors du cercle familial, c’est perçu comme quelque chose de très étrange. Comment ce trouble de la parole se manifeste ? Quelle est son origine ? Comment soigner le mutisme ? Autant de questions que j'ai pu me poser plus jeune.

Amour ou habitude, comment savoir où on en est ?

J’aurais toujours voulu que mes histoires d’amour soient passionnelles. Cependant, je me suis bien vite aperçue que la vie n'est pas une comédie romantique. Je me souviens d’une de mes relations en particulier, il y a quelques années, où je me suis demandé : mais est-ce que je l’aime ? Ou ai-je simplement l’habitude de l’avoir dans mon quotidien ? Est-ce que j’ai peur de me retrouver seule ? Bref, vous l’avez compris, je me sentais un peu perdue. Je vous en parle.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

La science du bonheur : les secrets du bonheur [ Dr JEAN DORIDOT, Psychologue et hypnothérapeute ] 🥳

8 février · Wengood

9:13


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube