Le slow sex : s'aimer en pleine conscience pour s'aimer mieux ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Dans la vie, comme sous la couette, objectifs et performance sont souvent de mise. Dans la mouvance du Slow, qui invite à ralentir le rythme pour mieux vivre l'instant présent, se détendre et prendre soin de soi, le slow sex invite à décupler le plaisir, casser la routine, sans se focaliser sur l'orgasme comme preuve d'un coït réussi. Tout un programme ! Explication.

Le slow sex : s'aimer en pleine conscience pour s'aimer mieux ?

Éloge de la lenteur pour booster sa vie sexuelle

C'est Nicole Deadone qui a lancé la mouvance du slow sex aux Etats-Unis. En France, c'est sous la plume de Anne et Jean-François Descombes que l'on retrouve les trois grands fondements du slow sex, dans leur ouvrage, Le slow sex : s'aimer en pleine conscience :

  • Être dans le moment présent
  • Revenir au corps vécu de l'intérieur
  • Être détendu

Le constat, c'est qu'aujourd'hui, le sexe ressemble plus à un montage de Lego® : ouverture des sachets = préliminaires, emboîtement des pièces = pénétration, admiration de son œuvre = orgasme 😅. Le seul et unique but de cette sexualité est d'avoir un orgasme, atteint par le chemin le plus court, la pénétration. 

Voilà qui restreint largement le champ des possibles et peut laisser sur sa faim, si ce n'est carrément lasser, voire dégoûter, au risque de bloquer (panne d'érection, vaginisme). C'est dans cette optique que le slow sex propose de se reconnecter à ses sensations et de faire monter le plaisir en ne se concentrant pas uniquement sur l'orgasme comme objectif à atteindre. Et bien évidemment, ça demande quelques efforts, il faut aller à l'encontre de nos images mentales, de tout ce qu'on imagine sur le sexe et laisser son corps prendre le contrôle 🙏.

👋 Cet article peut aussi vous intéresser : Pourquoi faut-il absolument lire Jouissance Club ? 4 raisons !

Comment pratiquer le slow sex ?

Pour être sûre de ne pas rater sa vie intime et d'avoir une sexualité épanouie, on codifie fortement nos rapports : préliminaires qui ne sont bien souvent que du sexe oral, pénétration, positions, orgasme et/ou simulation. 

On évite bien souvent de sortir de cette mécanique pour être sûre d'être dans la performance sexuelle ou par peur de se tromper, de brusquer l'autre, de ne pas le/la faire jouir ou de ne pas prendre de plaisir. Mais paradoxalement, c'est avec ce type de rapport qu'on a le plus de chance de se tromper et de tomber dans l'ennui, d’abîmer la passion et de perdre l'envie. 

Alors comment on fait concrètement pour ralentir le rythme sous la couette et changer sa façon de faire ?  Voici quelques éléments de réponse : 

1. Favoriser son bien-être

Se demander si on s'y prend bien, si la cellulite n’apparaît pas trop ou si la main est bien posée au bon endroit ne facilite pas du tout la concentration sur l'instant présent et la prise de plaisir. 

Pendant l'acte, il faut à tout prix laisser son esprit de côté et laisser la place à son corps. Après tout, c'est SON moment, alors laissez-vous parcourir par les sensations, faites-vous confiance, écoutez-vous et détendez-vous. C'est le meilleur moyen de jouir, mais aussi de laisser de côté ses complexes et ses angoisses.

2. Mettez vos sens en éveil

Le toucher est l'un des sens les plus essentiels pendant l'amour et pour pratiquer le slow sex. 

Sentir la peau de l'autre, ses cheveux et les éléments qui vous entourent : l'eau de la douche, les draps du lit, le sol de la cuisine. Écoutez le souffle de l'autre, sa respiration, respirez ensemble et sentez son odeur. Nichez votre nez dans son cou, sous son bras, goûtez le lobe de son oreille.

 Bref, vous voyez le tableau ! Massez-vous, caressez-vous, masturberez-vous, bref prenez le temps de faire monter le désir en vous touchant et en vous ressentant 🥰.

3. Recherchez l'extase

L'orgasme est un instant, l'extase est un état. Libérez-vous de cette recherche de l'orgasme, de la pénétration, de la fréquence des rapports, pour trouver votre propre chemin ! 

Pour s'épanouir, un couple a besoin de désirs, de créativité, de détente, pas d'être dans la performance. En vous libérant d'une sexualité codifiée et routinière, vous évitez les inquiétudes qui y sont liées : éjaculation précoce, orgasme qui ne vient pas, simulation, etc. 

Le but du slow sex est de ralentir de rythme pour mieux se sentir l'un(e) l'autre et mieux être en accord avec ses sensations. N’hésitez donc pas à tester plusieurs choses (regards, massages, jeux coquins, etc.), vous échouerez peut-être. Vous aurez parfois plutôt envie de rire que de jouir, mais c'est bien aussi, vous pourrez repartir à la découverte du slow sex plus tard.

L'avis de la rédaction : Ne pas se rajouter une pression de plus

La performance et la réussite sont déjà au cœur de notre vie, professionnelle, parentale et même amoureuse. Évitons donc de rajouter cette pression dans notre intimité. Avec le slow sex, on renoue avec son couple, son partenaire, ses sensations et approfondi aussi sa complicité. La lenteur réactive les sens et la passion renaît. Alors un seul mot d'ordre : tout doux ! Et si votre vie sexuelle n'est pas à la hauteur de vos espérances, que vous rencontrez des problèmes, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un sexologue afin de faire le point et de mettre en place de nouvelles habitudes ensemble pour une sexualité plus épanouie.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un sexologue

Mais aussi :

Source : Qu'est-ce que le slow sex, et comment le pratiquer ? - NEON

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube