La fréquence des rapports sexuels est-elle importante ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

« Eux, ils le font beaucoup plus que nous ! ». Même si la sexualité doit rester quelque chose de personnel et un moment de partage à deux, la comparaison avec d’autres couples est souvent inévitable… Néanmoins la sexualité n’est pas du copier-coller, ce n’est ni faire comme les autres ni faire comme la dernière fois ! La fréquence des rapports et la quête de performances peuvent être sources de tensions, voire de conflits et de souffrance au sein d’un couple. Mais au final, est-ce si important ? On vous dit tout.

La fréquence des rapports sexuels est-elle importante ?
Sommaire : 

Quand la fréquence donne la pression

On vous le dit tout de suite : non, la fréquence des rapports sexuels n'est pas importante ! En matière de sexualité, il n’y a aucune norme à avoir et ce n’est pas parce que notre couple d’amis fait l’amour 2 fois par semaine qu’on doit en faire de même 🤨 !

Certes, au début de la relation, les rapports sexuels peuvent être fréquents, car c’est la nouveauté et les premiers émois. Avec le temps, le tumulte de la vie quotidienne, le stress ou encore la fatigue, les rapports peuvent se faire moins régulièrement. Néanmoins, se focaliser sur la fréquence des rapports ne va pas arranger les choses, au contraire ! Se mettre la pression au lit est le pire moyen de raviver sa libido et d’avoir des moments intenses partagés par les deux partenaires. Il est donc nécessaire de lâcher-prise sur sa sexualité et de se concentrer que sur l’essentiel : la qualité plutôt que la quantité. 

La qualité des moments, le vrai bonheur

Faire l’amour pour faire l’amour, sans forcément un vrai plaisir, c’est déjà aberrant. Mais faire l’amour pour faire comme les voisins, ça n’a vraiment aucun sens ! Ce n’est pas le nombre de rapports qui aide un couple à être uni, mais ce sont les moments de qualité, fort en complicité, qui font le bonheur sur le long terme 🥰. 

Et bonne surprise : cela n’a pas à être forcément un acte sexuel. Un câlin, un fou rire, des tendres baisers au réveil, une danse au coin du feu… Bref, il existe pléthore de moments précieux qui cimentent le couple, bien plus qu’un rapport sexuel. Du moins, ils peuvent créer un désir profond, qui amènera à faire l’amour avec passion. 

Ce détachement de la fréquence et surtout de la performance, c’est ce qu’on appelle le slow sex. Il y a des couples très fusionnels qui font l’amour une fois par mois et ce rythme leur va très bien. L’important est que cela convienne aux deux partenaires.

Et s’il y en a un des deux qui a plus envie ? 😱

C’est la question qui peut fâcher, mais l’essentiel est de communiquer. C’est l’un des plus gros secrets des couples qui durent. Exprimer ses besoins en toute bienveillance et dans le respect de l’autre est crucial. À partir de là, des solutions peuvent être trouvées. Qui sait ? Peut-être que vous basculerez dans une relation libre ou dans l’échangisme ? Eh oui, il faut parfois sortir des sentiers battus pour trouver l’équilibre !

Pourquoi a-t-on cette pression de la fréquence ?

Enfin, il est essentiel de comprendre pourquoi la fréquence est encore un paramètre important pour beaucoup de personnes 🧐. Malheureusement, c’est une notion très ancrée car nous vivons dans une société patriarcale qui fait circuler deux croyances qui ont la peau dure.

La première serait que les femmes ont un devoir conjugal et doivent se plier au désir du conjoint. Évidemment, c’est quelque chose qu’il est urgent de déconstruire, car les femmes ne doivent rien à personne 😤. Se forcer à faire plaisir au conjoint, c’est mettre un coup de pied au consentement. Pire encore, cela peut basculer dans le viol si le conjoint estime que quelque chose lui est dû.

La masculinité toxique au cœur du problème

La deuxième croyance entretient aussi la problématique de la fréquence. Dans l’inconscient collectif, les hommes auraient plus de libido à cause de la testostérone. En apparence, c’est le cas pour beaucoup d’études. Néanmoins, celle du chercheur en psychologie à l’université de la Sarre à Sarrebruck en Allemagne, Julius Frankenbach, prouve que cela est beaucoup plus complexe. Pour ce dernier, les résultats des enquêtes sont fortement influencés par les normes liées au genre et par l’éducation. Il ajoute même que les répondants masculins sont souvent biaisés et ne répondent pas assez avec transparence 😅. 

Il faut donc comprendre que sans cette masculinité toxique, les femmes exprimeraient plus facilement leur désir et les hommes auraient moins honte d’avoir une libido plus basse. Il faut donc apprendre à se détacher de tout cela pour trouver son véritable équilibre avec son ou sa partenaire

L'avis de la rédaction - Parler de son besoin

Vous l’avez compris, il y a beaucoup d’injonctions sur la fréquence des rapports sexuels, il faut donc lutter contre, mais surtout, il faut mettre la communication au centre du couple. C’est le véritable allié pour être épanoui sexuellement avec son partenaire, même s’il y a un désir inégal chez chacun. Seulement, c’est une chose qu’il n’est pas forcément facile de faire, alors pourquoi pas consulter un sexologue ? 
Nos thérapeutes sont à votre écoute pour vous aider à trouver un équilibre harmonieux, alors n’hésitez plus. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube