La fréquence des rapports sexuels est-elle importante ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

« Eux, ils le font beaucoup plus que nous ! ». Même si la sexualité doit rester quelque chose de personnel et un moment de partage à deux, la comparaison avec d’autres couples est souvent inévitable… Néanmoins la sexualité n’est pas du copier-coller, ce n’est ni faire comme les autres ni faire comme la dernière fois ! La fréquence des rapports et la quête de performances peuvent être sources de tensions, voire de conflits et de souffrance au sein d’un couple. Mais au final, est-ce si important ? On vous dit tout.

La fréquence des rapports sexuels est-elle importante ?
Sommaire : 

Quand la fréquence donne la pression

On vous le dit tout de suite : non, la fréquence des rapports sexuels n'est pas importante ! En matière de sexualité, il n’y a aucune norme à avoir et ce n’est pas parce que notre couple d’amis fait l’amour 2 fois par semaine qu’on doit en faire de même 🤨 !

Certes, au début de la relation, les rapports sexuels peuvent être fréquents, car c’est la nouveauté et les premiers émois. Avec le temps, le tumulte de la vie quotidienne, le stress ou encore la fatigue, les rapports peuvent se faire moins régulièrement. Néanmoins, se focaliser sur la fréquence des rapports ne va pas arranger les choses, au contraire ! Se mettre la pression au lit est le pire moyen de raviver sa libido et d’avoir des moments intenses partagés par les deux partenaires. Il est donc nécessaire de lâcher-prise sur sa sexualité et de se concentrer que sur l’essentiel : la qualité plutôt que la quantité. 

La qualité des moments, le vrai bonheur

Faire l’amour pour faire l’amour, sans forcément un vrai plaisir, c’est déjà aberrant. Mais faire l’amour pour faire comme les voisins, ça n’a vraiment aucun sens ! Ce n’est pas le nombre de rapports qui aide un couple à être uni, mais ce sont les moments de qualité, fort en complicité, qui font le bonheur sur le long terme 🥰. 

Et bonne surprise : cela n’a pas à être forcément un acte sexuel. Un câlin, un fou rire, des tendres baisers au réveil, une danse au coin du feu… Bref, il existe pléthore de moments précieux qui cimentent le couple, bien plus qu’un rapport sexuel. Du moins, ils peuvent créer un désir profond, qui amènera à faire l’amour avec passion. 

Ce détachement de la fréquence et surtout de la performance, c’est ce qu’on appelle le slow sex. Il y a des couples très fusionnels qui font l’amour une fois par mois et ce rythme leur va très bien. L’important est que cela convienne aux deux partenaires.

Et s’il y en a un des deux qui a plus envie ? 😱

C’est la question qui peut fâcher, mais l’essentiel est de communiquer. C’est l’un des plus gros secrets des couples qui durent. Exprimer ses besoins en toute bienveillance et dans le respect de l’autre est crucial. À partir de là, des solutions peuvent être trouvées. Qui sait ? Peut-être que vous basculerez dans une relation libre ou dans l’échangisme ? Eh oui, il faut parfois sortir des sentiers battus pour trouver l’équilibre !

Pourquoi a-t-on cette pression de la fréquence ?

Enfin, il est essentiel de comprendre pourquoi la fréquence est encore un paramètre important pour beaucoup de personnes 🧐. Malheureusement, c’est une notion très ancrée car nous vivons dans une société patriarcale qui fait circuler deux croyances qui ont la peau dure.

La première serait que les femmes ont un devoir conjugal et doivent se plier au désir du conjoint. Évidemment, c’est quelque chose qu’il est urgent de déconstruire, car les femmes ne doivent rien à personne 😤. Se forcer à faire plaisir au conjoint, c’est mettre un coup de pied au consentement. Pire encore, cela peut basculer dans le viol si le conjoint estime que quelque chose lui est dû.

La masculinité toxique au cœur du problème

La deuxième croyance entretient aussi la problématique de la fréquence. Dans l’inconscient collectif, les hommes auraient plus de libido à cause de la testostérone. En apparence, c’est le cas pour beaucoup d’études. Néanmoins, celle du chercheur en psychologie à l’université de la Sarre à Sarrebruck en Allemagne, Julius Frankenbach, prouve que cela est beaucoup plus complexe. Pour ce dernier, les résultats des enquêtes sont fortement influencés par les normes liées au genre et par l’éducation. Il ajoute même que les répondants masculins sont souvent biaisés et ne répondent pas assez avec transparence 😅. 

Il faut donc comprendre que sans cette masculinité toxique, les femmes exprimeraient plus facilement leur désir et les hommes auraient moins honte d’avoir une libido plus basse. Il faut donc apprendre à se détacher de tout cela pour trouver son véritable équilibre avec son ou sa partenaire

L'avis de la rédaction - Parler de son besoin

Vous l’avez compris, il y a beaucoup d’injonctions sur la fréquence des rapports sexuels, il faut donc lutter contre, mais surtout, il faut mettre la communication au centre du couple. C’est le véritable allié pour être épanoui sexuellement avec son partenaire, même s’il y a un désir inégal chez chacun. Seulement, c’est une chose qu’il n’est pas forcément facile de faire, alors pourquoi pas consulter un sexologue ? 
Nos thérapeutes sont à votre écoute pour vous aider à trouver un équilibre harmonieux, alors n’hésitez plus. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube