5 conseils pour se séparer en douceur et sans humiliations inutiles

Mis à jour le par Justine Guilhem

Je sens que ma relation s'étiole... Je préfère donc y mettre fin. Il arrive que l'on se dise ceci, lorsqu'on sent qu'il vaut mieux se séparer. Néanmoins, même si on le ressent, il est difficile de passer à l'acte. On ne veut pas une rupture brutale et infliger de la souffrance à l'autre. Alors comment se séparer en douceur et lui annoncer ? Il est important de se poser les bonnes questions pour faire en sorte que la séparation soit la moins douloureuse possible. Certains couples parviennent à se séparer sans se déchirer, quel est leur secret ?

5 conseils pour se séparer en douceur et sans humiliations inutiles

"On s'est aimé comme on se quitte" 🎵 - 5 conseils pour se quitter en bons termes

1. Soyez-la moins cruelle possible

Quand il s’agit d’une séparation voulue par l’un(e) et endurée par l’autre, elle n’est jamais douce quand on la subit. Il faut être la moins cruelle possible en épargnant les détails et les reproches. Il vaut mieux parler de ce qu'on ressent, de nos émotions, plutôt que d’essayer de faire peser l'échec de la relation sur l’autre. 💔 Évitez les disputes explosives qui pourraient faire voler en éclats votre souhait de vous séparer dans de bonnes conditions.

2. Respectez l’autre

Quand les sentiments s’envolent, il est facile d’oublier qu’on a aimé, mais il est important de ne pas nier ce qu'on a partagé ensemble. Il est important de rester à l'écoute des émotions de l'autre. Utiliser la communication non-violente permet de transformer les conflits en simples dialogues. 

3. Expliquez les raisons

Faire sa valise sans rien dire ? On oublie. De même pour le ghosting, c'est une séparation très brutale et cruelle. Il est important de prendre sur soi pour dire la vérité à l’autre et expliquer les raisons de sa décision. Elle peut être parfois très dure, mais laisser l'autre dans l'incompréhension peut provoquer un énorme choc émotionnel qui l'empêchera d'avancer. Certes, on ne veut pas rester avec cette personne, mais il faut rester humaine et empathique.

4. Soyez claire

Il est nécessaire de ne pas entretenir l'espoir d'une possible marche arrière de notre part. Même si on n'est pas sûre de notre décision, laisser l'autre dans le flou est une torture. En effet, en laissant planer le doute, on empêche l'autre de rentrer dans les étapes de deuil de la relation et de tourner la page. Établir la bonne distance est important, sans disparaître du jour au lendemain. Il faut rester disponible pour l'autre le temps que la séparation se fasse. 

➜ Par exemple : On peut proposer de rester disponible par téléphone, le temps pour lui de pouvoir poser ses questions. Certaines personnes arrivent même à rester amie avec leur ex, peut-être que cela sera le cas pour nous aussi ? On peut ne plus aimer quelqu'un de manière amoureuse, mais l'apprécier en tant qu'ami. 

5. Si vous êtes parent, agissez dans l’intérêt des enfants

La séparation est aussi un moment très difficile pour les enfants. Il est important d'annoncer la nouvelle à deux et de les rassurer. On oublie les raisons intimes de la séparation, ça ne regarde que nous et notre conjoint.e ! Par contre, il faut clarifier la situation en expliquant les changements à venir, en préparant la garde alternée, etc. Malgré la souffrance de la séparation, on reste aussi une mère, il faut donc être aussi disponible pour nos enfants. 

➜ Il est essentiel de se séparer en douceur et de rester en bons termes avec son ex. Il ou elle reste aussi parent, il faut donc pouvoir être, le plus possible, en accord sur l'éducation et pour prendre des décisions à deux. 

📍
Dans les moments où les chemins de l'amour doivent se séparer, souvenez-vous que la douceur et le respect sont les reflets de l'affection que vous avez autrefois partagée. Abordez cette transition délicate avec une communication sincère et empathique, en honorant les souvenirs et en préservant la dignité de chacun. Rappelez-vous que chaque fin est aussi le début d'un nouveau chapitre de croissance personnelle et de guérison, pour vous comme pour l'autre.

Quand faut-il rompre ?

Après les vacances, après Noël, après la Saint-Valentin, après son anniversaire, après son gros dossier au travail…Malheureusement, il n'y a pas de réel bon moment pour se séparer. Il faut s'écouter et être attentive à ses émotions, sinon on repoussera toujours le moment fatidique. Attendre le moment approprié, c’est risquer de s’enfermer dans une relation dysfonctionnelle. Le bon moment pour rompre, c'est quand on le ressent, quand il n'est plus possible pour nous de continuer malgré tout. 

L'avis de la rédaction : faites-vous aider

Se séparer n’est jamais facile. On culpabilise, on s'inquiète pour l'autre et pour nous. Il faut donc à tout prix éviter une rupture dévastatrice, pour soi comme pour l'autre. Que ce soit avant la séparation ou après, il est possible de se rapprocher d'un psychologue pour comprendre les raisons de la rupture. Le professionnel nous aidera à faire un travail de deuil et il nous accompagnera pour nous reconstruire après la rupture. Parfois, quitter quelqu'un génère autant de souffrance que de subir la séparation, alors il est nécessaire de se faire aider.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue


Mais aussi :

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube