Garde alternée : 6 conseils pour bien s’y préparer

Mis à jour le par Justine Guilhem

Aucun parent n’est prêt pour la garde alternée. Que ce soit d’un point de vue émotionnel ou organisationnel. Ce n'est qu'une fois dans le feu de l’action qu'on en découvre toute la difficulté. Mais alors comment bien vivre la garde alternée et faire en sorte que tout le monde se sente bien ? Voici quelques conseils pour gérer au mieux cette période.

Garde alternée : 6 conseils pour bien s’y préparer

1. Je ne déménage pas trop loin

Qui dit divorce prononcé, dit déménagement d’au moins un des deux membres du couple et c’est au moment de choisir son nouveau toit que tout va se jouer 🤔. Habiter dans la même ville que ses enfants, ou du moins à proximité, est la première condition pour que la garde alternée se passe bien. 

Les enfants pourront garder leurs repères et psychologiquement, l’éloignement me paraîtra moins important. En plus, ne pas vivre à des kilomètres, c’est s’éviter la fatigue des trajets, et pourquoi ne pas, se permettre quelques visites surprises 🤗.

2. Je fais en sorte que mes enfants aient leur propre chambre

Pour qu’ils se sentent bien et chez eux dans leur nouvel espace de vie, et que je sente leur présence même quand ce n’est pas mon tour de garde. L’impression qu’ils ont toujours une place dans ma nouvelle vie est réconfortante, c’est un bon moyen de gérer le manque causé par la garde alternée.

3. Je mets en place un planning intelligent

Interrogez les gens autour de vous, la vision commune pense que la semaine va du lundi matin au dimanche soir. Pourtant, effectuer le changement de domicile le dimanche soir n’est pas la meilleure solution. Privilégier un jour de semaine est moins traumatisant pour tout le monde : les enfants partent à l’école le matin et rentrent le soir dans un autre cadre, au lieu de quitter papa ou maman le dimanche soir après avoir passé un bon week-end.


Existe-t-il un jour idéal pour changer de maison ?

garde alternee planning

Le vendredi soir semble être une bonne option, car mes petits sont en week-end, et de ce fait dans de bonnes conditions. Ils peuvent profiter du samedi matin pour s’installer tranquillement, et moi je commence par deux jours de repos avec eux, deux jours de plaisir et d’occupations, avant d’entamer la semaine d’école/de travail.


👋 Pour vous aider, voici un exemple de calendrier de garde alternée, plus de sérénité !

4. Je soigne mes relations avec mon ex-conjoint

Même si on ne s’aime plus, on peut faire l’effort de s’estimer. Les parents doivent être prêts à discuter ouvertement et respectueusement des problèmes qui peuvent survenir comme l'explique le Dr. Robert Emery. Une bonne entente parentale est nécessaire au bon développement de l’enfant (et en plus, cela aide à avancer). Ce dernier doit se sentir libre de téléphoner à son papa alors qu’il est chez moi, ou de dire à son père que sa maman lui manque (sans qu’on tente de lui retourner le cerveau).  

De plus, si des rapports cordiaux peuvent me permettre d’obtenir une photo, un coup de fil, ou d’organiser une visite surprise quand ce n’est pas ma semaine !

👋 Du mal à vous exprimer calmement ? Découvrez le mode d’emploi de la communication non-violente

5. Son père et moi restons sur la même longueur d’ondes en matière d’éducation

"Les enfants ont besoin de routines pour se sentir en sécurité. Il est important que les deux parents s'efforcent de maintenir une routine cohérente entre les deux maisons." - Dr. Laura Markham, psychologue clinicienne. 

Chez papa et chez maman, les règles doivent être les mêmes. Si mon enfant fait un lien entre ses deux univers, il sera moins perturbé, s’adaptera plus vite au changement, et je ne passerai pas mon temps à faire la police. Même rythme de sommeil, même rituels de lever et de coucher... les repères de l'enfant doivent être respectés. Bien que séparés, on continue à faire front pour éviter que notre petit bout en profite et que l’un de nous deux le paye par la suite.


Remarque : je m’abstiens de toutes critiques

pas de critique

Je ne cautionne pas la tenue qu’il porte dès qu’il revient chez moi, qu’il regarde la télé pendant qu’il prend son goûter… Si tout cela se passe chez l’autre parent, je ne dois pas intervenir, tant que les grandes lignes de l’éducation sont respectées.


6. Je suis à l’écoute de mon enfant

"Vivre dans deux maisons, avoir deux chambres ne constitue pas en soi un problème ou un manque de repère pour les enfants". C’est la qualité des relations avec les parents qui compte, explique le psychothérapeute Gérard Poussin. L'écoute de ses besoins doit donc passer avant les miens ou ceux de l’autre parent. Car si je suis en train de me reconstruire, lui se construit 🤕. Pour réduire son stress au mieux, un enfant a besoin de ses deux parents, mais pour des raisons différentes. 

On ne partage pas une moitié d'enfant au nom de l’égalité. Mieux vaut moduler le calendrier en bonne intelligence plutôt que mettre en place un système manquant totalement de souplesse… tout en écoutant les demandes de mon enfant pour m’adapter si besoin.

L’avis de la rédaction – C'est la qualité des relations qui compte

 Vous savez désormais comment faire pour que la garde alternée se déroule bien. Cependant, même en suivant tous ces conseils, il se peut qu'il y ait d'autres problématiques qui apparaissent ou que l'enfant ait une souffrance enfoui. Il ne faut donc pas hésiter à communiquer avec lui et à être alerte à un comportement inhabituel. Si vous sentez que vous êtes perdu face à ce changement, n'hésitez pas à vous faire accompagner par un thérapeute. Vous pourrez lui confier vos doutes, mais aussi aller de l'avant pour vous remettre de votre séparation. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Sources : "Les enfants du divorce, Psychologie de la séparation parentale" de Gérard Poussin et Élisabeth Martin-Lebrun // "La fonction parentale" de Gérard Poussin

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube