Je suis une slasheuse : je cumule et j’assume !

Mis à jour le par Camille Lenglet

Je suis une slasheuse et j’assume ! Pas d’inquiétude, rien à voir avec un film d’horreur, ici on parle de travail 😜. Je cumule plusieurs activités, ce qui fait de moi une slasheuse en référence au signe “/”. Il est notamment utilisé sur le réseau social professionnel LinkedIn pour énumérer nos différentes casquettes. Des profils, a priori polyvalents, mais qui peuvent effrayer les entreprises. Zoom sur les slasheurs et les slasheuses dont je fais partie !

Je suis une slasheuse : je cumule et j’assume !
Sommaire : 

Être slasheuse, assumer plusieurs activités

Cumuler plusieurs activités, ce n’est pas nouveau. Pendant longtemps, ça a même été un signe de précarité, mais désormais, on essaie de redorer ce mode de travail. En opposition, on retrouve le modèle "standard", une carrière où on monte les échelons d’un même poste. Lorsqu’on est dans ce type d’emploi, on se concentre sur le progrès d’un domaine de compétences précis. ⚠️ Néanmoins, cela peut étouffer certaines personnes, ce qui peut aboutir à un burn-out ou à l’inverse, un bore out 🤯.

Une tendance jeune

Je me considère moins spécialiste d’un domaine, mais je suis polyvalente et flexible. C’est ce que j’essaie de mettre en avant auprès des recruteurs. Et je ne suis pas la seule, selon une étude d’Opinion Way pour Horoquartz, les Bac +3 et Bac +5 seraient entre 24% et 27% à vouloir faire plusieurs activités. Chez la nouvelle génération, 1 jeune sur 2 estime que le CDI va disparaître au profit du CDD et du travail free-lance selon une autre étude de Mazars 😲.

Cet article peut vous intéresser >>> Je ne trouve pas ma place au travail, que faire ?

Slasher, la même définition pour tout le monde ?

On n’a pas tous et toutes la même conception du “slashing”, le terme est subjectif 🤔. Certaines considèrent qu’elles slashent dans un même poste, mais en réalité, il s’agit vraiment de cumuler plusieurs statuts. Par exemple : être salariée en mi-temps et avoir une activité free-lance à côté. C’est exactement ma situation, je travaille à temps partiel en CDI et à côté, j’exerce une activité de photographe free-lance et de créatrice de contenu. Ce qui fait même trois activités au total 🥉!

Les raisons d’être une slasheuse

Pour ma part, si je fais ainsi, c’est que ça me permet de faire mon métier passion ❤️ tout en ayant une sécurité financière. D’autres aiment explorer différents domaines ou avoir un travail moins redondant. Avoir plusieurs activités donne le moyen de trouver son équilibre, d’ailleurs cela permet à la génération Y d’être moins malheureuse au travail. Cependant, les entreprises sont un peu frileuses face à ce genre de profil qui paraît instable 😧...

Les entreprises et les slasheurs

En effet, le profil des slasheurs et des slasheuses est considéré comme moins stable 🤪. De plus, comme plusieurs activités sont cumulées, on a certes plus de polyvalence, mais moins de connaissances sur un domaine précis. Sauf que les entreprises aiment recruter des profils spécialistes, surtout pour des métiers qui demandent beaucoup de connaissances, comme ceux de l’informatique.

Au-delà de ces deux aspects, il y a aussi le fait que les slasheurs souhaitent multiplier les expériences. Cela inquiète les employeurs, car ils ont peur que ces personnes ne partent trop vite. D’ailleurs les chargés de recrutement s’assurent de la stabilité du candidat, c’est le point qui est le plus vérifié. Les entreprises n’ont pas envie de donner des connaissances, de nourrir intellectuellement une personne qui ne restera que le temps d’acquérir de nouvelles compétences.

Comment trouver l’équilibre dans le monde professionnel ?

Quand on est slasheur, il vaut mieux s’orienter vers des start-ups pour grandir ensemble ou vers des emplois dans lesquels on a déjà des grosses connaissances. Il ne faut pas hésiter à rassurer les recruteurs sur nos motivations et ce qu’on peut apporter à l’entreprise. À partir du moment où on montre un réel intérêt et investissement, les entreprises vont s’ouvrir plus facilement aux slasheurs. Dernier point à ne pas négliger, on ne peut pas être une slasheuse dans n’importe quel domaine 🙅‍♀️

➜ La communication, et plus globalement les métiers issus d’internet, permettent d’accueillir un peu plus ce type de demandes ou de profils !

😍 Pour ma part, j’ai la chance d’être tombée sur une entreprise ouverte. J’ai eu un vrai intérêt et des compétences pour l’emploi auquel j’ai postulé. Cela m’a permis par la suite de mettre en place ce mi-temps, combiné à mon autre activité.

L'avis de la rédaction - Écouter les envies de chacun

Être slasheuse, ce n’est pas pour tout le monde, ni pour toutes les entreprises. L’important, c'est d’écouter ses envies et de voir si ce mode de travail colle à sa vie. Cependant, il ne faut pas oublier l’exigence des entreprises, il faut donc être à l’écoute pour être sûre de correspondre. Si vous n’êtes pas certaine que cela pourrait vous convenir ou si vous avez des doutes sur votre avenir professionnel, n’hésitez pas à consulter un coach de vie qui pourra vous aider à trouver votre voie.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 

#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Mais aussi :

Sources : lesnouveauxtravailleurs.fr / cadremploi.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube