Ultracrepidarianisme : l'art de parler de ce qu'on ne connaît pas

Mis à jour le par Camille Lenglet

On a toutes un avis sur plein de sujets différents, sans forcément s’y connaître et c’est normal. Par contre, ce qu’il l’est moins c’est de crier partout qu’on a des connaissances sur le sujet, alors que pas du tout. Parler de quelque chose qu’on ne connaît pas, c’est de l’ultracrépidarianisme. Depuis 2 ans, cette tendance se vérifie de plus en plus… Pourquoi ce comportement, d’où vient-il ? Quelles conséquences ? Explications.

Ultracrepidarianisme : l'art de parler de ce qu'on ne connaît pas
Sommaire : 

Qu’est-ce que l’ultracrépidarianisme ?

Comme dit en introduction, l’ultracrépidarianisme, c’est lorsqu’on s’exprime sur un sujet dont on n’a aucune connaissance. On exprime notre avis, alors qu’on a peu ou pas de compétences légitimes… Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Eh oui, tous les pseudo-spécialistes qui sont apparus avec la pandémie 👨‍⚕️😬. Du jour au lendemain, nous avons une quantité de virologues qui se sont exprimé ce que nous devions faire ou non. C’est d’ailleurs pour cela que le terme “ultracrépidarianisme” s’est un peu plus démocratisé 🙄…

Sutor ne supra crepidam !

Pour comprendre ce mot un peu barbare, il faut connaître l’expression latine qui en est à l’origine : “sutor, ne supra crepidam”. Tout le monde n’a pas fait d’option Latin (moi la première 🥴), alors voici la signification : “cordonnier, pas plus haut que la chaussure”. Ce qu’il faut comprendre dans cette curieuse expression, c’est qu’on doit se limiter à parler de ce qu’on connaît vraiment. En gros, le cordonnier doit s’en tenir au domaine de la chaussure et pas plus haut 👞.

Pourquoi a-t-on un avis sur tout ?

Si on se sent facilement expert d’un sujet que l’on ne connaît pas, c’est parce qu’on a confiance en nous 😎. On a l’impression que le domaine est facile, car on n’a pas conscience de toute son étendue. Cela peut paraître illogique, mais en vérité, c'est un phénomène bien connu appelé “effet dunning-kruger”. Pour faire simple, moins on en sait sur le sujet, plus on a l’impression de s’y connaître.

Le philosophe Etienne Klein s’est intéressé à cette tendance avec l’arrivée de la Covid-19 dans nos vies. Il explique avoir été très surpris de voir des gens dire “je ne suis pas médecin, mais je pense…”. Il s’agit d’une déclaration d’incompétences, mais il y a quand même des injonctions énoncées.  

👉 Brut l’a interviewé sur le sujet de l’ultracrépidarianisme :

"Un mot savant pour dire qu'on parle de choses que l'on ne connaît pas. J'ai noté cette tendance au tout début de l'épidémie. "

Les conséquences de ce biais cognitif

Le problème de l’ultracrépidarianisme, c’est qu’avec les réseaux sociaux, on est inondé de “fake news” 👎.Personnellement, je trouve ces fausses informations très anxiogènes, ce qui est difficile à gérer psychologiquement. J’ai même suspendu mon compte Twitter pendant plusieurs mois pour échapper aux ultracrépidariens pendant la crise. Cependant, ce qui m’a mise hors de moi, c’est de voir que certaines personnes de mon entourage croyaient ces discours.

Dans des périodes d’incertitudes, la masse populaire va être plus sensible aux discours des personnes sûres d’elles-mêmes, même si elles n’ont aucune connaissance 🤯. Par contre, on écoutera beaucoup moins les personnes modérées qui ont pourtant un savoir avéré. On marche sur la tête 🤨 !

Besoin d’en savoir plus sur les biais cognitifs ? Lisez cet article >>> Les distorsions cognitives ou comment nos pensées nous parasitent !

On ne peut plus rien dire ?!

Je ne dis pas qu’il ne faut plus rien dire et s’empêcher de débattre. Déjà parce que ce n’est pas la même chose d’avoir une discussion entre amis et être une personnalité publique qui fait des grands discours sans connaissances, sur un réseau social. Ça n’a pas le même impact, il faut donc toujours remettre en question ce qu’on entend et ce qu’on voit dans les médias 💭.

De plus, lorsque nous débattons avec les autres, il est nécessaire d’être humble et d’avoir conscience des limites de notre savoir. Si on pense avoir le savoir absolu, qu’on n’écoute pas les autres et qu’on ne remet pas en doute ce qu'on pense savoir, on agit comme une personne toxique. D’où l’importance de prendre du recul sur nos discours et notre comportement… À l’inverse, si on voit qu’on est témoin de ce genre de comportement, il vaut mieux s’en éloigner pour préserver sa santé mentale 🌿 !

Parce qu'on a toutes besoin d'aide et de conseils

Si votre phrase commence par : "je ne suis pas médecin mais.... ", "je ne suis pas psychologue / peintre /maçon mais..." vous savez désormais ce que vous êtes en train de faire ! 😉 Et si on écoutait plutôt les compétents plutôt que ceux qui parlent fort ? À méditer. 
👉 Si vous vous rendez compte que vous sentez mal dans cette période assez anxiogène, avouons-le, n'attendez pas pour contacter un psychologue. Prendre soin de soi, c'est aussi prendre soin de sa santé mentale... 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : passeportsante.net / rtbf / brut

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici