Comment aider un proche victime d’un pervers narcissique ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Les victimes d'un pervers narcissique ont souvent du mal à prendre conscience de leur situation. Pour cause, elles ont subi un lavage de cerveau. En passant tour à tour d'un odieux personnage à un être attachant, le manipulateur sème le trouble autour de lui. Cependant, quand on est extérieur à la relation, on n'est pas dupe. On remarque tout cela, alors comment aider notre proche ? Voici quelques conseils pour l'aider à se libérer et à se reconstruire.

Comment aider un proche victime d’un pervers narcissique ?

La prise de conscience en douceur

Si une victime reste avec son bourreau, c’est qu’elle ne le perçoit pas comme tel 😥. Elle aura l'impression qu'elle pourra réussir à soigner l’autre et à le changer. Il y a peut-être un syndrome du sauveur qui se cache derrière cela, mais en tout cas, il est impensable d'abandonner son partenaire. Il est donc important qu'une personne extérieure à la situation l'aide à prendre conscience de la situation en lui mettant en face des yeux, les différents signes du pervers narcissique

Tout en douceur et dans le respect, on l'invite à nous confier ce qu'elle ressent, son quotidien... Pour l'amener à s'interroger et à réaliser la toxicité de son partenaire. Une opération commando serait trop brutale alors, on évite d'employer des mots crus et de l'assaillir de "manipulateur", "emprise" ou "pervers narcissique". Mieux vaut éveiller sa conscience petit à petit, en demandant par exemple :

  • « Que me dirais-tu si je vivais ce que tu me racontes ? »
  • « Est-ce de ce genre de relation dont tu as envie ? »
  • « De quoi as-tu réellement besoin ? »
  • « Que dirais-tu à ta meilleure amie si elle vivait la même chose ? »

👉 Bien que fortement déconnectée de ses besoins, la victime sera sensible à cet effet miroir. En la poussant à se questionner ainsi, on plante des graines qui fleuriront tôt ou tard.

Le rappel des faits

Après la prise de conscience, tout n’est pas gagné et les moments de rechute seront fréquents. Le doute va régulièrement surgir… La victime va se demander si elle n’exagère pas, si elle n’est pas folle. C’est donc à ce moment qu'on doit la ramener sur Terre, avec un soutien factuel. 

👉1 fois, 10 fois ou 20, on lui rappelle les faits. Oui, tout cela s’est réellement passé et non, son bourreau n’est pas une victime.

Il peut se passer beaucoup de temps entre la prise de conscience et le moment où la victime prend la décision de partir. Pendant toute cette période, mon soutien et ma patience feront tout pour éviter qu’elle fasse marche arrière.

Le soutien inconditionnel 

La psychologue et thérapeute de couple, Hélène Royer, explique que la victime a tendance à se replier sur elle-même par honte, pour se voiler la face ou tout simplement parce que le but du pervers narcissique est d’isoler sa partenaire. La laisser s’isoler, c’est l’abandonner, c’est la laisser entre les griffes de son bourreau. Il faut donc montrer que l'on est là, quoi qu'il arrive. Il peut arriver qu'on se fasse rejeter, cela peut nous blesser, mais on doit être fort 💪. C'est elle qui est dans la souffrance, on doit donc mettre de côté notre rancœur, pour l'aider à s'en sortir. 

Après une telle maltraitance physique et psychologique, la victime a besoin d’un soutien de taille et sans faille. On active l'écoute et comprend les émotions, sans émettre aucun jugement. Reprocher la passivité ou dire qu'on se fait marcher sur les pieds déstabiliserait plus qu’autre chose. Une personne brisée se libère d’un poids seulement si elle est prise au sérieux ⚠️.

Enfin, pour voir la lumière au bout du tunnel, on devra sûrement l'aider à entamer des démarches psychologiques, voire dans les situations les plus graves, des démarches juridiques. Cela peut être long, mais quand on aime une personne, on l'accompagne jusqu'au bout 👩‍❤️‍👩.

Notre vidéo pour mieux comprendre la victime

Afin d'aller plus loin sur le sujet, voici une vidéo tournée avec la psychologue Anne-Clotilde Ziégler : 

null

"Le pervers narcissique met tout en œuvre pour que la proie doute de sa santé mentale. Il dit des choses incohérentes, met l'autre sous double lien et est capable de dire des choses qui sont contradictoires dans la même phrase. D'autre part, il la pousse à bout et quand elle est émotionnellement instable et qu'elle le manifeste, il lui dit "ma pauvre fille tu es complètement hystérique, bipolaire". Il met tout en œuvre pour que la proie doute de sa santé mentale."

👋 Cet article peut vous intéresser : “Mon ex était folle”, si vous entendez ça, fuyez sans attendre !

L’avis de la rédaction - Lui rappeler la merveilleuse personne qu'elle est

N’hésitez pas à lui rappeler ses qualités, sa gentillesse, son importance, ses valeurs ou encore ses compétences. Vous pouvez aussi l’encourager à se réinscrire dans des activités qu’elle apprécie. Dites-lui qu’elle n’a rien perdu en route, qu’elle doit simplement retrouver la personne qu’elle était avant ces semaines/mois/années de souffrance. De plus, suivant l’ampleur des dégâts, vous pouvez lui conseiller de consulter un thérapeute. La reconstruction est un long chemin et vous ne pouvez pas porter ce poids seul·e ! 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Livre "Pourquoi suis-je resté.e ? Comprendre et dénouer le lien traumatique au pervers narcissique", Anne-Clotilde Ziégler /  helene-royer-psychologue.fr 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube