Nos coachs sont à votre écoute
au 01 75 75 02 14

Gaslighter : à côté, le pervers narcissique est un petit joueur

"Mais non chérie, je suis incapable de te tromper. Je t'aime bien trop pour ça. La trace de rouge à lèvre ? Souviens toi, c'est toi qui me la faite l'autre jour... tu oublies tout. Je sens que tu ne vas pas bien en ce moment, mais rassure toi, tout va bien." Manipulateurs toxique et menteurs patenté, j'ai été la victime du gaslighter.
Sommaire : 

L'omniprésence du mensonge

"Dès le début de notre relation, le mensonge était partout. Un serveur avait un peu manqué d'amabilité et il racontait qu'il nous avait agressé et que lui ne s'était pas laissé faire, alors que sur le moment il était resté muet. Il décrivait à merveille des veillées de folie jusque tard dans la nuit, alors que nous avions seulement bu quelques verres avant de rentrer tranquillement en fin de soirée. Sa façon de toujours enjoliver les choses ? Je trouvais que ça avait quelque chose de charmant. Moi qui était plutôt discrète, je l'enviais même d'être capable de tenir la conversation aussi longtemps, juste en embellissant un peu la réalité. Et puis je me suis vite aperçue qu'il mentait tout le temps et à tout le monde. J'ai commencé à comprendre qu'il me mentait à moi aussi. Il me disait qu'il allait faire un tour dans son magasin préféré et rentrait très tard, bien après la fermeture du magasin. Quand je lui faisais part de mes inquiétudes, que je l'interrogeais à ce sujet, il s'énervait contre moi en me disant que je ne l'écoutais jamais, qu'il m'avait prévenu qu'il passait chez un ami en début de soirée. Je ne savais pas si j'avais mal entendu, si j'avais oublié, si je perdais la tête, si j'étais trop fatiguée. Je m'en voulais de surréagir et de ne pas prêter attention à ce qu'il me disait." En fait, je me faisait gaslighter.

Gaslighter : l'art du décervelage

C'est par ce mot, "décervelage" que l'on pourrait traduire en français le terme "gasligher". Terme qui n'est d'ailleurs pas récent parce qu'il date des années 40. Plus précisément, il est apparu dans un film de George Cukor en 1944, Gas Liht. Un thriller qui met en scène Ingrid Bergman manipulée par son mari et qui pense devenir folle. Aujourd'hui, on peut entendre ce terme pour faire référence à Donald Trump à ses déclarations mensongères. En fait, le gaslighting est plutôt exercé dans une relation à deux : un couple, une relation parent/enfant, sœur/frère ou encore patron/employé. Là où le gaslighter va plus loin que le pervers narcissique, c'est qui contrôle les faits et gestes de sa victime, comme un marionnettiste en la faisant douter d'elle-même. La victime se fait laver le cerveau à grand coup de mensonges, d’omission, de négations... Les critiques et propos humiliants sont aussi de la partie ainsi que les attaques envers les proches afin de saper la stabilité de sa victime, en s'en prenant aux personnes auxquelles elle tient.

"Il me disait souvent que ma mère était toxique, qu'elle tentait de me garder sous sa coupe, ne me voulait pas que du bien et que je ne devais pas lui faire autant confiance. Et pourtant elle me disait la vérité, elle m'alertait, mais je prenais peu à peu mes distances, n'étant plus vraiment sûre d'elle."

Le but du gaslighter ? Que sa victime soit en proie aux doutes et n'ose plus se faire confiance. Qu'elle remette en question sa santé mentale, sa mémoire, sa perception du réel, pendant qu'il donne de plus en plus de preuves de son amour pour que sa victime lui appartienne toujours plus, jusqu'à l’anéantissement.

Gaslighter

"Peu à peu j'étais de plus en plus seule, il m'isolait de mes proches, je devenais sa chose."

Une victime comme les autres

Personne n'est à l'abri ! Tout le monde peut être victime d'un gaslighter, mais lorsque l'on cherche à plaire et qu'on a une faible estime de soi il est plus facile de se faire avoir. Le gaslighter a de l'impact parce qu'on le laisse entrer, que l'on cherche son amour et sa reconnaissance. Pour autant, nous ne sommes pas plus faible ou moins intelligent parce qu'on se laisse abuser par un manipulateur. Nous pouvons tous connaître des périodes, à risques, où nous sommes plus fragiles, plus à même de se laisser charmer, séduire et avoir. Une période où cette personne nous fait nous sentir mieux et que nous avons besoin d'elle pour booster notre confiance en nous.

"Je venais de perdre mon emploi lorsque j'ai rencontré cet homme. J'avais besoin de son regard pour continuer à croire que j'avais du talent. Il me disait d'ailleurs souvent que j'en avais mais que lui seul pouvait me comprendre. Qu'il n'était pas sûre que mes compétences correspondrait à telle ou telle entreprise, mais que lui croyait en moi. Finalement, j'avais vraiment l'impression qu'il était le seul à me comprendre, mais que je n'étais pas assez talentueuse pour tous les autres. Je n'ai pu retrouver un emploi que lorsque je l'ai quitté."

S'en sortir

"Si dans un premier temps, le gaslighter de notre vie nous fait nous sentir bien, au bout d'un moment on se sent toute petite, sans cesse en proie au doute, un peu vide et on touche du doigt la folie. A force qu'il mente et remette ma parole en doute, j'ai commencer à penser que j'avais des problèmes de mémoires et je suis allée consulter ma généraliste. Je pensais avoir besoin de repos ou au pire d'un léger traitement. Elle a trouvé quelques symptômes de dépression et m'a conseillé un psychologue. C'est lui qui m'a fait prendre conscience de ma situation."

A force, une relation avec un gaslighter peut endommager l'estime de soi et la santé mentale. Il est important de s'en sortir et de reconnaître les signes. Le Dr George Simon, psychologue et auteur du best-seller international In Sheep's Clothing : Understanding and Dealing with Manipulative People (Vêtus en agneaux : comprendre et traiter avec des gens manipulateurs) dit : "Le gaslighting, c'est quand vous savez dans vos tripes que vous avez bien compris une situation, mais que l'autre personne essaie de vous convaincre que vous avez tout compris de travers. Si cela se produit sur une période de temps, le sens de la réalité s'érode lentement. Il y a une échelle à du "gaslighting", du mensonge et de l'exagération au contrôle et à la domination."

Lorsqu'on en vient à douter de sa mémoire, de la compréhension de choses et qu'on se sent comme une enfant face à l'autre, il faut se poser des questions. Dans une relation, quelle qu'elle soit on ne peut pas toujours avoir tort ou toujours avoir raison. Si on est la personne qui a toujours tort, c'est un indice en plus.


L'avis de l'expert - dans la tête d'un gaslighter

Selon la psychologue Sarah Chiche, "Il y a, chez certains 'gaslighter', une jouissance à détruire l'autre, à avoir tout pouvoir sur lui, à lui faire croire n'importe quoi, qui puise souvent aux sources de l'enfance". Toutefois, il est important de savoir qu'on ne naît pas pervers et manipulateur mais on le devient. Pourquoi ? : "parce qu'on a soi-même été confronté, dans l'enfance, au vide ou à l'horreur. Cela n'excuse en rien les comportements pervers. Cela permet simplement de les recontextualiser et de comprendre ce qui précède la manipulation, parfois des dizaines d'années avant". Et puis, il y a aussi les narcissiques et ceux qui souffrent d'un trouble de la personnalité antisociale et qui manipulent et exploitent dans le seul but de faire mal, de prouver leur pouvoir et de se faire plaisir.


Contacter un thérapeute

Allez plus loin en vous penchant sur le trouble narcissique.

Mais encore :


Par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Laissez-nous un commentaire

Nos derniers articles

Anxiété nocturne  6 astuces pour stopper vos crises
Gaslighter : à côté, le pervers narcissique est un petit joueur  Au programme : mensonges, manipulations, humiliations...

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi !

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

SAV.TITLE