Quand le port du masque devient un rempart…

Mis à jour le par Camille Lenglet

Ça fait plus d’un an que la pandémie a débarqué dans nos vies, nous obligeant à porter le masque pour se protéger et protéger les autres. Je dois avouer que je me suis bien habituée, peut-être même un peu trop… En effet, je fais partie de celles qui n’ont pas trop envie d’arrêter de le porter pour la simple et bonne raison que je me sens protégée derrière ce bout de tissu. Je vais vous expliquer pourquoi le masque est devenu un rempart pour moi.

Sommaire : 

Masquée ? Je me libère du maquillage

Majoritairement utilisé dans la vie de tous les jours, au Japon notamment, en France l’utilisation du masque nous a un peu perturbés. Enfin pour ma part… Je dois avouer qu’il m’arrange. En effet, une chose que j’apprécie le plus en tant que femme, c’est que je n’ai plus le sentiment d’avoir l’obligation de me maquiller. Car oui, il y a toujours quelqu’un pour faire un commentaire sur le maquillage des femmes : “oh t’es fatiguée aujourd’hui, non ?” “non, je ne porte juste pas de maquillage…”.

💄Avec le port du masque je me maquille pratiquement plus. En plus de cela, je fais du télétravail et j’adore ça ! Je n’ai plus à revêtir mon “masque social” avec le maquillage, je peux rester moi-même. Eh oui, le masque me permet de me planquer.

Le masque, un moyen de se cacher

Au-delà de la raison légère du maquillage, la principale raison qui fait que je me suis bien habituée au masque, c’est parce qu’il me permet de me cacher. Depuis longtemps, je suis mal à l’aise en société et j’ai peur du regard des autres. Par conséquent, j’ai la sensation qu’il est un rempart et qui me protège du monde extérieur. En plus de cela, je pense que la pandémie a augmenté mon angoisse et je suis devenue un peu plus hypocondriaque, j’apprécie le porter.

🏠 En ce moment, je suis en plein syndrome de la cabane. C’est amplifié et je n’ai plus envie de me montrer dans mon entièreté aux autres.

Être encore plus passe-partout

En plus de ça, je suis quelqu’un qui aime se fondre dans la masse et ne pas se faire remarquer. Je fuis donc le plus possible les interactions sociales. Eh oui… je suis introvertie ! De nature discrète, j’aime bien quand on m’oublie et j’ai l’impression que le masque nous anonymise.

J’ai remarqué aussi quelque chose de plus désolant : depuis que je porte un masque, je subis moins de harcèlement de rue. Si en plus je porte une capuche, ils ne me remarquent quasiment pas, contrairement à avant. C’est bien triste d’arriver à apprécier le masque pour échapper à ce type d'harcèlement…

Avec le masque, adieu les complexes !

Au-delà de pouvoir me cacher car j’aime être invisible, c’est aussi un moyen de masquer deux complexes qui me pourrissent la vie : l’acné et mon double menton !

Le cercle vicieux

Dans le cas du premier, j’ai remarqué que mon acné avait sensiblement augmenté avec le port du masque. C’est ce qui s’appelle le “maské”, contraction entre mask (en anglais) et acné. La peau transpire et s’irrite davantage avec le masque, ça devient donc un cercle vicieux : plus je porte le masque, plus j’ai de l’acné. Et plus j’ai de l’acné, plus j’ai envie de porter le masque ! En attendant de retrouver le soleil et les beaux jours qui vont faire du bien à ma peau, porter le masque me permet de camoufler mon acné d’adulte.

😷 En plus, mes boutons aiment se mettre sur mon menton, donc ça m’arrange bien de les cacher !

Un problème plus profond

Dans le cas de mon second complexe, le double menton, il va être plus difficile de le faire disparaître. J’ai bien conscience que le masque ne va pas résoudre tous mes complexes, mais c’est pour cela qu’il est devenu un rempart. Le problème est bien plus profond, je dois apprendre à me sentir mieux. Que ce soit en présence des autres ou par rapport à l’image que j’ai de moi. Je sais qu’il existe des solutions pour apprendre à avoir confiance en soi, des coachs accompagnent vers le chemin de l’acceptation.


🎭 Bien sûr, je ne suis pas pour le port du masque toute notre vie. Néanmoins, avec la situation actuelle et le rapport que j’ai à moi-même en ce moment, ça me fait du bien. J’ose quand même espérer qu’il sera bientôt qu’un lointain souvenir, surtout que le masque a un impact négatif sur les bébés et les plus jeunes.

L'avis de la rédaction : aimez-vous !

Si comme Camille, vous avez des difficultés à vous accepter, à accepter votre corps ou que certains complexes vous gâchent l'existence, contactez un coach afin de trouver des solutions ensemble, go ! 💪

Contacter un coach

Mais aussi :

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

20 citations pour se tenir loin de l’hypocrisie et de ses mensonges ⛔

Rien ne m’énerve plus que l’hypocrisie. Je préfère une vérité délicate à entendre, pl...

Lire

Pourquoi consulter un sexologue en ligne ? Par Fabrice Hameury, sexologue

Les problèmes de couple ou problèmes sexuels sont parfois difficiles à aborder et le ...

Lire

Candaulisme, tout le monde en parle, mais c'est quoi cette pratique sexuelle ?

Candaulisme. C'est le mot qui est sur toutes les lèvres et tapé dans nombre barres de...

Lire

Les HPE en amour : qu’est-ce que ça donne en couple ?

En tant qu’hypersensible, j’ai beaucoup souffert dans mes relations amoureuses passée...

Lire

Le nudge : une technique pour se faire influencer ?

Dans la vie, on prend des décisions conscientes et d’autres beaucoup moins, sans même...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici