Lynda Maloufi, psychopraticien-coach nous dit tout sur la confiance en soi

Mis à jour le par La rédaction Wengood

La confiance en soi, c’est croire en ses propres capacités, d’avoir le contrôle de la situation et surtout en son efficacité quand on s’engage dans une activité ou à atteindre un but. Cette confiance en soi se construit sur la base d’une perception positive de ses pouvoirs, de ses qualités et ainsi que de ses limites. Lynda Maloufi, psychopraticien-coach nous dit tout sur la confiance en soi.

Lynda Maloufi, psychopraticien-coach nous dit tout sur la confiance en soi

Pourquoi avoir confiance en soi est important ?

Toutes ces croyances qui constituent la confiance en soi procurent à la personne la volonté de s’engager dans des actions visant à améliorer son quotidien, ou à atteindre ses objectifs et donc à réaliser ses ambitions. Mais son importance réside surtout dans sa capacité à maintenir une certaine motivation même quand les sujets rencontrent des difficultés ou des obstacles. 

Origines de la confiance en soi, comment se construit-elle ?

Comme nombreuses autres caractéristiques personnelles, la confiance en soi est le fruit d’un tempérament qui conduit à une prédisposition des personnes à se voir positivement. Le tempérament étant lui-même déterminé précocement car il est le produit de notre héritage génétique, il permet de procurer au sujet une tendance à posséder une confiance en soi satisfaisante une fois adulte, il est loin d’en être la seule source. En effet, selon la qualité de l’environnement familial cette confiance en soi viendra se renforcer ou à l’inverse se fragiliser, voire disparaître si ce milieu a été fortement défavorable.

💬 Ainsi, si des parents ou un entourage proche a régulièrement usé de discours décourageant et de récrimination tels : « Tu ne pourras pas, inutile d’essayer, contente-toi déjà de ce qui est à ta portée, tu n’arriveras jamais à rien… ». Il sera bien difficile pour l’enfant de grandir tout en maintenant une bonne confiance en soi.

Le discours décourageant de l'entourage peut être implicite, par exemple ; confier toujours certaines tâches à un frère plutôt qu’à un autre. Les parents sont surtout des modèles pour leur enfant. Ainsi, s’ils se montrent souvent résignés quand il s’agit d’un projet donné, et expriment régulièrement qu’ils préfèrent renoncer car ils ne seront pas capables de réussir, l’enfant finit par intégrer ce principe, ce qui l’amènera une fois adulte à réagir de la même manière dès qu’il pensera à s’engager dans une action importante.

La variation de la confiance en soi

La confiance en soi, peut varier avec l’âge, les évènements de vie, ainsi que les expériences vécues. Perdre un être cher, perdre son emploi, vivre une déception amoureuse, se découvrir une maladie chronique, autant de situations qui peuvent venir bousculer une perception de soi qui était jusque-là positive. À l’inverse, une succession de réussites, d’opportunités d’évoluer, de rencontre avec des gens gratifiants, pourra eux, améliorer la perception de soi. 

L'importance de la confiance en soi

Une étude a été menée par deux chercheurs américains, Ruvolo et Markus en 1989 sur les représentations que les gens peuvent avoir sur ce qui est possible ou pas pour soi. Leurs travaux ont montré que les gens qui avaient des représentations où il est question de possibilité, suscitent chez eux des sentiments généralisés d’efficacités, de compétences et de contrôle. Cette forme de confiance en soi, implique le fait de surestimer le contrôle qu’on peut exercer sur les événements.

🖊️ Exemple 1 :

Confiance en soi en situation de deuil et d’échec

Le professeur et chercheur américain George Bonnano a pu constater que les gens qui ont une auto valorisation de soi importante, réagissent plus efficacement aux pertes. Ces personnes qui se voient positivement vont alors mieux reprendre le dessus en cas d’échec ou de perte.

👉 On parle alors "d’identité personnelle positive", qui désigne l’image positive qu’une personne a d’elle-même, et qui peut l’aider à ne pas disperser ses énergies quand elle est confrontée à des difficultés. Il est logique qu’une personne ayant une opinion positive d’elle-même, par exemple : « Je suis une bonne personne et les gens m’apprécient » ait plus de ressort en situation de crise. Même les gens qui ont une opinion positive irréaliste d’eux-mêmes (un excès de confiance en soi) réussissent mieux à surmonter les défis que ceux qui ont une image neutre ou négative d’eux-mêmes.

Confiance en soi et traumatisme

Les victimes d’agressions et d’évènements douloureux peuvent plus facilement reprendre le cours de leur vie. Elles subiront moins de conséquences néfastes, comme l’angoisse, les phobies, les dépressions et le repli sur soi, ces états eux-mêmes source de souffrance. Ces personnes vont continuer à avoir (ou reprennent plus rapidement) confiance en eux et en la vie en général.

👉 Elles vont anticiper un avenir positif tout en croyant en leurs capacités à contrôler les évènements à venir et surtout en leur auto-efficacité face à une nouvelle épreuve qui se présenterait. 

À quoi peut conduire un déficit de la confiance en soi ?

Les conséquences d’un manque de confiance en soi restent alors prévisibles. Au-delà du découragement rapide au moindre obstacle, puisque la principale pensée qui nous anime sera bien « qu’on n’y arrivera pas ! » ou « ça ne marchera pas », c’est le renoncement à tous ces rêves et ambitions. La persévérance qui est une des qualités les plus essentielles pour tout succès sera empêchée. On ne s’investit plus car on considère que c’est qu’une perte de temps et d’énergie ! Vivre en croyant qu’à chaque occasion qui se présente que ses efforts seront vains, qu’on en est incapable, c’est alors la porte ouverte à la dépression.

👉 Anticiper qu’on ne pourra pas faire face aux difficultés à venir, c’est aussi développer une angoisse face à lui. Une angoisse qui à son tour risque de provoquer une forme de paralysie même quand il est question d’actions banales pour améliorer son quotidien. Ce genre d’idée pessimiste sur soi, sur ses capacités et sur l’issue des choses a alors un coût. En effet, cette angoisse et préoccupation par ces peurs du lendemain vont jusqu’à gâcher même les moments censés être agréables, qu’on peut vivre ou partager avec ses proches ou sa famille. L’autre conséquence c’est rater toutes les opportunités qui peuvent se présenter, que ce soit dans le domaine professionnel, social ou amoureux.

👉 Ainsi, la confiance en soi devient centrale pour pouvoir vivre de manière harmonieuse et surtout essentielle pour pouvoir entreprendre et être résilient. En manquer, cela revient à survivre plutôt qu’à vivre… 👋 La résilience ou l'art de se manger un mur sans sourciller. 

Lynda Maloufi, Psychopraticienne - coach

Je vous apporte une écoute active, bienveillante, et  vous accompagne pour une recherche de solution adaptée à vos problèmes immédiats. Ma mission est également de vous fournir les moyens d'exploiter de façon plus efficace vos ressources et qualités. Ceci, afin de vous permettre de mieux surmonter les obstacles rencontrés, vous soulager d'une souffrance psychologique, et vous aider surtout à atteindre vos objectifs.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter Lynda Maloufi  


 Vous aimerez aussi ces articles : 

Article proposé par La rédaction Wengood

Dream team en quête du bonheur - #BornToBeMe

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube