Détresse des étudiants : comment la Covid-19 a volé leur avenir

Mis à jour le par Camille Lenglet

L’arrivée de la Covid-19 a bouleversé nos vies et particulièrement celle des étudiants. Ils ont la sensation d’être une génération sacrifiée, subissant les cours à distance, l’isolement, la perte de revenus, etc. Leur détresse psychologique est de plus en plus grande, la crise a percuté de plein fouet une jeunesse étudiante déjà fragilisée. Beaucoup se demandent comment s’en sortir et s’ils auront un avenir suite à cette pandémie et tout cela n'est pas sans conséquence pour leur santé psychologique.

Détresse des étudiants : comment la Covid-19 a volé leur avenir
Sommaire : 

La vie étudiante bouleversée

Des cours à distance

Un isolement dans des chambres de 9m², loin de leurs familles, ne pouvant pas aller en classe pour suivre leurs cours, …  Les étudiants sont dans une situation de détresse. Voilà déjà 1 an qu’ils doivent composer avec la Covid, les privant de cours en présentiel. Difficile de suivre les cours à distance. Il faut une concentration intense pour apprendre de nouvelles choses sans être en classe, beaucoup souffrent même de fatigue zoomL'apprentissage en visio est d’autant plus délicat que la relation avec les professeurs est plus distante.

➜ Le suivi est donc moindre et beaucoup s'inquiètent de ne pas valider leur diplôme convenablement. C’est une remise en question complète de leurs études et de leur avenir avec une situation aussi délicate.

Une vie sociale coupée

Ce qui aggrave aussi la détresse psychologique des étudiants, c’est le manque de lien social. Ils sont isolés, parfois dans des surfaces exiguës, sans contact avec leurs camarades. C’est lors des études supérieures que beaucoup construisent leur cercle social de jeune adulte. C’est un moyen de faire des rencontres et de nouer des relations qui viendront constituer leur réseau. C’est également à ce moment-là que la vie active se précise grâce aux stages qui ont été pour la plupart annulés en raison des confinements. Il est donc très compliqué pour les jeunes de faire face à cette situation en étant seuls, coupés de toutes relations sociales amicales, familiales ou professionnelles.

Une détresse étudiante de plus en plus grandissante avec la Covid-19

Une situation précaire

Au-delà des cours via visioconférence et de la vie sociale interrompue, les étudiants ont vu leurs ressources financières impactées par la crise sanitaire. En effet, beaucoup d’entre eux avaient un job étudiant à côté pour pouvoir payer leur étude et leur logement. Il y a donc une accumulation de problèmes graves pouvant les mener à une situation précaire délicate. C’est pourquoi l’arrivée de la pandémie les a encore plus touchés, comparés aux personnes ayant une situation plus stable.

Une détresse psychologique menant jusqu’au suicide

Le constat qui est fait, c’est que 76% des jeunes de 18 à 30 ans ressentent l’impact de la crise sur leur santé mentale, selon une étude réalisée par OpinionWay en janvier 2021. Près d’un tiers explique même que leur état est critique. Un autre sondage réalisé par Ipsos et la Fondation FondaMental, a mis tristement en lumière que 30% des étudiants ont des pensées suicidaires. C’est un constat effroyable qu’il est possible de faire dans la presse, les tentatives de suicides se multiplient chez les étudiants depuis l’arrivée de la Covid-19.

Les aides qui existent pour les étudiants

Afin d’éviter d’en arriver à de tels drames, il est nécessaire que les étudiants aient un soutien psychologique. Il existe des structures et des aides depuis peu pour consulter un psychologue gratuitement.

Les services de santé universitaires

Les universités offrent des consultations médicales psychologiques et psychiatriques remboursées intégralement sans avoir à avancer de frais. Néanmoins, tout n’est pas idéal avec les structures universitaires. Il n’y a pas assez de psychologues, les délais sont souvent extrêmement longs. En effet, un rapport publié par Nightline en novembre 2020 a montré qu’il y avait en moyenne un psychologue pour 30 000 étudiants.

Les structures locales et associatives

Les structures comme les CMP (centres médico-psychologiques) peuvent être une solution pour les étudiants qui ont besoin d’un soutien psychologique plus urgent. Des séances gratuites chez le psychologue ou le psychiatre y sont offertes pour les personnes en souffrance.

Le “chèque psy”

Les séances chez un psychologue libéral coûtent environ 60€, ce qui est cher pour un étudiant. C’est pourquoi, Emmanuel Macron a annoncé la création d’un chèque psy pour aider les étudiants. Malheureusement, 2 séances ne sont pas suffisantes pour aider une personne en détresse psychologique.

Les lignes d’écoute anonymes et gratuites

Les associations essaient de prendre le relais pour compenser le manque de soutien psychologique. Dans de nombreuses régions, des lignes se sont mises en place pour aider les étudiants comme avec Nightline. Et ce n’est pas que du téléphone, il y a des chats en ligne pour échanger, car parfois, il n’est pas simple de livrer ses problèmes à voix haute.

➜ Le remboursement du suivi psychologique devient une préoccupation de plus en plus grande avec l’arrivée de la Covid-19. Certaines mutuelles vont prendre à 100% des séances chez le psychologue, une décision toute récente. Il faut espérer que cela soit aussi un soutien supplémentaire pour la santé mentale des étudiants.

Nous prenons soin de vous !

« C’est dur d’avoir 20 ans en 2020 » disait Emmanuel Macron il y a quelques mois. Aujourd'hui, ce n’est plus simplement dur, c’est une véritable détresse psychologique qui s’est installée. Entre isolement, peur de l'avenir et manque de contacts sociaux, le mal-être des étudiants atteint des sommets. C’est pour cette raison que nous avons décidé d’agir et d'offrir une consultation avec un psychologue à tous les étudiants qui en ressentent le besoin.

Demandez votre consultation offerte 

Mais aussi :

Sources : Coronavirus : Face à la détresse psychologique des étudiants, voici les aides qui existent - 20 minutes 

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

Le délicat sujet de l’aliénation parentale, controversée mais réelle ?

Il y a rarement des sujets que je trouve délicats à aborder, sauf ceux qui sont remis en cause, comme l’aliénation parentale. En effet, c’est un sujet à prendre avec des pincettes, tant il est encore débattu à l’heure actuelle. Cependant, c’est un sujet qui me tient à cœur, car il a été au centre d’un conflit au sein de ma famille. Voici donc pourquoi j’ai eu envie d’aborder ce sujet qui n’est vraiment pas simple. Explication.

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube