Syndrome de la cabane, quand le déconfinement fait peur...

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Si pour la majorité des Français, le déconfinement, la réouverture des bars et des commerces a été vécu comme une fête, pour d'autres, c'est plus compliqué. Après plusieurs semaines de confinement, le retour vers l'extérieur n'est pas simple, le foyer apparaît alors comme un lieu rassurant, un refuge. Quand sortir à nouveau devient une angoisse, zoom sur le syndrome de la cabane.

Syndrome de la cabane, quand le déconfinement fait peur...
Sommaire : 

Syndrome de la cabane ou peur de sortir

Si pour certains la date du 19 mai était synonyme de délivrance, pour d'autres c'était plutôt l'angoisse de devoir quitter leur cocon qui montait. Qu'est-ce qu'on était bien recroquevillés dans nos coquilles…

😨 Ce syndrome se traduit par la peur de sortir de son lieu d'enfermement (donc de chez soi dans ce contexte Covid), la peur de se déconfiner et de devoir se confronter de nouveau au monde extérieur et ses risques. Ce syndrome traduit plusieurs peurs : peur de la contamination, peur de perdre des êtres chers, peur de la maladie, peur de la foule etc. Ce n'est pas anodin, se confronter à cet extérieur qui peut être source d'angoisses n'est pas évident pour tout le monde. 

Un mal qui ne date pas d'hier

C'est au début du XXème siècle que l'on parle pour la première fois du syndrome de la cabane (également appelé syndrome de l'escargot). Il décrivait alors l'anxiété que ressentaient les chercheurs d'or revenus à la civilisation. En effet, au début du XXème siècle, dans l'ouest des Etats-Unis, les chercheurs d'or passaient des mois entiers, seuls, dans la nature, reclus dans des cabanes. Lorsque le moment était venu de rentrer chez eux et de retrouver leur famille, le retour à la civilisation était souvent douloureux. Angoisse, stress et anxiété faisait aussi partie des retrouvailles.

Faire éclater la bulle

Aujourd'hui, le schéma est le même. Après le choc de l'annonce du confinement, certains ont plutôt bien vécu cette période. Rester chez soi, avec ses proches, changer de rythme, limiter ses sorties et ses contacts. Cette pause, quoique imposée, a créé pour certains une sorte de bulle protectrice à l'intérieur de laquelle ils se sentaient protégés des agressions extérieures, virus compris. Pouvoir retrouver le monde extérieur, du jour au lendemain, s'avère difficile pour certains et la peur de sortir s'installe doucement.

😱 Cette angoisse n'est pas seulement liée à la peur, mais il s'agit aussi de la peur de quitter son lieu d'enfermement et de retrouver la vie normale. Le confinement, l'intérieur avait un aspect rassurant, où l'on pouvait maîtriser les choses, et il faut maintenant se confronter à un monde peu sécurisant.

🎙️ Stéphane Masson, coach certifié, nous parle du syndrome de la cabane

Quels sont les symptômes ?

Le syndrome de la cabane n'est pas très inquiétant en soi, mais peut tout de même conduire à un état dépressif. C'est la raison pour laquelle il faut repérer ces symptômes :

  • fatigue, léthargie, besoin de faire de longues siestes dans la journée
  • difficulté à se lever le matin
  • sentiment de tristesse
  • engourdissement des jambes et des bras

Comment lutter contre la peur du déconfinement ?

Pas d'inquiétude, il n'y a souvent pas grand chose à faire. Le syndrome de la cabane n'est pas une maladie et l'angoisse diminue donc avec le temps. On peut cependant y aller doucement avec les sorties, ou aller dans des endroits que l'on appréciait avant, retrouver un équilibre alimentaire et mieux dormir en mettant un réveil et en se couchant à heure fixe.

👉 Si les symptômes persistent et que votre angoisse est de plus en plus profonde faites-vous aider par un psychologue avant que votre peur ne devienne paralysante.

L’avis de la rédaction : écoutez-vous !

Ces peurs ne sont pas neutres, prenez votre temps, ne précipitez surtout pas les choses et fixez-vous de petits objectifs à atteindre chaque semaine, augmentez votre temps de sortie petit à petit. Il est très important de respecter votre rythme et vos émotions pour venir à bout de ce syndrome de la cabane. Et si ces peurs vous empêchent de vous épanouir ou de faire des choses, alors il est temps de consulter un psychologue.

Contacter un psychologue

Êtes-vous touchée par le blues du déconfinement ?

Aller plus loin en découvrant aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Cachez ce téton que je ne saurais voir ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

Avez-vous remarqué combien les seins, et particulièrement les tétons des femmes, sont censurés ? Notamment sur les réseaux sociaux, Instagram étant le spécialiste de la censure des tétons. Je suis beaucoup d’artistes faisant du nu artistique, la plupart doivent flouter les tétons des femmes, alors que ceux des hommes non… Pourquoi faut-il qu’on cache nos tétons ? Qu’ont-ils donc de si gênant ?

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs fois des questions sur son identité. Son genre assigné à la naissance était “homme”, mais lui se sentait plus “femme”. Être transgenre, c’est ressentir un décalage entre le genre assigné à la naissance et son ressenti. Je pensais que c’était quelque chose que l’on savait au fond de soi, depuis toujours, mais en réalité, mon ami m’a fait comprendre que c’était beaucoup plus complexe que cela. Alors comment savoir si on est transgenre ? Explications.

Comment gérer un passif-agressif ? 5 astuces imparables

Ils procrastinent, boudent pour un rien et rejettent la faute sur vous ? Les passifs-agressifs ont de quoi nous rendre fou. Personnellement, au lieu de rentrer dans leur jeu malsain, je garde mon calme et réagis intelligemment… Et ça fonctionne ! Découvrez 5 astuces pour gérer les comportements passifs-agressifs.

7 aliments à mettre dans votre assiette pour une peau parfaite

J'ai la peau mixte et j'adore manger. Vous vous dites quel est le rapport... Eh bien, c'est une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce qu'une peau parfaite, ça passe aussi par l'assiette. Pas la peine d'installer le frigo dans la salle de bains, mettez juste le cap sur les crevettes, les framboises ou les tomates.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici