Le sommeil polyphasique : dormir plusieurs fois, une bonne idée ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Imaginez dormir plusieurs fois sur 24h au lieu de faire une nuit classique. Vous êtes dubitative ? Nous aussi ! Le sommeil polyphasique consiste à fractionner le temps où on dort sur une période plus large. Pourquoi on en parle ? Parce que dormir en plusieurs fois, plutôt que d’une seule traite, permettrait d’être potentiellement plus reposée. Et surtout, le sommeil polyphasique correspond davantage à certaines personnes qu’à d’autres. Alors voyons voir s’il est réellement bénéfique pour lutter contre la fatigue et être plus efficace dans les phases éveillées !

Le sommeil polyphasique : dormir plusieurs fois, une bonne idée ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que le sommeil polyphasique ?

Avant d’expliquer le sommeil polyphasique, il est nécessaire d’expliquer comment on dort habituellement. Nous avons un sommeil monophasique, c’est-à-dire que nous dormons d’une traite avec un bloc de 7h/8h. Le sommeil polyphasique, lui, vient découper ce bloc en le fractionnant avec des temps différents de sommeil. Les bébés, par exemple, adoptent naturellement ce mode de sommeil. Ils font beaucoup de siestes, qui se divisent entre des phases de sommeil calme et agité.

💤 Il serait avantageux pour une personne adulte car il nous rendrait plus productif. En effet, nous passons moins de temps d’un coup à être ne serait-ce que debout. Il faut donc moins de temps de repos. C’est une sorte de sommeil optimisé !

Pourquoi fractionner son sommeil ?

Selon les chiffres fournis par l’Inicea, les troubles du sommeil touchent une personne sur trois. Parmi elles, 45% considèrent qu’elles manquent de sommeil et 16% souffrent de grosses insomnies chroniques. Le sommeil polyphasique pourrait être une solution pour les personnes qui ont des problèmes de terreurs nocturnes ou de paralysie du sommeil.

De plus, les personnes ayant un rythme de vie décalé peuvent aussi se retrouver dans le sommeil polyphasique. Les travailleurs de nuit, les marins ou navigateurs en solitaire n’ont pas d’autres choix que de fractionner leur sommeil pour pouvoir travailler. Les mères qui ont fait le choix d’allaiter doivent aussi s’adapter au rythme du bébé ! La vie nous contraint à adapter notre sommeil et à le fractionner.

Comment avoir un sommeil polyphasique ?

Il est nécessaire de comprendre les différentes phases du sommeil pour saisir comment fonctionne le sommeil polyphasique. Un cycle de sommeil est composé des phases suivantes :

  • le sommeil léger : état de transition vers le sommeil profond
  • le sommeil profond : permet de récupérer physiquement (muscles, système immunitaire, etc.)
  • le sommeil paradoxal : le cerveau est actif pendant cette phase. Il assure une préservation des souvenirs et stimule la créativité. C’est dans cette phase où nous rêvons.

Chaque cycle dure entre 90 et 120 minutes. Donc, durant une nuit classique dite monophasique, les cycles peuvent s'enchaîner jusqu'à cinq fois (temps de sommeil qui dure entre 7 et 10 heures) :

Cycle du sommeil

Le cycle du sommeil 

Fractionner son sommeil

Le sommeil polyphasique condense les périodes de sommeil profond et paradoxal sur une durée courte. Pour cela, il faut que le cerveau réduise à son maximum le sommeil léger. Plus facile à dire qu’à faire ! Il faut un certain temps d’adaptation, d’effort et beaucoup de volonté. Il existe plusieurs rythmes de sommeil polyphasique. Pour trouver celui qui correspond le plus à notre activité, besoin et à notre capacité, il est intéressant de tenir un journal de sommeil afin de tout noter !

  • Sommeil bi-phasique : Découper sa nuit en deux périodes. Dormir la nuit ainsi qu’en début d’après-midi comme en Espagne ou au Mexique.
  • Sommeil Everyman (2,3,4) : Une période principale la nuit, plus courte que le sommeil bi-phasique, suivie de siestes dans la journée, de 2 à 4.

Ces deux rythmes restent encore classiques puisqu'il y a une plage de sommeil encore assez large qui reste la nuit (entre 3h et 5h). Cependant, il existe des rythmes qui divisent encore plus le sommeil en créant seulement des petites siestes.

  • le sommeil uberman : répartir son sommeil en 6 siestes de 20/25 minutes.
  • le sommeil dymaxion : répartir son sommeil en 4 siestes de 30/35 minutes.

Différents types de sommeil polyphasique

Les différents fractionnements du sommeil polyphasique

Les risques d'un sommeil déréglé

Il faut être prudente avec le sommeil polyphasique. Il n’est pas adapté à tout le monde et surtout, on ne connaît pas encore les effets sur le long terme. Depuis plusieurs années, les professionnels de santé alertent sur le manque de repos et les conséquences que cela peut entraîner : affaiblissement des performances mentales, moins de mémoire et de réactivité, troubles de la concentration, soucis de santé graves (diabète et infarctus entre autres), etc.  

🙅‍♀️ Le Dr Bertrand de La Giclais explique que le sommeil polyphasique n’est pas forcément réparateur. On peut vite avoir une “dette de sommeil” qui conduit à des effets désastreux. Souvent, le déficit accumulé n’est pas rattrapable, cela peut donc avoir un effet sur la santé mentale et les activités du quotidien.

Ce qu’il faut retenir du sommeil polyphasique

Le sommeil polyphasique peut entraîner un manque de sommeil qui a des conséquences importantes sur la santé. Cependant, il y a quand même des avantages à retenir comme la sieste de 20 minutes.

➜ En effet, les bienfaits de la sieste ne sont plus à prouver : amélioration de la concentration, de la productivité, réduction du stress, etc. Même si on fait une nuit normale de 8h, il se peut qu’on ait des moments de fatigue pendant la journée. Il ne faut donc pas hésiter à dormir sur un très court laps de temps pour pouvoir récupérer et être plus fraîche.

😴 De plus, le sommeil biphasique est vraiment utile aux personnes souffrant d’insomnies et de troubles du sommeil sévères. Elles peuvent “récupérer” les heures de sommeil manquantes en faisant une pause dans la journée. Ce sommeil peut aussi discipliner le cerveau pour qu’il atteigne plus rapidement les phases de sommeil profond et paradoxal, qui sont les phases réparatrices.

L'avis de la rédaction : traitez le mal à la racine

Si vous rencontrez des problèmes de sommeil à cause d'un stress important, de difficultés d'endormissement ou d'angoisses, contactez un psychologue afin de traiter ensemble le problème à la racine. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !

 #BornToBeMe 

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : Marieclaire.fr & Wikipédia

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

La blessure de trahison : pourquoi ça fait aussi mal de se faire trahir ?

S'il y a une chose que j'ai beaucoup de mal à pardonner dans une relation, qu'elle soit amicale, amoureuse ou familiale, c'est la trahison. On se sent sale, diminué. La trahison, c'est la mort brutale de la confiance. Tous les souvenirs heureux semblent salis, factices. On doute de tout, on ne sait plus à quoi, à qui se raccrocher. Pour mieux comprendre cette blessure émotionnelle complexe, j'ai décidé de vous en parler.

5 étapes pour pouvoir surmonter une trahison amoureuse

J'ai déjà été trompée par le passé, par un ex. J'ai vécu cela comme la pire des trahisons, car j'ai eu vraiment la sensation d'être bafouée et que je ne méritais pas d'être respectée. La trahison amoureuse, c'est sans doute la pire, par le biais de la tromperie. Alors comment s'en remettre et se reconstruire ? Il y a 5 étapes à surmonter pour pouvoir avancer avec cette blessure...

Blessure de rejet : la comprendre et l'accepter pour en guérir

Rupture amoureuse, dispute familiale, licenciement… On a toutes vécu un jour la sensation d’être rejetée, exclue ou mise à l’écart. Certaines arrivent à rebondir assez rapidement, quand d’autres en soufre de manière persistante. Pour ma part, j’ai compris comment avancer, car j’ai mis des mots : cela s’appelle une blessure de rejet. Comment peut-on souffrir d’une telle peur du rejet ? Comment en guérir et avancer ? Explications.

Névrose abandonnique : comment gérer le sentiment d’abandon ?

Avoir peur de finir seul·e. Qui n'a jamais eu ce sentiment ? Je crois qu'on a tous et toutes en nous cette crainte d'être abandonné. Cependant, pour certaines personnes, ça va plus loin, au point qu'elles donnent tout à leur proche, même les choses les plus folles et au point de s'épuiser. Ce comportement est révélateur de la névrose abandonnique, c'est-à-dire, la peur d'être abandonné. Alors, voici comment la détecter et s'en défaire.

Les 5 blessures de l'âme : tout savoir pour ne plus souffrir

Rejet, abandon, trahison, humiliation, injustice… Autant de mots qui n'évoquent pas quelque chose de positif et qui correspondent aux 5 blessures de l’âme. L’autrice canadienne, Lise Bourbeau, a publié un livre à ce propos et elle explique en quoi les blessures émotionnelles nous affectent et nous perturbent. À cause d’elles, on s’empêche d’être nous-même, c’est pourquoi, il faut les connaître et les décrypter pour se débarrasser de sa souffrance.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube