J'ai peur de dormir hors de chez moi : mes nuits d'enfer

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Je pars bientôt en vacances, j'ai vraiment hâte, mais petite ombre au tableau, je n'arrive pas à dormir hors de chez moi. Entre peur du noir et peur de l'inconnu, loin de mon cocon habituel, mes nuits se transforment en cauchemar, sans même que je ne ferme l'œil !

J'ai peur de dormir hors de chez moi : mes nuits d'enfer
Sommaire :

Mes nuits en hypervigilance rouge : pourquoi je n'arrive pas à dormir ailleurs

J'arrive dans une chambre d'hôtel, sur mon lieu de vacances ou dans la maison de campagne de mes amis et je suis ravie, mais dès que la nuit tombe et qu'il faut rejoindre le lit, je me transforme en survivaliste de chambre. 🤯 J'arpente, je guette, j'observe. Porte fermée à double tours, OK. Interrupteur, lampe de chevet ou veilleuse à proximité, OK. Contrôle du fond du lit, OK. Triple passage aux toilettes, OK. Et après tout ça, je suis encore incapable de fermer l'œil. Peu importe que j'aie 4 heures de trajet derrière moi, 1h30 de piscine, 6 verres de vin et un bon dîner, je ne m'endors pas 🥴. 

Pour commencer j'ai peur du noir et le noir, dans un environnement qui m'est étranger est encore plus inquiétant. Le moindre bruit me tord le ventre et le silence profond me stresse. Je me mets alors à penser à tous ces gens qui se font assassiner sur leur lieu de vacances, mais si vous savez, ces gens, dans les séries ! 😱 Ce qui se passe, c'est que je suis en hypervigilance. Enfin, l'hémisphère gauche de mon cerveau est en hypervigilance. 

👉 C'est un réflexe, hérité de nos ancêtres quand ces derniers étaient susceptibles de se faire attaquer pendant la nuit par des animaux ou par d'autres hommes.  Si je me raisonne, je sais que j'ai peu de chance de me faire attaquer dans ce charmant petit appartement de bord de plage, mais mon instinct de survie préfère garder l'œil ouvert, et moi aussi du coup.

Et quand le lendemain vient

Parfois, quand il est 5h30, 6h et que je ne dors toujours pas, que les premières lueurs du jour apparaissent derrière les volets, rassurée, je grappille quelques instants de sommeil. Insuffisants. Le lendemain d'une première nuit à l'extérieur n'est pas le pire, le surlendemain est plus compliqué. L'hyper vigilance de mon cerveau s’éteint peu à peu et je finis donc par enfin tomber de sommeil, pas plus rassurée, mais épuisée... littéralement !

Comment mieux dormir à l'extérieur ?

Il n'y a pas vraiment de solutions pour faciliter les nuits en dehors de chez soi, au mieux, j'ai mis en place quelques astuces :

  • 👉 Je prends mon propre oreiller. L'odeur, le toucher, le tissu, le moelleux, je connais tout de mon propre oreiller et il a le don de rassurer mon cerveau.
  • 👉 J'emporte une veilleuse. C'est une des premières choses que j'ai achetée pour faciliter mon séjour à la maternité (c'était un de mes indispensables pour vivre un bon post-partum). Je ne sais pas comment je faisais avant, mais depuis que les veilleuses sont entrées dans ma vie, je les emporte dès que je dois dormir hors de chez moi. Si je me réveille en panique, je l'allume un moment et je peux alors me rendormir plus facilement, rassurée par cette douce lumière.
  • 👉 Je regarde une série, ou j'écoute la radio. Alors oui, je sais que la lumière bleue émise par les écrans n'est pas bonne pour le sommeil puisqu'elle empêche la production de mélatonine, mais regarder une série sur mon téléphone, c'est pour moi un bon moyen d'avoir de la lumière et l'esprit occupé. Seule condition : avoir un conjoint compréhensif !

Si vous aussi vous avez du mal à dormir ailleurs que chez vous, sachez que ce n'est pas un drame 😉. Il faut se le dire, parce que si vous devez angoisser plusieurs jours avant la fameuse nuit, vous n'arriverez pas à profiter de vos journées, et le moment du coucher risque de se transformer en crise d’angoisse ou d’anxiété. Mettez en place vos propres techniques pour vous rassurer, si vous devez regarder sous le lit, au fond des placards ou mettre une chaise derrière la porte, faites-le et rappelez-vous qu'une nuit peut nous paraître mauvaise, mais qu'elle reste tout de même réparatrice. Et même si vous n'y croyez pas sur le moment, vous finirez par tomber de sommeil !

L'avis de la rédaction : d'où vient cette peur ?

Cette peur de dormir ailleurs que chez soi peut traduire une insécurité intérieure ou une difficulté à lâcher prise en dehors de l'environnement familier sécurisant. Si cette peur perdure depuis l'enfance, il peut être intéressant d'en chercher la cause, peut-être une peur de l'abandon en allant dormir ailleurs ? Déterminer l'origine permettra d'en venir à bout. Les thérapies comportementales et cognitives, TCC, donnent de très bons résultats, n'hésitez pas à contacter un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 

#BornToBeMe

Source : Pourquoi dort-on moins bien quand on n'est pas chez soi ? - Madame Figaro

Du mal à vous endormir ? On a trouvé la musique parfaite pour dormir

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Bonjour, Quelles astuces utilisez-vous du coup ? Vous arrivez à partir quand même en vacances ? En général de mon côté, je fais une crise tellement importante la nuit précédent le départ que je ne peux pas partir…

Léa il y a 7 mois

Bonjour, en ce qui me concerne je ne fais pas tellement de crises d'angoisse avant de partir, mais sur le moment, une fois que je suis sur place. Quand je dois dormir dans un endroit inconnu, je me rassure en vérifiant tout avant : comment ferment les portes, si je serais mieux du côté droit ou gauche du lit, etc. J'emporte aussi une veilleuse pour avoir une lumière douce qui me rassure et mes écouteurs pour écouter un podcast ou mettre une série en fond sonore si vraiment je n'arrive pas à dormir et que j'ai besoin de penser à autres choses. Sinon, j'ai testé l'hypnose à ce sujet et ça va bien mieux. J'ai moins d'appréhension avant et une fois sur place, même s'il arrive encore que je me réveille en étant mal et inquiète, j'arrive tout de même à me rendormir. J'ajouterai aussi que le choix du lieu joue beaucoup. Il faut à tout prix éviter de devoir dormir dans un endroit qui ne nous inspire pas confiance. Typiquement, les logements insolites, c'est sympa sur le papier, mais jamais je ne pourrais dormir dans une bulle en pleine nature. N'hésitez donc pas à bien vérifier l'endroit où vous devrez dormir, quitte à demander des photos et à les regarder plusieurs fois pour commencer à s'imprégner des lieux avant de partir. Je crois que j'ai fait le tour et j'espère vous avoir apporté quelques solutions, en tout cas, n'hésitez pas si vous avez d'autres questions, doutes, remarques ou inquiétudes.

Lauriane Amorim 

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube