Mes enfants me manquent, comment gérer la garde alternée ?

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Les couples séparés ou divorcés connaissent les usages de la garde alternée, mais ne sont jamais réellement préparés. Mes deux petits bouts ont laissé un vide derrière eux, on ne s’en rend pas forcément compte (enfin, quand même un peu !) mais des enfants, ça occupe énormément. Et je ne parle pas du manque affectif… Qu’est-ce qu’une maman à mi-temps fait le reste du temps ? Mes enfants me manquent... 10 astuces pour gérer la garde alternée.

Mes enfants me manquent, comment gérer la garde alternée ?
Sommaire :

« L’absence sépare sans désunir les cœurs. »  - Gabriel Girard

La séparation est actée, de fait beaucoup de choses changent dans votre vie en ce moment mais ce n'est pas tout, le plus difficile : vivre la semaine sans vos enfants... Alors, comment gérer la garde alternée ? Grâce à nos conseils, vous aurez tout ce qu'il vous faut pour que cela se passe le mieux possible. Et si vous en êtes encore aux préparatifs, voici 6 conseils pour bien vous préparer à la garde alternée 🙏. 

10 astuces pour combler le vide laissé par la garde alternée

Parce que quoi qu’il arrive, il faut avancer…

1. Je planifie des rendez-vous téléphoniques

📅 Ou des appels facetime puisque l’ère digitale dans laquelle nous vivons nous le permet. Tous les mercredis, ou quand ça nous arrange, ce sera « l’appel de maman à ne manquer sous aucun prétexte ». Si mes enfants sont bien équipés avec leurs smartphones, on peut aussi s'échanger des SMS, des photos de nous, de notre dessert ou tout ce qui pourrait maintenir le lien. 

👉 Vous pouvez également confectionner un calendrier de garde alternée, bien pratique pour tout le monde !

2. Je m’occupe au maximum

Le but de la manœuvre est d’éviter de penser à mes petits loups, sauf si j’arrive à le faire en étant apaisée. Il existe tellement de façons positives d’occuper son temps libre, que je ne vais pas le passer à me lamenter. 🏃 Chausser mes baskets et partir courir pour me vider la tête, me cultiver, venir à bout de cette liste de « films et séries à voir » … Je pourrais même me découvrir une passion à transmettre à mes enfants !

3. Je m’organise pour n’avoir rien à faire quand ils sont là

Ménage, courses, rangement, tâches administratives… Je m’arrange pour accomplir toutes ces missions quand ils ne sont pas là. Ainsi, quand viendra mon tour de garde, je n’aurai rien à faire, excepté profiter de leur présence.

4. Je continue de faire vivre mes enfants

Après mon divorce, j’ai tenu à ce que mes enfants possèdent leur propre chambre, pour qu’ils aient le sentiment d’être chez eux. Cette chambre va à son tour me servir puisque quand ils ne sont pas là, je continue d’ouvrir et fermer leurs volets, je leur dis bonjour ou bonne nuit, et la présence de leurs affaires me les rappelle.

5. Je les expose fièrement en photo

Dans des cadres, sur un porte-clefs, au bureau ou même en fond d’écran, j’affiche les petites bouilles de mes enfants, pour les voir régulièrement malgré tout. Selon le dicton, ils sont toujours plus sages en photo.  😉

6. Je m’entoure

La tristesse me pousse parfois à me replier sur moi-même, me renfermer, mais combler ce sentiment de solitude et de vide me fera le plus grand bien. Amis, famille, collègues ou voisins, la présence de personnes proches réchauffe toujours le cœur, et une vie sociale active me permettra de penser à autre chose. Bye bye la routine, bonjour les bons moments !

7. Je me crée un bel espace de vie

Ma maison n’est plus la même quand mes enfants sont absents… Mais ce n’est pas une raison pour vivre dans un lieu qui m’évoque de la tristesse ! Dans mon esprit, je dois associer mon chez-moi avec un endroit dans lequel je me sens bien. Aménagement, décoration ou bricolage, je m’occupe de mon intérieur pour pouvoir me ressourcer, même une fois seule.

8. J’entretiens de bonnes relations avec mon ex-conjoint

Par respect pour notre relation passée, pour les enfants, et parce que nous sommes entre adultes, on peut entretenir des rapports cordiaux. Même si les sentiments ne sont plus là, il peut y avoir entre nous une forme de compassion et de respect. Compassion qui me permettra d’obtenir des photos de temps en temps, des coups de fil imprévus ou de leur faire une visite surprise à la sortie de l’école alors que ce n’était pas mon tour !

9. Je mets en place des rituels quand ils reviennent

Se retrouver autour d’un goûter gourmand, d’un apéro-sirop, d’une série pour enfant ou d’un numéro de leur magazine préféré sont autant de moments de complicité à partager. Chacun d’entre nous attendra ce moment avec impatience ! De quoi profiter pleinement du moment présent tout en se construisant de beaux souvenirs.

10. Je prends du recul et j’apprécie la solitude

On ne dirait pas comme ça, mais la solitude peut être positive ! En me retrouvant seule avec moi-même, je m’observe, j’apprends à me connaître et à m’apprécier. Et cerise sur le gâteau, je suis fière de m'en sortir. Être bien sans personne permet d’être bien avec les autres, et je le remarque à travers mon attitude plus détachée, plus apaisée.

👉 Et si malgré tout, vous ne parvenez pas à supporter le vide et le silence laissés par vos enfants, il faut en parler. Tout ce qu'on ne dit pas s'imprime en nous. Prenez rendez-vous sans attendre avec un psychologue, pour en parler. Vous vous sentirez mieux au fil des séances. 

L'avis de la rédaction : donnez-vous du temps

Comme l'explique la coach Mélanie Dugas, il est important dans un premier temps que les parents soient à l’aise avec le modèle de garde choisi. Car chaque modèle a ses avantages et ses inconvénients. Il faut penser à l’enfant certes, mais il ne faut pas s'oublier ! Les enfants sont des êtres sensibles et si vous êtes confortable avec un modèle, et que vous parvenez à bien le vivre votre enfant le ressentira et saura s’adapter.  Il faut être conscient que c’est un ajustement pour tout le monde. La séparation n’est jamais une situation facile. Les parents, tout comme les enfants, ont un deuil à faire, alors donnez-vous le temps de vous habituer à cette nouvelle vie. Et rappelez-vous qu'un lien indestructible vous lie à votre enfant, alors vous ne serez jamais complètement séparés ! 👉 Et si cette séparation est trop dure pour vous, que vous vous sentez mal, vide, perdue... n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psy

Vous aimerez aussi ces articles : 

*Source : nannysecours.com

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Cachez ce téton que je ne saurais voir ! Qu'ont-ils donc de si gênant ?

Avez-vous remarqué combien les seins, et particulièrement les tétons des femmes, sont censurés ? Notamment sur les réseaux sociaux, Instagram étant le spécialiste de la censure des tétons. Je suis beaucoup d’artistes faisant du nu artistique, la plupart doivent flouter les tétons des femmes, alors que ceux des hommes non… Pourquoi faut-il qu’on cache nos tétons ? Qu’ont-ils donc de si gênant ?

Comment savoir si je suis transgenre ? #identite

Il y a quelques années, je discutais avec un ami qui m’a confié s’être posé plusieurs fois des questions sur son identité. Son genre assigné à la naissance était “homme”, mais lui se sentait plus “femme”. Être transgenre, c’est ressentir un décalage entre le genre assigné à la naissance et son ressenti. Je pensais que c’était quelque chose que l’on savait au fond de soi, depuis toujours, mais en réalité, mon ami m’a fait comprendre que c’était beaucoup plus complexe que cela. Alors comment savoir si on est transgenre ? Explications.

Comment gérer un passif-agressif ? 5 astuces imparables

Ils procrastinent, boudent pour un rien et rejettent la faute sur vous ? Les passifs-agressifs ont de quoi nous rendre fou. Personnellement, au lieu de rentrer dans leur jeu malsain, je garde mon calme et réagis intelligemment… Et ça fonctionne ! Découvrez 5 astuces pour gérer les comportements passifs-agressifs.

7 aliments à mettre dans votre assiette pour une peau parfaite

J'ai la peau mixte et j'adore manger. Vous vous dites quel est le rapport... Eh bien, c'est une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce qu'une peau parfaite, ça passe aussi par l'assiette. Pas la peine d'installer le frigo dans la salle de bains, mettez juste le cap sur les crevettes, les framboises ou les tomates.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici