Mes enfants me manquent, comment gérer la garde alternée ?

Les couples séparés ou divorcés connaissent les usages de la garde alternée, mais ne sont jamais réellement préparés. Mes deux petits bouts ont laissé un vide derrière eux, on ne s’en rend pas forcément compte (enfin, quand même un peu !) mais des enfants, ça occupe énormément. Et je ne parle pas du manque affectif… Qu’est-ce qu’une maman à mi-temps fait le reste du temps ? Mes enfants me manquent... 10 astuces pour gérer la garde alternée.

Sommaire :

« L’absence sépare sans désunir les cœurs. » 

Gabriel Girard

10 astuces pour combler le vide laissé par la garde alternée

Parce que quoi qu’il arrive, il faut avancer…

1. Je planifie des rendez-vous téléphoniques

📅 Ou des appels facetime puisque l’ère digitale dans laquelle nous vivons nous le permet. Tous les mercredis, ou quand ça nous arrange, ce sera « l’appel de maman à ne manquer sous aucun prétexte ». Si mes enfants sont bien équipés avec leurs smartphones, on peut aussi s'échanger des SMS, des photos de nous, de notre dessert ou tout ce qui pourrait maintenir le lien.

2. Je m’occupe au maximum

Le but de la manœuvre est d’éviter de penser à mes petits loups, sauf si j’arrive à le faire en étant apaisée. Il existe tellement de façons positives d’occuper son temps libre, que je ne vais pas le passer à me lamenter. 🏃 Chausser mes baskets et partir courir pour me vider la tête, me cultiver, venir à bout de cette liste de « films et séries à voir » … Je pourrais même me découvrir une passion à transmettre à mes enfants !

3. Je m’organise pour n’avoir rien à faire quand ils sont là

Ménage, courses, rangement, tâches administratives… Je m’arrange pour accomplir toutes ces missions quand ils ne sont pas là. Ainsi, quand viendra mon tour de garde, je n’aurai rien à faire, excepté profiter de leur présence.

4. Je continue de faire vivre mes enfants

Après mon divorce, j’ai tenu à ce que mes enfants possèdent leur propre chambre, pour qu’ils aient le sentiment d’être chez eux. Cette chambre va à son tour me servir puisque quand ils ne sont pas là, je continue d’ouvrir et fermer leurs volets, je leur dis bonjour ou bonne nuit, et la présence de leurs affaires me les rappelle.

5. Je les expose fièrement en photo

Dans des cadres, sur un porte-clefs, au bureau ou même en fond d’écran, j’affiche les petites bouilles de mes enfants, pour les voir régulièrement malgré tout. Selon le dicton, ils sont toujours plus sages en photo.  😉

6. Je m’entoure

La tristesse me pousse parfois à me renfermer, mais combler ce sentiment de solitude et de vide me fera le plus grand bien. Amis, famille, collègues ou voisins, la présence de personnes proches réchauffe toujours le cœur, et une vie sociale active me permettra de penser à autre chose. Bye bye la routine, bonjour les bons moments !

7. Je me crée un bel espace de vie

Ma maison n’est plus la même quand mes enfants sont absents… Mais ce n’est pas une raison pour vivre dans un lieu qui m’évoque de la tristesse ! Dans mon esprit, je dois associer mon chez-moi avec un endroit dans lequel je me sens bien. Aménagement, décoration ou bricolage, je m’occupe de mon intérieur pour pouvoir me ressourcer, même une fois seule.

8. J’entretiens de bonnes relations avec mon ex-conjoint

Par respect pour notre relation passée, pour les enfants, et parce que nous sommes entre adultes, on peut entretenir des rapports cordiaux. Même si les sentiments ne sont plus là, il peut y avoir entre nous une forme de compassion et de respect. Compassion qui me permettra d’obtenir des photos de temps en temps, des coups de fil imprévus ou de leur faire une visite surprise à la sortie de l’école alors que ce n’était pas mon tour !

9. Je mets en place des rituels quand ils reviennent

Se retrouver autour d’un goûter gourmand, d’un apéro-sirop, d’une série pour enfant ou d’un numéro de leur magazine préféré sont autant de moments de complicité à partager. Chacun d’entre nous attendra ce moment avec impatience ! De quoi profiter pleinement du moment présent tout en  se construisant de beaux souvenirs.

10. Je prends du recul et j’apprécie la solitude

On ne dirait pas comme ça, mais la solitude peut être positive ! En me retrouvant seule avec moi-même, je m’observe, j’apprends à me connaître et à m’apprécier. Et cerise sur le gâteau, je suis fière de m'en sortir. Être bien sans personne permet d’être bien avec les autres, et je le remarque à travers mon attitude plus détachée, plus apaisée.

L'avis de la rédaction : donnez-vous du temps

Comme l'explique la coach Mélanie Dugas, il est important dans un premier temps que les parents soient à l’aise avec le modèle de garde choisi. Car chaque modèle a ses avantages et ses inconvénients. Il faut penser à l’enfant certes, mais il ne faut pas s'oublier ! Les enfants sont des êtres sensibles et si vous êtes confortable avec un modèle, et que vous parvenez à bien le vivre votre enfant le ressentira et saura s’adapter.  Il faut être conscient que c’est un ajustement pour tout le monde. La séparation n’est jamais une situation facile. Les parents, tout comme les enfants, ont un deuil à faire, alors donnez-vous le temps de vous habituer à cette nouvelle vie. Et rappelez-vous qu'un lien indestructible vous lie à votre enfant, alors vous ne serez jamais complètement séparés ! 👉 Et si cette séparation est trop dure pour vous, que vous vous sentez mal, vide, perdue... n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe

Contacter un psy

Vous aimerez aussi ces articles : 

*Source : nannysecours.com

Article proposé par
Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Les commentaires

Nos derniers articles

10 citations sur la solitude : en tête à tête avec moi-même

La solitude peut être la cause d'une grande souffrance. Se sentir seule, face à soi-m...

Lire

Le complexe de supériorité ou l'illusion de la supériorité

C'est une personne qui semble n'aimer personne plus qu'elle-même. Elle parle souvent ...

Lire

L’horreur des thérapies de conversion

S’il y a bien quelque chose que je trouve normal, c’est d’aimer qui on veut, peu impo...

Lire

Test d’amitié : connaissez-vous bien vos amis ? 50 questions pour le découvrir

Un jour, j'ai appris qu'une amitié sur deux n'était pas réciproque. Ce chiffre est as...

Lire

Mauvaise foi : à petite dose oui, sinon on oublie !

Ahh la mauvaise foi, je pense que tout le monde en a fait preuve un jour ou l’autre. ...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici