"Je suis overbookée", pourquoi adore-t-on le dire ?

« Je suis sous l’eau », « je n’ai le temps de rien », « boire un verre ? Attends, je check mon agenda et je vois si je peux caler ça ». Vous l'aurez compris, j'adooooore me la jouer overbookée en permanence mais pourquoi donc ? Qu'est-ce que ça dit de moi ? Explications !

D’un point de vue extérieur, il est facile de vous imaginer plongée en apnée dans le royaume impitoyable de l’entreprise où seuls règnent les grands requins, et où seuls survivent les spécimens en votre genre, passés maître dans l’art du jonglage : tablette, ordinateur, smartphone… Enchaînant Powerpoint, Confcall, To do list, rétroplanning… Enchaînée aussi un peu à ce bureau qui selon certains dires, vous suivrait jusqu’à votre domicile…quand vous trouvez le temps d’y rentrer. Bref cette réputation vous l’avez construite vous-même car vous vous déclarez continuellement « overbooké » auprès de vos proches, et en plus vous adooooorez le dire. Mais savez-vous pourquoi ?

Sommaire : 

🧠Immersion dans la tête d’une personne auto-déclarée « Overbookée »

Dire que l’on est sollicité pour être mieux perçu socialement

Selon une étude américaine, très sérieuse, effectuée par des chercheurs de l’Université de Harvard auprès de leurs concitoyens, l’inconscient collectif entretient l’idée selon laquelle : plus nous sommes occupés, plus notre niveau social est important et mieux nous sommes perçus par notre entourage. L’époque et la société dans laquelle nous vivons, exigeante et en constante évolution, nous imposeraient donc leurs rythmes. A contrario l’oisiveté serait perçue comme un mal qu’il ne faut surtout pas attraper.

Et ce n’est pas l’océan qui nous sépare qui fait prendre l’eau au modèle américain que nous adorons suivre pour le meilleur et pour le pire… C’est pourquoi nos curriculums vitae ne révèlent que très rarement des périodes sans activité professionnelle, quitte à jouer un peu sur les dates. On nous l’a appris très tôt : devoir justifier d’une période dédiée à toute autre activité, aussi riche d’enseignements soient-elles, pourrait s’avérer disqualifiant…

>>> Cet article devrait vous plaire : "Tu fais quoi dans la vie ?" Je fais de mon mieux ! 

👉 Les lois de la toute-puissante économie de marché nous imposeraient donc un modèle de reconnaissance sociale. Ainsi nous éprouvons le besoin et la satisfaction de communiquer sur notre contribution acharnée au succès de cette société. Cela nous fait nous sentir indispensables et reconnus aux yeux des autres tant en milieu professionnel que personnel.

Un marqueur culturel

Si le modèle américain peut traverser les océans, il peut également se heurter à quelques barrages. En Italie par exemple, on se base sur une toute autre approche du sujet. Cette hyper activité professionnelle, loin d’être prolifique, pourrait être révélatrice d’un manque d’organisation.

En effet, en Italie, une étude similaire à l’étude américaine évoquée précédemment, a démontré que le loisir est davantage valorisé sur le plan social. Pour les Italiens, le must de la réussite serait de parvenir à équilibrer vie professionnelle et vie personnelle. Ainsi avoir du temps libre et se permettre le luxe d’avoir des loisirs permettraient aux Italiens de bénéficier d’une image sociale plus élevée. 

👉 Une question de point de vue ? Oui mais pas uniquement. Une éducation basée sur la réussite et la performance peut également conditionner toute notre vie professionnelle d’adulte.

Une éducation basée sur la performance : Construction autour de la peur du vide

Souhaitant préparer au mieux leur enfant pour la vie future et pensant bien faire, certains parents imposent à leur enfant une pression et des exigences très élevées faisant d’eux des bêtes à concours dès leur plus jeune âge :

  • Course aux bons résultats à l’école
  • Cours privés
  • Activités extra-scolaires visant à favoriser les facultés intellectuelles

Une charge de travail supplémentaire et des activités ciblées allant souvent à l’encontre des désirs et besoins de l’enfant. Pourtant après de longues journées d’école, un enfant a besoin de pratiquer une activité « plaisir », et si possible de son choix, une activité qui lui permette de se libérer du stress, de s’épanouir, de se découvrir de nouveaux talents, et de favoriser ses liens sociaux. Autant de facteurs qui visent à améliorer l’équilibre de l’enfant. L’ennui et les bêtises faisant aussi partie de cette construction !

En grandissant les enfants conditionnés à la performance de résultats conservent profondément ancrées en eux les exigences et projections de leurs parents. Ils ressentent le besoin d’être (hyper) actifs pour se sentir vivants, compétitifs, en adéquation avec ce que l’on attend d’eux malgré les difficultés et la fatigue qu’impose un tel rythme. En proclamant leur épuisement à l’entourage, ces working girls and boys réclament donc de la reconnaissance, et de l’amour. Mais attention, suivre un tel rythme n’est pas sans risque.

Attention danger : le burn-out

La fatigue psychique et physique qu’engendre ce rythme infernal ne laisse pas le temps à la remise en question de ce mode de fonctionnement. Il faut souvent attendre le « burn-out » pour comprendre l’ampleur des dégâts sur notre santé et souvent aussi sur notre vie personnelle. Overbooké? Et s’il était temps de lever le pied et de revoir vos priorités ?


L’avis d’Emilie : Il est temps d’apprendre à lâcher prise

Pour durer sur la longueur, privilégiez votre équilibre. Arrêtez-vous un instant et prenez le temps de souffler. Vous ressentez la peur du vide, le besoin vital de remplir votre agenda ? Alors que pensez-vous de commencer par vous consacrer à une activité qui vous permettra de prendre du recul et de vous recentrer ? La méditation ou le yoga pourraient fortement vous aider dans l’apprentissage du lâcher prise. Savez-vous que beaucoup de chefs d’entreprise, ou de grands sportifs pratiquent ce genre d’activités pour gagner en sérénité et en efficacité ? Et si cette programmation au succès est trop profondément ancrée en vous, que vous ne voyez plus vos amis, que vous ne pouvez envisager de sortir la tête du guidon malgré toute la pression et la fatigue ressenties, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un psychologue ou un thérapeute. Ils sauront déterminer l’origine du problème et sauront vous aider à retrouver un juste équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie personnelle.

Contacter un psychologue

Et maintenant, apprenez à profiter de l'instant présent.

Mais aussi :

Article proposé par
Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Les commentaires

Nos derniers articles

6 astuces pour vaincre définitivement sa timidité 💪

L'idée de parler en public, ou d'aborder des inconnus me fait perdre tous mes moyens....

Lire

Journal de gratitude : mode d’emploi pour bien le tenir

Plus efficace qu’une tisane devant une série, mon journal de gratitude me rend heureu...

Lire

L’horreur des thérapies de conversion

S’il y a bien quelque chose que je trouve normal, c’est d’aimer qui on veut, peu impo...

Lire

Test d’amitié : connaissez-vous bien vos amis ? 50 questions pour le découvrir

Un jour, j'ai appris qu'une amitié sur deux n'était pas réciproque. Ce chiffre est as...

Lire

Mauvaise foi : à petite dose oui, sinon on oublie !

Ahh la mauvaise foi, je pense que tout le monde en a fait preuve un jour ou l’autre. ...

Lire

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici