Au secours, je suis incapable de garder un secret !

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Ma meilleure amie a une aventure avec une personne qui n'est pas son conjoint. Quand elle me l'a avoué, il a suffi qu'elle ajoute "n'en parle à personne" pour que son secret me brûle les lèvres. En rentrant chez moi, j'avais à peine posé mon sac à main que je révélais déjà cette confidence à mon conjoint, mais je ne l'ai dit qu'à lui... promis !

Au secours, je suis incapable de garder un secret !
Sommaire : 

Avec le secret, c'est la taille qui compte

Si on y pense, il y a différentes façons de révéler un secret, en gaffant, en voulant se faire remarquer, par habitude de tout partager ou par besoin. Je ne suis pas gaffeuse. Vous pouvez donc me révéler vos petites habitudes dégoûtantes, ce qui vous fait honte ou ce qui vous gêne, je n'en ferais rien. Sur ce point, on peut me faire confiance... Enfin presque 🙄. Mais avouons quand même que si certains secrets une fois révélés ne changent pas la face du monde, ils peuvent faire sensation.

garder un secret

J'adore l'effet que fait un bon secret révélé.

Quand j'étais étudiante, j'ai sympathisé avec Marianne, qui m'a un jour avoué qu'elle était toujours vierge, à 22 ans et qu'en plus, elle était amoureuse de notre (cinquantenaire) prof de littérature. Je l'ai écouté, j'ai compati, je l'ai rassuré, peut-être même conseillé et lors d'une soirée avec mon groupe de copine habituelle, j'ai tout balancé. Non, ma langue n'a pas fourché. Il se trouve que c'était une bonne histoire, que j'adore les bonnes histoires, qu'ici, personne ne connaissait Marianne et que j'adore capter un auditoire. Se faire mousser avec un minimum de risques à prendre, c'est exquis 😋. Même si, j'avoue que parfois le besoin d'être aimée et d'exister aux yeux des autres peut me pousser à prendre des risques plus importants et à révéler des secrets au sein d'un même groupe d'amis ou de collègues.

Quand j'ai un plus gros secret à garder, quelque chose d'important, que l'on me confie parce qu'on me fait confiance, les choses se compliquent. Je suis tiraillée entre l'envie d'être une amie fiable et l'envie de révéler ce truc énorme que je sais. Il est évident que certains secrets sont plus difficiles à garder que d'autres et pour moi qui ne suis pas hyper pudique, qui n'est pas grand-chose à cacher, pas toujours facile de savoir à quel point un secret est important pour l'autre ou pas.

Pourquoi je n'arrive pas à garder un secret ?

Les difficultés à garder un secret sont multiples. Moi j'aime faire sensation, j'aime que les gens soient pendus à mes lèvres et en plus, j'ai grandi entre une mère et une grand-mère qui adoraient se faire des messes basses et parler dans le dos des autres. Pour moi, ce type de communication était presque normal. Je pensais que tout le monde partageait tout, que chez moi, on n'avait rien à cacher. Et puis, j'ai appris, par hasard, que mon grand-père était infidèle... ah ben ça, on me l'avait caché. Comme quoi !

Et puis, certains secrets sont tout simplement trop lourds à porter. Il y a ceux qu'on vous balance comme une patate chaude parce qu'il devenait trop pesant pour l'autre, ceux qui vous encombrent l'esprit au point d'en perdre le sommeil, de ruminer, d'avoir du mal à se concentrer ou d'être tout le temps très fatiguée et ceux qui se confrontent à votre sens moral. Pour faire face à ces secrets trop durs à garder, il faut prendre du recul et analyser les choses.

Comment négocier avec un secret trop lourd à porter ? Quelles sont les limites ?

Comme je sais que j'ai du mal à garder les secrets et que bizarrement on continue de m'en confier 🤷‍♀️, je me suis imposé quelques règles. Tous mes proches savent, par exemple, que s'ils me confient un truc un peu important, mon mari sera au courant (c'est beau l'amour 🥰). Sauf demande expresse, si vous avez du mal à garder les secrets, il vous faut un déversoir de confiance. Quelqu'un qui peut écouter les confidences qui vous brûlent les lèvres, sans risquer de tout répéter (n'importe comment) à son tour. En bref, il vous faut un panier à patates chaudes. Après tout, si on y pense, la personne qui nous livre un secret cherche quelque part à se débarrasser de quelque chose qui est trop lourd pour elle. Quand mon frère m'a confié son homosexualité, je suis intimement persuadé qu'il désirait, même inconsciemment, que je sois celle qui l'annonce à nos parents. Il me déléguait sa responsabilité, donc moi, j'ai partagé la charge !

Pour les secrets vraiment lourds et ceux qui vont à l’encontre de nos valeurs morales, c’est plus compliqué. 🤐

Quand le secret de l'autre nous prend la tête, qu'il devient notre obsession au point que notre bien-être est remis en question, c'est que nous sommes à la fois dans l'empathie et dans l'impuissance. L’enjeu ici c'est tout d'abord de tenter de se détacher. Il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas de notre secret à nous, c'est le secret de l'autre. On peut se faire aider par un psy dans ce travail de détachement qui peut être assez culpabilisant. Ensuite, il faut se montrer honnête avec la personne qui nous a confié le secret. Lorsque les secrets des autres sont trop lourds à porter on peut tout à fait les aider à se délivrer, à les raconter. On pense par exemple aux secrets de famille qui peuvent peser lourd, mais plus on essaie de cacher longtemps un secret et plus il sera dur à révéler et à comprendre.

Est-ce qu’on doit vraiment garder un secret ?

Oui et non. Pouvoir se confier à quelqu'un c'est important. Savoir garder une partie de l'intimité de l'autre, ça l'est tout autant. Être une personne fiable fait de vous une personne de confiance et c'est plutôt bénéfique pour la vie sociale. Cependant, rien ne nous oblige à garder un secret, mais là encore, tout est affaire de taille... et de contexte. Une amie qui vous confierait qu'elle a commis un crime 🪓, vous rendrait de fait complice de ce crime. Est-ce que votre loyauté va jusque-là ? Sans forcément parler de crime, quand une confidence vient heurter nos valeurs, c'est un véritable conflit de loyauté qui se pose.

Et puis il y a aussi les secrets contraints dans des relations sous emprise, des confidences imposées. Quand, par exemple, un parent incestueux va dire à l'enfant de "garder notre petit secret". Nous sommes tous d'accord pour dire qu'ici il s'agit d'un secret qu'il vaudrait mieux révéler.

Finalement, la véritable chose à comprendre c'est qu'il n'y a aucune obligation à recevoir un secret. Il faut apprendre à connaître ses limites et les prendre en compte. Recevoir un secret, c'est toujours flatteur. On se sent intégrée, choisie, privilégiée, mais avant d'accepter d'entendre les confidences de l'autre il faut faire son autoévaluation et de fait se montrer honnête avec l'autre : "Ne m'en dis pas plus, je ne sais pas garder un secret.", "C'est une confidence importante, que tu m'as faite. J'y pense souvent, tu es sûre de ne pas vouloir révéler ce secret."

ne me dis pas ton secret

Peut-être que tu ne devrais pas me dire ton secret...

Révéler un secret, volontairement ou involontairement peut nuire à notre relation avec celui qui nous l'a confié, mais si on est incapable de garder un secret, il faut communiquer sa faiblesse et la faire comprendre à l'autre ou travailler sur soi. C'est selon les capacités de chacune !

L'avis de la rédaction : une charge lourde à porter

On a toutes un jour ou l'autre balancé un secret pour avoir quelque chose à dire, se faire mousser ou parce que celui-ci était trop lourd à porter. Garder un secret peut être une charge étouffante en fonction du secret et des personnes impliquées au point que cela nous tracasse, voire nous empêche de dormir. Si vous rencontrez un cas de conscience ou que vous n'avez personne avec qui partager votre secret, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin de pouvoir partager ce poids avec une personne de confiance. Votre secret sera bien gardé et vous vous sentirez bien plus légère... 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant ! 
#BornToBeMe


Contacter un psychologue

Le problème aussi, c'est surtout que j'ai sans cesse besoin d'attention, mais pourquoi ?

Et aussi :

Sources : DoctissimoFemme Actuelle

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube