8 signes pour reconnaître une dépendance affective

Mis à jour le par Justine Guilhem

Derrière ce terme se cache un vrai trouble. Une addiction qui me coûte un grand nombre de relations... J'ai toujours besoin d'une présence, et si elle me rassure sur demande c'est encore mieux. Cette envie d'être accompagnée, aimée cache quelque chose. Découvrez 8 signes précurseurs de votre dépendance affective.

8 signes pour reconnaître une dépendance affective

Sommaire :

« La dépendance affective habite dans la poitrine des soumis. » - Maître Reiki

8 signes qui prouvent que je souffre de dépendance affective

Quand la dépendance me paralyse…

1. Je ne suis pas capable d’être heureuse seule

Je dirai même plus, l’idée de me retrouver sans ma moitié m’angoisse. Comme si une peur bleue de l’abandon planait au-dessus de ma tête… S’il m’annonce qu’il va rentrer tard ou qu’il part en week-end avec des amis, je suis incapable de prévoir un programme sympathique de mon côté, ou d’apprécier le temps que je pourrais passer seule, à me ressourcer. Dépendante affective et seule, je m’ennuie et n’arrive pas à être productive. 👉Prenez garde aux relations fusionnelles, ce jeu dangereux.

2. Je manque cruellement de confiance en moi

À tort, je ne pense pas mériter l’amour qui m’est donné. Je ne trouve pas que ma personne est si exceptionnelle que ça, alors pour pallier ce manque je me plie en quatre pour me rapprocher de l’image de la petite femme parfaite. D’ailleurs pour assouvir ce besoin viscéral de plaire, je dis oui à tout… Mais où est passée ma vraie personnalité ?

⚠ Attention : 

Le manque de confiance en vous induit un manque de confiance en l’autre. Besoin d’avoir accès à ses mots de passe, de savoir où il est et avec qui… De fil en aiguille, vous êtes tout le temps en train de psychoter par peur d’être abandonnée.

3. Je fais pour tout éviter le conflit

Encore une fois au détriment de ma personnalité, j’évite tout désaccord et tout ce qui pourrait mener au conflit. La peur d’être rejetée, exclue, ou qu’on m’en veuille est plus forte que mon intégrité. Ah si seulement j’arrivais à enfin m’affirmer et à dire non….

4. Je suis une proie facile pour les personnes toxiques

Puisque je me crois indigne d’être aimée, je suis capable de rester avec un de ces pervers narcissiques et d’accepter l’inacceptable. Ses comportements violents, excessifs et manipulateurs, je les supporte puisqu’en contrepartie il reste avec moi et m’accorde un peu d’importance.

5. J’utilise le chantage affectif pour obtenir ce que je veux

En amour, en famille ou entre amis, je suis extrêmement possessive. Concrètement, si je ne suis pas au centre de l’attention ou si j’ai l’impression qu’il se passe quelque chose sans moi, je perds pied. C’est alors que j’use de moyens affectifs pour que mon petit monde se soumette à mes décisions.

📌

« Si tu pars en vacances sans moi, tout est fini. » « Si tu m’interdis d’aller à cette soirée, je m’enfuis » … sont des phrases qui sortent bien trop souvent de ma bouche. Chantage affectif, stop à la manipulation !

6. Je me nourris de compliments

Tu m’aimes ? Tu me trouves belle ? Cette tenue te plaît ?

Voici le genre de questions redondantes que mon partenaire entend 10 fois par jour, soit dès que j’ai besoin d’être rassurée. J’ai conscience que cela doit le fatiguer, en plus de lui donner l’impression de ne pas être assez attentionné, mais c’est plus fort que moi…

7. Je n’arrive pas à prendre de décision seule

Ma dépendance affective me freine dans toutes mes initiatives. Qu’il s’agisse d’un petit détail comme de ma tenue du jour, ou du lancement d’un projet qui me tient pourtant à cœur, je n’ose pas me lancer si je n’ai pas l’approbation de celui dont je me sens dépendante. Comme si j’avais peur du moindre faux pas.

8. Je ne supporte pas les critiques

Si au travail on me dit que mon travail aurait pu être approfondi, j’ai l’impression qu’on s’attaque directement à moi et à ma valeur. Si un ami décommande notre rendez-vous, je suis persuadée qu’il ne veut plus me voir. Chaque remarque constructive, chaque propos remettant en cause mes actions, et chaque mot qui ne va pas dans mon sens me blesse profondément.

🎥 Eudes Séméria, psychologue clinicien et psychothérapeute nous parle de dépendance affective

null

"Tout est ramené à l'abandon. "

L’avis de la rédaction : les dépendants affectifs ne s’écoutent pas assez

Cette situation, aussi handicapante soit-elle, est fort heureusement réversible. Selon Sylvie Tenenbaum, auteure du livre Vaincre la dépendance affective, « Si les dépendants affectifs se montrent extrêmement attentifs aux autres, ils demeurent le plus souvent sourds à leurs propres désirs. » En effet, c’est aux autres qu’ils cherchent à plaire en obéissant à des diktats qu’ils se sont imposés (ceux-ci trouvent sûrement leur source dans leur éducation). Ainsi ils agissent comme ils pensent devoir agir et non comme ils ont envie de le faire. L’essentiel étant de maintenir l’image qu’ils veulent donner aux autres ! Mais derrière cette apparence parfaite, leurs besoins et envies sont étouffés de peur de déplaire. Les autres sont les seuls à pouvoir les rassurer et leur donner l’impression d’exister. Pour s’en sortir, c’est donc ce côté qu’il faut creuser, être en paix avec soi-même, c’est la première étape pour être en paix avec les autres. Si vous vous êtes reconnu dans ces signaux, que vous pensez souffrir de dépendance affective, prenez rendez-vous avec un psychologue afin de comprendre l'origine de ce comportement et mettre en place de nouvelles habitudes qui vous permettront de vous épanouir dans vos relations. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psy

*Source : parlerdamour.fr

Une des clefs résiderait donc dans l’estime de soi, si vous en manquez découvrez comment développer la confiance en soi !

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Le trouble d'adaptation : causes, symptômes et traitement

La vie est faite de choses inattendues. Parfois, on a des jolies surprises, parfois, on vit des événements traumatisants. Ces derniers peuvent aboutir à ce qu’on appelle un “trouble d’adaptation”. Je l’ai vécu lors du décès de ma mère, le choc était tellement immense que je n’arrivais plus à gérer. Si vous avez l’impression d’être dans une période très difficile après un choc, peut-être que vous êtes concerné aussi par le trouble d’adaptation. Parlons-en.

Femmes cougars, oui et alors ? Fichez-nous la paix !

“Toi t’es une cougar !” Oui enfin… Mon mec et moi, on n'a que 5 ans de différence. On me dit ça, car évidemment, je suis la plus vieille. Et ça me rend dingue qu’on me mette cette étiquette de cougar, même si au début ça pouvait me faire sourire. En fait, je me suis aperçue à quel point ce terme était sexiste et mal venu. Alors quitte à être comparées à un prédateur sans pitié, sortons les griffes et montrons à quel point il faut nous foutre la paix !

La lettre d'amour, la plus belle des déclarations que l'on puisse faire

Si j'avais une devise dans la vie, ce serait sûrement : "puisque je t'aime, alors je te l'écris." A mon mari, à mon fils, j'écris des lettres d'amour à ceux que j'aime, mais je dois bien reconnaître que parfois, même si les sentiments sont sincères et profonds, les mots ne viennent pas et on reste muets. Pas de quoi en faire un drame, il faut seulement s'inspirer... et lâcher-prise. L'amour c'est naturel, écrire une lettre d'amour l'est aussi, croyez-moi !

"On mange quoi ce soir ?" L'application Jow a la réponse !

Tout à coup, il est 16h et ça me prend, comme une urgence : "qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Et aussi demain à midi, tant qu'on y est". Et je me retrouve à visualiser mon butternut, mon sachet de parmesan râpé et mes 3 œufs, en quête d'une inspiration soudaine... Sauf que je ne suis pas dans Top Chef. Si mon jury reste intraitable, les idées fusent moins vite dans mon cerveau de cheffe à domicile...

Pourquoi faire le ménage peut (vraiment) nous faire du bien ?

Pendant ma vingtaine, je n'aimais pas faire le ménage. Je trouvais que c'était pénible et une perte de temps ! Bien sûr, je le faisais quand même, car il n'était pas question de vivre dans la saleté. Maintenant que je suis trentenaire, j'adore ça ! Il faut dire que j'ai appris à voir les aspects positifs du ménage en vieillissant. Alors pourquoi le ménage peut vraiment nous faire du bien et être en quelque sorte, une thérapie ? Je vous explique !

Coucher avec un collègue ou son boss, jeu dangereux ?

Ça m’est déjà arrivé d’avoir un crush au travail. Franchement, si je n’avais pas appris par la suite qu’il était en couple, j’aurais mis le paquet pour le séduire. Sauf que voilà, on connaît bien la règle du “No zob in job”, qui veut littéralement dire que c’est une mauvaise idée de coucher avec un collègue, voire pire, son boss ! Est-ce que c’est vraiment un jeu si dangereux que ça ? Qu’est-ce qu’on risque si on est pris la main dans le sac ? Je vous explique tout (eh oui, je m’étais renseignée avant de foncer) !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi je prends tout mal ? Comment Gérer sa Susceptibilité ? - Conseils du Dr Jean Doridot 🧠💬

15 avril · Wengood

8:57


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube