Le Sisu : l'art finlandais du courage qui gagne à être connu

Mis à jour le par Justine Guilhem

Savez-vous quel est le pays qui est le plus heureux au monde ? C’est la Finlande ! Oui, pour la sixième année consécutive, un de nos voisins d’Europe du Nord est désigné comme pays où les gens sont le plus heureux. Peut-être est-ce dû à leur art unique du bonheur, le “sisu” ? Il nous permettrait de nous reconnecter à nous-mêmes, d’honorer notre énergie, notre volonté et notre capacité d’adaptation. Alors cap sur le sisu pour être heureux·se. !

Le Sisu : l'art finlandais du courage qui gagne à être connu
Sommaire : 

Les origines du sisu finlandais

Dans une époque où nous sommes tous à la recherche du bonheur, le "sisu" se révèle être un précieux allié 👀. Malgré sa difficulté à traverser les frontières finlandaises, il fait de plus en plus d’adeptes dans les autres pays !

Si personne ne connaît son origine exacte, une chose est sûre : le mythe du sisu s’est développé lors de la seconde Guerre Mondiale. La Finlande, envahie par l’Union soviétique en 1939, a prouvé la force du sisu pendant la guerre d’hiver. En position de force, les Russes comptaient beaucoup plus d’effectifs que les Finlandais, et pourtant une chose a tout fait basculer en faveur du pays des Mille Lacs. Le sisu, leur art du courage, leur a permis de triompher et de faire reculer les troupes ennemies ✊ !

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Le Hygge : la recette Danoise du bonheur qu'on adore

Qu’est-ce-que le sisu ?

Le terme sisu n’a pas d’équivalent en français. Il pourrait néanmoins se rapprocher des "tripes". La force prendrait sa source dans le ventre. Il s’agit alors de l’aptitude à dépasser nos limites perçues et à exploiter nos réserves de courage. Plusieurs traits de caractère sont indissociables avec le sisu comme, par exemple, le courage, la bravoure, la volonté, la ténacité, la résistance, le stoïcisme et la résilience. Cette vertu finlandaise est d’ailleurs décrite dans un livre de l’auteure Joanna Nylund "Sisu, l’art finlandais du courage".

Le saviez-vous ? 

Le sisu est un vrai symbole national en Finlande. Il fait partie des trois « S » qui caractérisent le pays : « Sisu, sauna, salmiakki » (le dernier étant une friandise salée).

Comment adopter le sisu ?

Vivre avec le sisu, c’est sortir des sentiers battus et se forcer à changer ses habitudes au quotidien. Il vaut mieux avancer pas à pas vers un objectif plutôt qu’accomplir un exploit héroïque. 

Il est donc essentiel de se fixer des objectifs adaptés à ses capacités. Pour atteindre la persévérance, la valeur fondamentale reste la patience. C’est se donner la force d’avancer tous les jours, même lors de moments difficiles, le tout avec sérénité, courage et persévérance. 

Il faut alors gérer son stress et son anxiété. Le sisu nous pousse à contrôler nos peurs et à tempérer notre panique. Les émotions négatives ne doivent pas nous paralyser. Il ne faut pas fuir les problèmes, mais y faire face pour trouver des solutions adaptées.

Bougez pour adopter le sisu ! 🤸‍♀️

Difficile d'apprivoiser le Sisu pour un non finlandais ! Commencez donc par bouger dès que possible : oubliez l'ascenseur, préférez les marches, sortez le vélo dès que possible pour faire les courses ou vous rendre au travail, baladez-vous en forêt, qu'importe la météo. Ne laissez pas les éléments décider pour vous, affrontez le froid, la pluie ou même la neige. C'est en sortant de votre zone de confort que vous dynamiserez votre existence et que vous gonflerez votre courage intérieur 💪.

👋 Cet article pourrait vous intéresser : Le lagom suédois, ou comment vivre bien avec peu !

Des valeurs fondamentales

Avec le sisu, entretenir des relations honnêtes et intègres est primordial. Il faut se montrer à l’écoute et respectueux. Se respecter les uns les autres, mais aussi soi-même, c’est gagner en qualité de vie 🥰. C’est d’ailleurs une vertu fondamentale pour les Finlandais. L’essentiel pour le sisu est donc d’avoir essayé, et en cas d’échec, d’accepter sa défaite sans se dénigrer. La résilience est la condition sine qua non pour un sisu complet. L’échec nous permet d’apprendre et de mieux avancer dans la vie.

Le sisu est applicable dans tous les domaines de la vie, que cela soit au travail, dans les relations avec les autres ou encore dans l’éducation. Pour conclure, nous pouvons dire que le sisu nous pousse à écouter notre intuition et à ne pas avoir peur du regard des autres. L’indépendance et la liberté sont au cœur de cet art de vivre.

L'avis de la rédaction - Sortir de la négativité ambiante

Il est toujours intéressant d'apprendre les philosophies de vie des pays voisins. Surtout qu'en France, le climat est à la morosité et au pessimisme. Se focaliser sur le positif et se fixer des objectifs atteignables peut donc aider à se sortir de cette négativité. Néanmoins, si vous sentez que vous avez des difficultés trop pesantes et que ce n'est plus gérable pour vous, vous devez demander de l'aider. La thérapie est un bon moyen de se sentir mieux et d'aller véritablement de l'avant, alors n'hésitez plus ! 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un thérapeute

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube