FODA - fear of dating again : la peur des rencards post-covid

Mis à jour le par Lauriane Amorim

FODA c'est "the fear of dating again", à savoir, la peur des rendez-vous amoureux post-covid. Je crois que tout est dit ! Pour les célibataires, l'heure n'est pas à la débauche et à la galoche quoi qu'il en coûte, mais plutôt au repli sur soi et surtout à la peur du rencard. La crainte d'être contaminée ? Oui, mais pas seulement...

FODA - fear of dating again : la peur des rencards post-covid
Sommaire :

Crise sanitaire et salutaire ?

Loin de moi l'idée de vous vanter les avantages d'une pandémie, mais la solitude imposée pouvait, parfois convenir à certains. Il y a visiblement bien longtemps que chercher l'amour n'est plus une gentille promenade guillerette, mais bel et bien un parcours du combattant avec ce que ça engendre comme stress et comme anxiété. Alors que le couple continue de représenter le climax d'une vie, le but à atteindre, sur les applis de rencontre ou dans la vraie vie, la concurrence est rude, voire désespérante pour certains 😥. 

Protégé par des confinements et des mesures barrières, même si la chaleur humaine manque, au moins, la course à la recherche de la personne idéale faisait une pause. C'est qu'à force de swiper toujours vers la droite, on s'épuise à essayer de trouver toujours mieux. Finalement, être seul, ça protège de pas mal de désillusions 👀 !

FODA : peur de la contamination ou anxiété de la rencontre

Le premier rencard en période de coronavirus n'a rien de simple et peut provoquer quelques angoisses 😱. C'est sans doute la raison pour laquelle, il semble de plus en plus séduisant de mettre à jour son statut vaccinal sur les applis de rencontre... Drôle d'époque, peut-être, mais après tout, pourquoi pas ? Est-ce que, compte tenu du contexte, il n'est pas pertinent de se demander si l'on attend de son ou ses futurs partenaires qu'ils soient vaccinés ou non ? Lutter contre la peur des dates post-covid, ça se fait aussi en définissant ses critères en matière de sécurité ✋.

L'angoisse du rendez-vous galant ou simplement la flemme ?

Le FODA, ce n'est pas seulement la peur d'être contaminé, c'est aussi celle de la rencontre. La vie sociale en distanciel nous a enfermés dans un petit cocon que certains célibataires ont parfois bien du mal à quitter. Certains ont l'impression de ne plus savoir flirter, de mal interpréter les gestes, les expressions faciales, ou de ne plus avoir de conversationElles stressent à l'idée de rencontrer du monde, d'autres, n'en n'ont simplement plus le courage. 

Comme me le disait mon amie Marie l'autre jour : "est-ce que j'ai vraiment envie de m'habiller, de me faire belle, de raconter une énième fois ce que je fais dans la vie ? Pour finir, dans quelque temps, par avoir moins de place sur le canapé pour regarder ma série ?" .

😏 Parce que c'est vrai qu'on peut attribuer au coronavirus tout un tas de nos problèmes, mais avant même la pandémie le repli sur soi était déjà à la mode. L'air numérique, en nous simplifiant la vie, en nous divertissant, nous invite à toujours plus rester chez nous, sans bouger de notre canapé et Marie, elle a raison, quand on s'habitue à avoir le canap’ en entier... dur de partager !la flemme de faire des rencontre - FODA

"Est-ce que j'ai vraiment envie de m'habiller, de me faire belle, de raconter une énième fois ce que je fais dans la vie pour finir, dans quelque temps, par avoir moins de place sur le canapé pour regarder ma série ?"

De l'honnêteté et du lâcher-prise

Personnellement, l'amour, j'adore ça ! Le romantisme, la passion, c'est tellement mon truc que je finirais sûrement morte de froid pour avoir voulu organiser un pique-nique de Saint-Valentin au sommet d'une montagne (son endroit préféré 😍 🥶... oui je sais 🤢). Mais en fait, on oublie souvent que vivre en couple, c'est comme les enfants, ce n'est pas une obligation, juste une grosse injonction sociale ! Alors avant de se jeter à corps perdu sur les prochains rencards, ou de culpabiliser seule, on s'interroge sincèrement sur ses envies de couple et ensuite seulement on commence par dédramatiser.

Un rendez-vous amoureux, c'est toujours un peu anxiogène : on veut être jolie, impressionnante, brillante, mémorable, alors que l'on devrait simplement être soi-même et être honnête. Oui avoir un date c'est stressant, mais l'autre en face est sûrement dans le même état 😅. 

Le simple fait de parler de sa nervosité et de savoir qu'elle est partagée peut déjà détendre l'atmosphère. Ensuite, on lâche prise, vous n'êtes pas en train de jouer votre vie, mais seulement là pour voir si vous appréciez la personne en face de vous. Parce que oui, lors d'un rendez-vous galant, vous n'êtes pas seule ! Alors quand vous êtes nerveuse, reportez votre attention sur l'autre et demandez-vous s'il ou elle vous fait craquer, un peu, beaucoup ou passionnément et petit à petit... Bye-bye le FODA !

>>> Cet article pourrait vous intéresser : Je ne veux pas d'enfants, foutez-moi la paix !

L'avis de la rédaction : renouez doucement avec les sorties

Cette pandémie a modifié nos habitudes, nos relations sociales et généré certaines angoisses, de nombreuses personnes ont d'ailleurs souffert du syndrome de la cabane au moment du déconfinement. Si les rencarts vous font peur, commencez par renouer doucement avec les sorties, retournez dans vos endroits préférés et cette peur devrait s'atténuer petit à petit, à vous les rencards ! (si c'est votre souhait) 👉Si votre angoisse s'ancre dans la durée, qu'elle vous prive de moments conviviaux ou de rencontre, alors il ne faut pas attendre pour consulter un psychologue. Prenez rendez-vous avant que cette peur ne devienne paralysante.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Sources : « FODA » – La peur des « dates » post-Covid - Usbek & Rica
Le FODA, ce nouveau mal post-Covid qui va peser sur nos relations amoureuses - L'ADN

En tout cas, avis aux célibataires, attention au Love Bombing : la nouvelle technique de séduction qui rend accro

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

La lettre d'amour, la plus belle des déclarations que l'on puisse faire

Si j'avais une devise dans la vie, ce serait sûrement : "puisque je t'aime, alors je te l'écris." A mon mari, à mon fils, j'écris des lettres d'amour à ceux que j'aime, mais je dois bien reconnaître que parfois, même si les sentiments sont sincères et profonds, les mots ne viennent pas et on reste muets. Pas de quoi en faire un drame, il faut seulement s'inspirer... et lâcher-prise. L'amour c'est naturel, écrire une lettre d'amour l'est aussi, croyez-moi !

Je doute de mon couple, est-ce que c'est normal ? Comment réagir ?

Il est fréquent que ça arrive. La vie de couple et même l'amour n'étant jamais un long fleuve tranquille, il arrive, bien sûr, que l'on doute. Pas sur la même longueur d'ondes, impression que l'herbe est plus verte ailleurs, projets divergents, manque de désir… Sous le poids des doutes, l'amour perd de sa splendeur. Est-ce irrémédiable ? Je ne crois pas, l'important, c'est de comprendre ce qu'il y a derrière ces doutes et comment réagir. Explication.

"On mange quoi ce soir ?" L'application Jow a la réponse !

Tout à coup, il est 16h et ça me prend, comme une urgence : "qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Et aussi demain à midi, tant qu'on y est". Et je me retrouve à visualiser mon butternut, mon sachet de parmesan râpé et mes 3 œufs, en quête d'une inspiration soudaine... Sauf que je ne suis pas dans Top Chef. Si mon jury reste intraitable, les idées fusent moins vite dans mon cerveau de cheffe à domicile...

Pourquoi faire le ménage peut (vraiment) nous faire du bien ?

Pendant ma vingtaine, je n'aimais pas faire le ménage. Je trouvais que c'était pénible et une perte de temps ! Bien sûr, je le faisais quand même, car il n'était pas question de vivre dans la saleté. Maintenant que je suis trentenaire, j'adore ça ! Il faut dire que j'ai appris à voir les aspects positifs du ménage en vieillissant. Alors pourquoi le ménage peut vraiment nous faire du bien et être en quelque sorte, une thérapie ? Je vous explique !

Ces pratiques sexuelles bizarres... et celles qui peuvent vous tuer !

Voilà quelque temps maintenant que j'écris pour Wengood et si j'ai appris beaucoup de choses, ce que je sais surtout, c'est qu'en matière de sexe, le champ des possibles est vaste et je ne l'avais jusqu'alors que peu exploré. Aujourd'hui pourtant, ne nous réjouissons pas et passons du côté obscur de la couette : place aux pratiques sexuelles étranges, à savoir celles qui permettent de faire l'amour... sans faire l'amour et zoom sur celles à bannir sous peine... d'y perdre la vie ! 😱

Coucher avec un collègue ou son boss, jeu dangereux ?

Ça m’est déjà arrivé d’avoir un crush au travail. Franchement, si je n’avais pas appris par la suite qu’il était en couple, j’aurais mis le paquet pour le séduire. Sauf que voilà, on connaît bien la règle du “No zob in job”, qui veut littéralement dire que c’est une mauvaise idée de coucher avec un collègue, voire pire, son boss ! Est-ce que c’est vraiment un jeu si dangereux que ça ? Qu’est-ce qu’on risque si on est pris la main dans le sac ? Je vous explique tout (eh oui, je m’étais renseignée avant de foncer) !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi je prends tout mal ? Comment Gérer sa Susceptibilité ? - Conseils du Dr Jean Doridot 🧠💬

15 avril · Wengood

8:57


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube